Quelques mois après votre arrivée à l’OM vous voilà déjà sur le départ pour Evian-Thonon-Gaillard…
Modou Sougou : Ce n’est pas un départ définitif mais un prêt. J’ai discuté avec José Anigo et Elie Baup. J’ai besoin et envie de jouer et le coach ne pouvait pas me le garantir même s’il était satisfait de mes entrées, de mon profil. Il y a une comme une frustration mais je n’ai pas le droit de me plaindre : la saison dernière a été intense, nous avons obtenu de bons résultats et c’est bien ça le plus important.
Ce prêt à Evian, vous le vivez comme une progression, une régression ou une étape ?
Ligue 1
Lutte pour le maintien, un avenir en suspens : Evian-Bastia, le match de la peur
25/04/2015 À 05:10
M.S. : Je vais à Evian pour tenter d’y gagner ma place, accumuler du temps de jeu et revenir à l’OM avec un autre statut. Je veux revenir plus fort ! Je suis arrivé à l’OM en cours de saison dernière, l’équipe tournait bien – et c’est tant mieux - mais c’est toujours plus compliqué pour un nouveau joueur de s’imposer dans ces conditions. Porter le maillot de Marseille était un rêve que j’ai envie de poursuivre. Je veux prouver que je peux apporter plus et Evian m’en donne la possibilité. C’est un club très bien géré, structuré, sérieux. Je ne le connais pas de l’intérieur mais on ne m’en a dit que du bien. Aussi bien de l’équipe, que des supporters et de la région.
Comment se sont noués les contacts avec ETG ?
M.S. : Tout est allé très vite. Après avoir rencontré l’entraîneur, j’ai discuté avec José Anigo. Il m’a dit que si je souhaitais rester en France, il pourrait y avoir des possibilités intéressantes en prêt. J’ai fait confiance à mes dirigeants. J’avais la possibilité de retourner au Portugal (Braga) ou en Roumanie (CFR Cluj) mais je voulais rester en Ligue 1. Evian c’est un challenge que je relève avec plaisir, envie et motivation.
Les rumeurs Thauvin, Capel, Alessandrini puis l’arrivée de Khlifa à Marseille vous ont-elles encouragé à partir ?
M.S. : La concurrence est inhérente au football. On ne peut pas vouloir jouer dans un grand club comme Marseille et avoir peur de se battre pour avoir sa place. J’arrive à Evian et je sais que je vais devoir bosser pour être titulaire.