Les graphiques donnent le tournis. La "une" ne laisse planer aucune ambiguïté. "Invendable", titre, ce mardi, France Football, avec en photo un Yoann Gourcuff en train de courir derrière un ballon qui se dérobe. A l’intérieur, le journal explique que le contrat de l’ex-Bordelais à Lyon, déjà assimilable à une catastrophe industrielle pour le club, est une bombe à retardement pour l'OL, un risque vital si d’aventure la taxe à 75% était votée à la charge des entreprises. "Le contrat qui fait trembler Lyon" stipulerait que Gourcuff empoche un salaire progressif à la hausse jusqu’au terme de son engagement en 2015 : de 4,46 millions d’euros bruts annuels en 2010-2011, jusqu’à 7,6 millions en 2014-2015, en passant par les 6,64 millions de l’exercice en cours. Avec en exergue une somme choc : Gourcuff aura coûté, à l'issue de cette saison, 45 millions d’euros selon France Football. Cher pour quelques apparitions en L1.
Quelques heures après la diffusion du journal, le club de Jean-Michel Aulas a répliqué en démentant le contenu de ce dossier en des termes très virulents. Un dossier "en décalage avec la réalité" assure l’OL. "Des éléments notoirement périmés, des chiffres faux, une approche délibérément à charge et déconnectée de la réalité, un manque évident d’objectivité au point de n’avoir volontairement pas sollicité l’avis du club qui aurait pu immédiatement rectifier la réalité, l’Olympique Lyonnais dénonce la méthode de France Football qui succombe au sensationnel dans son numéro de ce matin".
Un contrat renégocié en 2011 selon l'OL
Ligue 1
Gourcuff, Nonda, Mbappé... les dix plus gros transferts entre clubs de L1
12/06/2020 À 20:25
Cela dit, l’OL apporte des précisions qui valident dans une certaine mesure le travail entrepris par l’hebdomadaire, qui semble bien s'être procurés des documents protégés, fiables mais datés. "Si les journalistes de France Football avaient pris la peine d’interroger la direction de l’Olympique Lyonnais, ils auraient appris que leur source, en plus de divulguer des informations pour certaines erronées et de nature à porter atteinte au joueur comme au club, n’était plus d’actualité, et que le joueur et le club avaient depuis mai 2011renégocié leurs accords initiaux. L’Olympique Lyonnais eu égard au caractère confidentiel de ces données s’interroge sur l’origine de ces informations et entend poursuivre tous ceux qui auraient soit détourné des documents, soit modifié ces documents pour induire en erreur France Football. Le club avoue son mépris devant de tels agissements."
France Football reproduit cependant dans sa double page le témoignage d’un agent très introduit dans le vestiaire de l’OL, Frédéric Guerra, lequel reconnaît clairement que le statut salarial de Gourcuff, même révisé, induit dans le vestiaire de l’OL "une forme de jalousie" en raison de sa générosité. Sans parler de la difficulté pour Lyon à gérer ses autres dossiers. "Quand un salarié n’est plus en équilibre travail/performance et que cela dure, il est difficile de demander aux autres de faire un effort financier, dit Guerra. Ce sport est collectif mais aussi très individualiste." Agent de Clément Grenier, actuellement en cours de négociation pour une prolongation, il est "difficile (à Frédéric Guerra) de ne pas faire la comparaison". Que les chiffres de France Football soient justes ou approximatifs, une chose est sûre : on n’y reprendra pas l’OL à deux fois.
Football
6-0 à gogo : Yoann Gourcuff, nouvelle terreur... du tennis breton
18/10/2019 À 11:00
Ligue 1
Gourcuff quitte Dijon
23/01/2019 À 21:28