Stade Rennais : Alessandrini-Féret-Pitroipa, les finisseurs

Alessandrini-Féret-Pitroipa, les finisseurs
Par Eurosport

Le 21/12/2012 à 18:20Mis à jour Le 21/12/2012 à 18:33

Romain Alessandrini, Julien Féret et Jonathan Pitroipa sont les buteurs du Stade Rennais depuis quelques semaines. A eux trois, ils ont marqué les 11 derniers buts des Bretons, qui se déplacent à Ajaccio samedi (20h00).

A Rennes, le danger est identifié. Depuis quelques semaines, trois joueurs terminent les actions du Stade Rennais : Romain Alessandrini, Julien Féret et Jonathan Pitroipa. A eux trois, ils ont inscrit les 11 derniers buts en L1 des Rouge et Noir qui se déplacent à Ajaccio samedi. Ce sont les hommes en forme du club breton. Le trio gagnant du moment. Mais ce n’est pas seulement une tendance des dernières semaines. Au Stade Rennais, ils ne sont pas légion à remplir les filets adverses depuis le coup de l’envoi de l’exercice 2012-13.

Seuls cinq joueurs ont marqué pour Rennes, le total le plus faible en L1 cette saison. Au trio Alessandrini-Féret-Pitroipa, il faut ajouter Mevlüt Erding, moins en vue lors des derniers jours mais qui a déjà frappé à six reprises. Jean II Makoun a aussi connu la joie de marquer contre Montpellier (2-1). Cinq buteurs en 18 journées, c’est maigre. Mais Frédéric Antonetti peut aussi se targuer d’être le seul entraîneur de L1 à compter quatre joueurs à cinq réalisations ou plus (6 pour Alessandrini, Erding, Féret et Pitroipa). On peut y voir une dépendance mais aussi une force. Car la menace bretonne est multiple. Antonetti ne risque d’ailleurs pas de s’en plaindre. L’entraîneur corse des Bretons, qui n’a pas toujours pu compter sur des buteurs réguliers, possède des hommes en forme, aptes à finir. Mais ils ne se limitent pas à ça.

Présents à la finition, Romain Alessandrini, Julien Féret et Jonathan Pitroipa sont aussi omniprésents dans l’animation de leur équipe. Le combatif Alessandrini et le virevoltant Pitroipa se démènent sur les côtés pour créer des décalages. Le chef d’orchestre Féret oriente le jeu à merveille dans l’axe, quand il est en forme. Les trois ne se ménagent pas, proposent des solutions et font en plus la différence devant le but adverse. Si Alessandrini semble subir un peu l’accumulation des matches lors des deux dernières sorties, le trio sera encore la principale arme du Stade Rennais contre l’ACA pour terminer l’année 2012 de belle manière.

0
0