Revoir son 4-2-3-1

A Lille mardi soir, l'Olympique de Marseille a perdu plus qu'un match. Forcé de quitter prématurément ses partenaires après être mal tombé suite à un contact avec Simon Kjaer, Mathieu Valbuena souffre d'une blessure à l'épaule et sera indisponible jusqu'à la trêve hivernale. Même si son apport statistique n'est pas forcément énorme depuis le début de saison (1 but et 3 passes décisives), l'OM a tout de même perdu le joueur qui était au coeur de son système de jeu avec cette indisponibilité.

Pas de remplaçant naturel

Ligue 1
Filets anti-projections, tribunes rehaussées : six semaines après la honte, Nice retrouve son public
01/10/2021 À 21:31
Le 4-2-3-1 est taillé pour lui : dès que Marseille récupère le ballon, Valbuena est le relais n°1 dans le camp adverse, celui qui permet de lancer les mouvements dans les 30 derniers mètres. L'accélérateur de jeu en somme. Dès qu'il est "moins bien", c'est tout le collectif qui en pâtit. Les dernières semaines ont d'ailleurs été difficiles pour les Phocéens, alors que leur maître à jouer traversait une période difficile. L'absence de plan B est souvent revenue parmi les critiques à l'encontre d'Elie Baup. Maintenant que Valbuena n'est plus là, le coach marseillais va être obligé de trouver une solution. Et l'OM y gagnera peut-être plus que prévu sur la deuxième partie de saison.
Car sur le banc de touche, personne ne peut reprendre le poste du natif de Bruges. Dimitri Payet et Florian Thauvin ne sont pas des meneurs de jeu. Saber Khalifa tient plus du deuxième attaquant et est plus efficace dans les espaces qu'avec le ballon dans les pieds. De la même façon, aucun des milieux marseillais n'a les qualités pour jouer derrière l'attaquant. Entré à la place de Valbuena à Lille, Giannelli Imbula s'est retrouvé dans une position peu convenable au vu de son profil : dos au jeu, l'ancien Guingampais ne peut pas faire parler ses qualités de percussion. Le ballon qu'il perd sous le pressing d'Idrissa Gueye, à l'origine du but victorieux de Nolan Roux, a parfaitement traduit ses difficultés à ce poste avancé. Bref, sans Valbuena, le 4-2-3-1 n'a tout simplement plus de raison d'être à Marseille.

Libérer Payet et Thauvin

Même si l'OM a vu sa série stoppée à Lille, ces dernières semaines ont permis l'éclosion de Florian Thauvin et le (léger) come-back de Dimitri Payet. Le premier a particulièrement brillé, marquant trois buts et délivrant deux passes décisives lors des quatre dernières journées. Cette réussite de l'ancien Bastiais, Elie Baup pourrait tenter de s'appuyer dessus en passant en 4-3-3 afin de remettre Payet dans les conditions qu'il connaissait à Lille.
Sans Valbuena dans l'entrejeu, l'autre international français de l'OM n'a plus aucune raison de rester dans son couloir, où son jeu est beaucoup plus stéréotypé qu'il ne l'était dans le nord. Quand il a la possibilité d'aller demander les ballons dans l'axe, Payet devient immédiatement beaucoup plus difficile à contenir pour les défenses adverses. Sans réel adversaire direct, il peut profiter du moindre espace pour accélérer et faire la différence. Vient ensuite le moment de faire les bons choix. Avec Gignac et Thauvin pour partenaires, il aurait un joueur capable de relayer ses percées et un autre efficace dans la profondeur.
Là où les choses peuvent devenir intéressantes pour l'OM, c'est que Thauvin a aussi les qualités pour endosser ce rôle de faux-ailier, censé repiquer dans l'axe pour déstabiliser les défenses. Lors du dernier Mondial U20, il revenait très souvent dans le coeur du jeu afin de suppléer Jordan Veretout à l'animation. Par ailleurs, si Lille est allé le chercher l'hiver dernier, c'était sans doute pour en faire le successeur de Payet, et ce dans le même registre. Evidemment, les voir repiquer dans l'axe, que ce soit pour accélérer le jeu et prendre la profondeur en tant que deuxième attaquant, nécessiterait aussi de voir les latéraux prendre leurs responsabilités offensivement. Que ce soit Mendy et Morel à gauche, Abdallah et Fanni à droite, ces derniers devraient alors évoluer plus haut sur le terrain, tout en comptant sur une bonne couverture de leurs milieux de terrain.

Des milieux à responsabiliser

C'est dans cet entrejeu que se trouverait le second chantier d'Elie Baup si le 4-3-3 devient la solution prioritaire. Car si Payet et Thauvin doivent prendre en main le jeu dans les 30 derniers mètres, il faut aussi que le ballon y arrive dans de bonnes conditions. A Lille, Payet n'était rien sans la relance efficace de ses milieux, qui donnaient le rythme aux actions, lui permettant de les accélérer. Sans une circulation de balle rapide, Payet a plus de mal à faire parler ses qualités. Et idem pour Thauvin.
Le grand chantier du 4-3-3 à Marseille serait donc de trouver le trio dans l'axe pour faire ce travail primordial. Seul indiscutable du milieu phocéen depuis le début de saison, Alaixys Romao est plus dans un rôle de récupérateur que de "créateur". Imbula est lui plus dans la percussion. Restent Benoît Cheyrou et Mario Lemina : le premier revient depuis quelques journées, alors que le second reste une énigme à l'heure actuelle. A son arrivée de Lorient, il était pourtant présenté comme un milieu plus créatif pour l'OM, capable justement de compléter un joueur comme Romao dans l'entrejeu. Que ce soit l'un ou l'autre, les deux hommes auront certainement de plus grandes responsabilités d'ici la trêve, alors que l'OM s'apprête à "jouer tous les trois jours".
S'il apparaît comme la solution "naturelle" au vu de l'effectif marseillais actuel, le 4-3-3 va forcément responsabiliser des joueurs qui étaient jusqu'ici "dans l'ombre" de Mathieu Valbuena. Par son rôle de n°10 et sa mobilité, l'international français facilitait à la fois la relance et permettait d'accélérer le jeu. Sans doublure naturelle pour le remplacer, Elie Baup doit aujourd'hui trouver les bonnes solutions pour remplir ces deux tâches. Payet et Thauvin devant, Cheyrou ou Lémina (voire Imbula) dans l'entrejeu, les profils existent mais leur "régularité" reste une question depuis le début de la saison.
Si celle-ci reste sans réponse, d'autres pistes sont d'ores et déjà possibles pour le coach à la casquette. Passer en 4-4-2 nécessiterait sans doute moins de travail à court terme, mais une très grande rigueur dans le positionnement défensif de la part des dix joueurs de champ : installer Khalifa à la pointe de l'attaque permettrait de conserver les deux lignes de quatre qui fonctionnent plutôt bien en phase défensive, tout en ajoutant un joueur capable d'exploiter les espaces crées par Thauvin, Payet ou Gignac. Premiers éléments de réponse ce soir face au FC Nantes.
Ligue 1
De La Fuente - Ünder : Avec eux, l'OM ne se brûle plus les ailes
27/08/2021 À 22:04
Ligue 1
C'est presque fait : Florian Thauvin serait proche de rejoindre Gignac aux Tigres de Monterrey
06/05/2021 À 06:31