AFP

L'OM tombe de très haut

L'OM tombe de très haut
Par Eurosport

Le 30/09/2012 à 15:47Mis à jour Le 30/09/2012 à 19:17

Leader jusque là invaincu, l'OM s'est effondré à Valenciennes (4-1) lors de la 7e journée, une semaine avant le choc face au PSG.

Le retour sur terre est brutal. Elie Baup savait que son équipe ne préserverait pas éternellement son invincibilité. Mais l'entraîneur marseillais n'avait sans doute pas prévu qu'après six succès en autant de rencontres, l'OM tomberait d'aussi haut. Dimanche, les Olympiens ont bu la tasse à Valenciennes (4-1). Et s'ils seront toujours leaders dans une semaine, à l'heure d'accueillir le Paris Saint-Germain, la débâcle nordiste a sérieusement entamé leur confiance, à peine revigorée par le but tardif de Jordan Ayew. Il y a deux ans, Marseille avait craqué trois fois sur la pelouse du VAFC (3-2). Cette fois, sa défense a cédé à quatre reprises. Bientôt trois ans, et ce mémorable Lyon-Marseille (5-5), qu'elle n'avait pas pris l'eau dans de telles proportions.

La boulette de Mandanda

Avant cette 7e journée, l'OM n'avait pris qu'un tout petit but. En à peine une mi-temps, Valenciennes a fait volé sa solidité en éclats. D'abord sur un coup franc de Gaël Danic, téléguidé dans la lucarne (1-0, 16e). Anthony Le Tallec n'a eu ensuite qu'à tacler dans le but vide un service de Danic pour ouvrir son compteur valenciennois (2-0, 34e). Et juste avant la pause, Foued Khadir a profité d'une relance calamiteuse de Steve Mandanda pour tuer le suspense (3-0, 39e). Le Tallec, sur un centre millimétré de Khadir, s'est chargé d'enfoncer le clou de la tête (4-0, 63e), bien aidé, encore une fois, par l'apathie défensive des Phocéens. Sans trois arrêts réflexes de Mandanda devant Le Tallec (4e et 60e) et Danic (61e), l'OM serait même rentré du Hainaut avec une déroute dans ses bagages.

Etouffés par le pressing nordiste, inexistants offensivement, les Marseillais ont attendu le dernier quart d'heure pour se créer enfin une occasion franche. Mais quand André-Pierre Gignac s'est présenté devant Nicolas Penneteau, c'est le gardien nordiste qui a eu le dernier mot. Les entrées successives de Loïc Rémy (55e), Jordan Ayew (64e) et de Florian Raspentino (80e) n'ont pas fondamentalement changé le visage d'un OM qui a réduit le score dans le temps additionnel. Mais qui est passé à côté de son sujet. Et pour cause : après trois revers consécutifs, les Valenciennois ont réussi une prestation haut de gamme. Encore plus aboutie que celle livrée un mois plus tôt, face à Ajaccio (3-0).

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0