Panoramic

Marseille-Caen (2-3) : Lanterne rouge à la trêve, Caen est devenu l'épouvantail de la Ligue 1

Lanterne rouge à la trêve, Caen est devenu l'épouvantail de la Ligue 1

Le 27/02/2015 à 23:46Mis à jour Le 28/02/2015 à 12:25

Après avoir fait tomber l'ASSE (1-0) et tenu en échec le PSG (2-2) depuis le début de l'année, le Stade Malherbe a fait forte impression en renversant la situation face à l'OM (2-3) en ouverture de la 27e journée de la Ligue 1, vendredi. Ce n'est plus une surprise. Caen est bel et bien la meilleure équipe du championnat depuis le début de l'année 2015.

"A Noël, on était morts", "on ne donnait pas cher de notre peau." Patrice Garande et Rémy Vercoutre savent que le Stade Malherbe de Caen revient de loin après son succès retentissant sur la pelouse de l'OM (2-3) en ouverture de la 27e journée de Ligue 1 vendredi. Ce succès, symbolique, compte tenu du scénario du match, ressemble à ce que le SMC réussit depuis le début de l'année. Parti de bas, Caen est en train de monter très haut.

Lanterne rouge de la Ligue 1 à la trêve, les Normands avaient déjà composté leur ticket pour l'échelon inférieur pour certains observateurs. Depuis, ils ont mis à mal ces pronostics pessimistes et se retrouvent invaincus depuis sept rencontres - leur meilleure série de la saison - et peuvent s'enorgueillir d'être en tête de la Ligue 1 sur la phase retour. Ils ont déjà engrangé dix-neuf points en huit matches soit quatre de plus qu'au cours des dix-neuf rencontres de la phase aller !

Au Vélodrome, Benezet a offert en fin de match un sixième succès en sept matches à ses coéquipiers. Malgré les deux buts d'avance de l'OM, les Caennais n'ont jamais lâché prise et ont continué à se montrer redoutables. Et l'addition aurait pu être plus lourde sans un Mandanda héroïque côté olympien. A Paris, les Caennais avaient déjà remonté deux buts de débours en toute fin de match. Mais s'étaient alors "contentés" d'un improbable match nul (2-2).

Sala, 4 buts en 3 matches

C'est sans doute ce coup de force au Parc des Princes qui leur permet aujourd'hui de ne faire aucun complexe face aux cadors. Si Féret a sonné la révolte en début d'année, Sala, prêté par Bordeaux en toute fin de mercato, a pris le relais de son meneur de jeu avec quatre buts lors des trois derniers matches. Son équipe a marqué vingt buts lors de ses sept dernières sorties. Avec 42 réalisations, Caen est la quatrième meilleure attaque de L1. Seul le trio de tête fait mieux.

Au micro de BeIn Sport, le jeune milieu défensif Ngolo Kanté confirme que la montée en puissance de son équipe permet de ne pas douter : "On sentait qu'on pouvait faire quelque chose vu nos occasions avant les buts." Même les sorties sur blessure de Nangis et Bazile en première période n'ont pas modifié les plans de son coach. "Le mot d'ordre de Patrice : défendre tout en avançant. On leur a posé beaucoup de problèmes", a ajouté son acolyte Seube.

Face à l'équipe de Marcelo Bielsa, les Normands ont profité des énormes espaces laissés entre le milieu de terrain et une défense olympienne orpheline de Nkoulou. "Je leur ai dit qu'on était venu ici pour gagner et qu'en face, on n'avait pas une grande équipe de l'OM. Il y avait la place pour faire quelque chose. Je leur ai dit : 'Jouez ce match sans inquiétude'. C'est ce que je ressentais", explique Patrice Garande.

La joie de Sala, auteur de l'égalisation face à l'OM

La joie de Sala, auteur de l'égalisation face à l'OMPanoramic

Son ambition dans le jeu permet à son équipe d'être l'une des plus attrayantes de Ligue 1 et surtout de s'éloigner de cette zone rouge dans laquelle elle a été plongée pendant sept journées avant la trêve. A ce moment-là, les Caennais comptaient quatre points de retard sur le premier relégable. Deux mois plus tard, l'ETG (18e) voit Caen s'éloigner avec huit points d'avance. Sur le sujet de la course au maintien, Garande reste plus que vigilant. Si ses joueurs continuent à être sûrs de leur force, il n'aura pas à attendre la 38e journée pour souffler un grand coup. Caen n'en est plus à regarder derrière. Mais peut se concentrer sur ce qu'il y a devant.

0
0