Panoramic

Ligue 1 : Dimitri Payet, buteur et passeur face à Metz, l'autre monsieur plus de l'OM

Payet, l'autre monsieur plus de l'OM

Le 08/12/2014 à 00:28Mis à jour Le 08/12/2014 à 00:29

Encore buteur et passeur contre Metz, Dimitri Payet est ultra-décisif depuis le début de saison et endosse un rôle de patron dans le jeu de l’OM.

Depuis l’arrivée de Marcelo Bielsa, l’Olympique de Marseille dégage une vraie force offensive. La meilleure attaque de Ligue 1 a fait trembler les filets à 36 reprises en 17 journées. André-Pierre Gignac est en première ligne après son début de saison en trombe, mais Dimitri Payet s’impose de plus en plus comme l’homme providentiel des Phocéens. Lors de la victoire contre Metz (3-1) ce dimanche, le Réunionnais a survolé les débats. En plus d’atteindre les cinq buts en championnat, il a accru son avance en tête du classement des passeurs, qu’il domine désormais avec sept offrandes. Il avait terminé le dernier exercice avec seulement quatre unités.

Le rendement de Payet s’accentue même en cette fin d’année. Sur les quatre dernières journées, il a signé quatre passes, marquant aussi lors des deux rencontres de la semaine. L’ancien Nantais, de retour en équipe de France depuis octobre, est ainsi buteur ou passeur sur 6 des 9 dernières réalisations de l’OM en Ligue 1. Ce dimanche, il a d’abord servi idéalement André-Pierre Gignac d’un centre ajusté devant le but, pour l’ouverture du score juste avant la pause. Puis il a clos la marque dans les arrêts de jeu. Il a conservé sa lucidité, malgré la débauche d’énergie d’un match disputé, pour piquer son ballon par-dessus Johann Carrasso.

Pas que des stats

Ne sont comptabilisés que ces deux buts dans ses statistiques, mais son rôle dans la deuxième réalisation marseillaise du soir ne peut être occulté. C’est sa passe inspirée pour Alexys Romao qui a tout changé. Avant que le Togolais trouve le poteau et qu’André Ayew reprenne victorieusement. L’influence de Payet sur les performances de l’OM cette saison s’étend de toute façon au-delà des simples chiffres. L’arrivée de Marcelo Bielsa sur le banc marseillais et le départ de Mathieu Valbuena lui ont donné les clés du jeu. Il ne les a pas refusées.

Depuis sa position axiale en soutien de l’attaquant de pointe, Dimitri Payet est très libre sur le terrain. Il dézone beaucoup pour demander le ballon dans les intervalles et enchaîner vers l’avant. Dès le début du match, il a été tranchant dans ses percussions balle au pied. Au fil des minutes, il a tout fait aux Messins. Cinq occasions créées, un tir juste au-dessus de la transversale, des dribbles enchaînés, des passes précises à ras de terre, des transversales pour renverser le jeu. "Payet a été déséquilibrant", a justement déclaré son entraîneur après la rencontre. L’intention et la réalisation étaient au rendez-vous. A l’image d’une première partie de saison presque idéale.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0