Après la polémique concernant le carton rouge adressé à Rod Fanni lors du PSG-Marseille (huitièmes de finale de Coupe de la Ligue) de mercredi dernier, un nouveau cas de conscience lié à l’arbitrage est venu secouer la Ligue 1 ce samedi. Cette fois, c’est Zlatan Ibrahimovic qui en fait l'objet. Auteur d’un violent coup de pied sur le ventre de Stéphane Ruffier à la 70e minute de la rencontre entre le PSG et Saint-Etienne, alors qu’il essayait de disputer un ballon aérien avec le portier de Saint-Etienne, le Suédois a fait l'objet d'un carton rouge direct de la part de M. Duhamel.
Interrogé par Canal + à l’issue de la rencontre, Salvatore Sirigu, très énervé, n’a pas du tout goûté cette décision arbitrale qui a précédé le second but des Verts. "Il y a de la frustration car on n’a pas joué comme on devait mais il y a des épisodes qui sont pas clairs, a livré l'Italien à chaud. Ce n’est pas possible de prendre une expulsion comme ça. Je pense qu’il y a faute mais qu’il n’y pas carton rouge. Si la règle est comme ça, on peut revenir à ce qu’il s’est passé à Bastia où j’ai failli me faire casser la tête après dix minutes de jeu et il n’y a rien eu. Si les arbitres sont comme ça, il faut que ce soit pour tout le monde. Ca gêne un peu ce genre d’épisodes mais ça passera demain."
Ibra coupable d'une "faute grossière"
Ligue 1
La rumeur Zidane, les critiques contre Messi, un tacle sur Ibra : Leonardo met les choses au clair
03/03/2022 À 08:48
Christophe Galtier lui-même a laissé la porte ouverte au débat lors de sa conférence de presse d’après match. "L'expulsion de Zlatan Ibrahimovic est justifiée mais je comprends qu'on puisse la contester", explique l'entraîneur de l'ASSE. En sortant des sentiers battus, le technicien stéphanois souligne indirectement que le Suédois avait l’intention de jouer le ballon et non Ruffier. C’est bien le problème. Faut-il condamner un geste non prémédité ?
Les lois du jeu sont claires à ce sujet : elles prévoient pourtant un carton rouge en cas de "faute grossière". Et selon la Fifa, "tout joueur qui assène un coup à un adversaire lorsqu'ils disputent le ballon, de devant, de côté ou de derrière, avec une jambe ou les deux, avec une force excessive et de nature à compromettre la sécurité de l'adversaire, se rend coupable d'une faute grossière." Une définition suffisamment large pour que le geste d'Ibrahimovic sur Ruffier soit passible d'un rouge.
Ancelotti : "Dans le vestiaire, Zlatan n'a rien dit"
Carlo Ancelotti s'est attardé sur ce point lorsqu’il s’est présenté devant la presse. Mais avec le recul, il a estimé que l’expulsion du Suédois était une goutte d’eau dans la mer des insuffisances qui ont précipité la défaite du PSG. "L'expulsion n'est pas logique, mais ce n'était pas le problème. Il ne méritait pas l'expulsion parce qu'il regardait le ballon et pas le gardien. Dans le vestiaire, il n'a rien dit, il était déçu", a indiqué le technicien italien du PSG.
Pour les Verts, cette expulsion n'est peut-être pas tout à fait le fruit du hasard. "J'avais des consignes pour énerver Zlatan et casser ses appels en profondeur, a concédé Bayal. Je l'ai senti énervé. Il m'a mis des coups de coude. Il ne parle pas français. Il insulte et il dit tout ce qu'il veut." Avec son oeil expert, Jérémie Janot avait vu la chose en direct, twittant dans la foulée de l'action : "Rouge mérité !! Il a perdu son défi physique face à Bayal et ça l'a énervé". Nous ne saurons pas ce qu'en pense Laurent Duhamel, l'arbitre qui a eu le courage de prendre cette décision. Les consignes de la DNA empêchent les arbitres de d'exprimer à l'issue des rencontres cette saison, quel que soit le contexte.
Ligue des champions
D'Ancelotti à Pochettino, la stratégie décalée du PSG avec ses entraîneurs
14/02/2022 À 23:35
Ligue 1
Il fond sur Zlatan : jusqu’où Mbappé va-t-il grimper dans la hiérarchie des buteurs du PSG ?
08/01/2022 À 22:38