AFP

PSG : refus de la défaite

Le PSG refuse (encore) la défaite
Par Eurosport

Le 17/03/2012 à 21:16Mis à jour Le 17/03/2012 à 21:31

Carlo Ancelotti a évité de peu sa première défaite sur le banc du Paris Saint-Germain samedi à Caen (2-2) lors de la 28e journée, grâce à un nouveau but dans les derniers instants, de Jallet, qui permet aux Parisiens de garder leur place de leader du Championnat.

Ils s'étaient déjà sauvés in extremis contre Montpellier (2-2), à Lyon (4-4) et avaient même arraché la victoire au bout du temps additionnel à Dijon (2-1). Les Parisiens ont récidivé en samedi à Caen (2-2), où Jallet a égalisé d'une superbe reprise de volée sur une nouvelle passe décisive de Ménez, alors qu'il ne restait que quatre secondes à jouer dans le temps réglementaire . Voilà comment le PSG a pris deux points d'avance sur Montpellier (battu à Nancy 1-0) et comment Carlo Ancelotti a évité sa première défaite depuis son arrivée en France. Cela dit les Parisiens n'ont pas perdu leur habitude d'encaisser un but sur coup de pied arrêté, Heurtaux sautant plus haut qu'Alex et Thiago Motta sur un corner de Bulot (70e, 1-2). Avec quatre nuls en six journées et une absence de défaite depuis le 3-0 encaissé à Marseille en novembre, le PSG ralentit, mais il avance avec une baraka qui ressemble à celle du champion.

Carlo Ancelotti, qui avait choisi d'aligner un 4-4-2 avec Gameiro et Hoarau en pointe en raison de la suspension de Nene, est vite revenu à un 4-2-3-1 plus classique, tant les Parisiens ont été submergés pendant la première demi-heure. Mangés dans les duels, au milieu notamment, fébriles en défense, à l'image d'Alex, prenant l'eau sur les côtés et ne parvenant pas à enchaîner plus de trois passes, ils ne devaient qu'à la transversale, que tutoyait une frappe de Frau (4e), et à Sirigu, de ne pas être menés au repos. Le portier international italien gagnait ses duels avec Nabab (8e, 16e), était vigilant sur un coup franc de Proment (17e) et décisif sur des frappes de Montaroup (15e) et Hamouma (21e, 23e).

Changements radicaux

Le repositionnement de Gameiro dans le couloir droit a au moins permis d'endiguer la déferlante normande, à défaut de transfigurer le PSG, seulement dangereux sur une frappe de Tiéné largement au-dessus (30e) et par Hoarau. Bien servi par Gameiro, il choisissait de crocheter une fois de trop dans la surface alors qu'il semblait en bonne position pour tirer (42e). Ancelotti devait de nouveau changer ses plans après l'ouverture du score caennaise quand, sur une énième balle perdue, par Menez, Van Dam trouvait Frau qui trompait Sirigu en deux-temps (53e).

Le technicien italien remplaçait Ceara par Bisevac et Hoarau par Jallet, laissant Gameiro en pointe. Si le PSG égalisait dans la foulée par Pastore (56e), ce but était davantage dû à un coup de chance qu'au coaching, l'Argentin contrant un dégagement de Heurtaux dans sa surface, qui se rachetait finalement moins de quinze minutes plus tard, au moment où le PSG semblait avoir pris le pas (tirs de Pastore, 64e, et de Jallet, 66e). Ce but venait logiquement récompenser des Caennais qui devaient finalement se mordre les doigts de ne pas avoir creusé l'écart par Fajr (75e et 82e), et ratent une belle occasion de s'éloigner de la zone rouge.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0