Panoramic

Zlatan Ibrahimovic décisif dans le succès du PSG contre Nice (3-0)

Le bon Zlatan était de sortie
Par Eurosport

Le 22/04/2013 à 01:02Mis à jour Le 22/04/2013 à 12:36

Auteur de son 27e but de la saison en championnat sur penalty contre Nice (3-0), Zlatan Ibrahimovic a surtout livré une prestation complète avec également une passe décisive et une grosse dépense d’énergie. Rien à voir avec la pâle copie livrée mercredi contre Evian-Thnon-Gaillard en Coupe de France.

Impliqué dans les quatre derniers buts parisiens à domicile avant cette rencontre et buteur sur coup franc à l’aller (2-1 pour l’OGCN), Ibrahimovic s’est de suite mis en évidence avec un tir croisé sur le poteau (5e). Peu affecté par ce manque de réussite, il a pris une part très active dans le jeu de son équipe et s’est retrouvé à l’origine du premier but du match avec une ouverture vers Javier Pastore, passeur décisif pour Jérémy Ménez (10e). Alors que Civelli le suivait de près (13e et 39e), l’ancien joueur de l’AC Milan s’est parfois quelque peu agacé. Il a échangé quelques mots avec le défenseur argentin qui lui a répondu avec un surprenant bisou dans le cou (45e). Sanctionné d’un carton jaune tout comme son adversaire, le Suédois a profité de la pause pour se calmer et se reconcentrer sur le jeu.

Ibrahimovic dans les pas de Jean-Pierre Papin

En seconde période, Ibrahimovic a continué de se démener en se montrant très souvent disponible mais aussi lucide. Ménez et Ezequiel Lavezzi auraient dû profiter de son débordement sur la droite suivi d’un centre en retrait pour doubler la mise (52e). Ils ne l’ont pas fait. L’avant-centre, lui, n’a pas laissé passer l’occasion de faire trembler les filets adverses sur penalty (65e). Il a ainsi signé son 27e but de la saison en 29 rencontres. Depuis Jean-Pierre Papin, meilleur buteur en 1991-1992 avec l’OM, personne n’avait autant scoré dans le championnat de France. Avec encore cinq matches à disputer, le Suédois peut encore raisonnablement viser la trentaine, que le canonnier français avait atteint en 1988-1989 (30 réalisations). "Sans mes coéquipiers, je n’aurais pas autant marqué cette saison, a-t-il souligné. Si je peux aider mon équipe à gagner en battant des records, quoi de mieux !"

Face à des Aiglons réduits à dix et complètement dépassés en défense, Ibrahimovic ne s’est pas relâché. Lui qui paie parfois ses efforts en fin de rencontre est resté constamment dangereux par son activité au milieu de terrain pour lancer Ménez (78e) ou par sa qualité de frappe (80e). Très complice avec Marco Verratti et Blaise Matuidi, il a initié un une-deux avec le Français pour ensuite offrir, sur un plateau, le dernier but du match à Chantôme (88e). Auteur de sa sixième passe décisive en L1 (une de moins que son total en Ligue des champions), il suit de près Pastore et Ménez, qui en totalisent sept. L’incontournable avant-centre aura finalement touché un joli total de 64 ballons pour 75% de passes réussies et deux tirs cadrés sur quatre décochés. Un match plein en somme.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313