Panoramic

Pour la Ligue 1, Thiago Motta est un provocateur mais ça ne la choque pas forcément

Pour la Ligue 1, Thiago Motta est un provocateur mais ça ne la choque pas forcément
Par AFP

Le 21/08/2014 à 19:58Mis à jour Le 21/08/2014 à 20:01

Accusé par Bastia d'avoir provoqué Brandao, le Parisien Thiago Motta traîne une image sulfureuse en Ligue 1. Mais celle-ci estime que la provocation fait partie du jeu.

Thiago Motta, victime du coup de tête de Brandao (Bastia), sait manier la balle mais aussi la provocation verbale "qui fait partie de son bagage", une pratique courante "du métier" qui ne choque pas les acteurs de L1. La Ligue 1 est unanime sur le coup de tête, comme l'a synthétisé Claude Puel, entraîneur de Nice: "rien ne peut légitimer le geste de Brandao".

Mais certains joueurs en L1 --pas tous-- ont constaté que "Thiago Motta est un joueur qui provoque", comme Alexy Bosetti (Nice). "Ça fait partie de son jeu, poursuit l'attaquant niçois. Peut-être l'a-t-il poussé à bout mais cela ne justifie en rien le geste, derrière, de Brandao". "Motta, cela fait partie de son bagage", renchérit Cédric Barbosa, milieu de terrain d'Evian, adversaire du PSG vendredi en L1. Un match auquel peut participer Thiago Motta, victime d'une fracture du nez, mais sans déplacement, ce qui lui a permis de s'entraîner normalement.

"Motta, cela fait partie de son bagage"

Que des joueurs "chambrent" ou "provoquent" est une pratique courante dans le milieu du foot professionnel. "La provocation, quand elle n'est pas méchante ni gratuite, fait aussi partie du métier, reconnaît ainsi Barbosa. Motta, c'est un joueur très intelligent, cela fait partie de notre métier". "Nous, en France, on est toujours un peu surpris par ça mais, lorsqu'on vient de certains pays, beaucoup plus latins notamment (Motta est italo-brésilien), je me demande si ce n'est pas un peu dans la formation", poursuit, malicieux, le joueur vétéran d'Evian, âgé de 38 ans.

"Ce n'est pas quelque chose qui me choque. Après, si c'est méchant et gratuit, c'est complètement différent. Mais ça c'est un autre domaine dans lequel je ne veux pas rentrer car cela ne me concerne pas et je ne suis pas comme ça", conclut l'ancien joueur de Montpellier. L'Argentin de Toulouse Oscar Trejo assure n'avoir "jamais eu de problème avec Motta". "J'ai bien vu qu'on le présente dans la presse comme un provocateur mais moi je n'ai jamais noté quoi que se soit quand j'ai joué contre lui", insiste le milieu du TFC.

Thiago Motta (PSG)

Thiago Motta (PSG)Panoramic

La saison passé, Rémi Garde avait aussi craqué

A la fin de la saison dernière, lors de la finale de la Coupe de la Ligue, les caméras de télé ont capté l'entraîneur de Lyon Rémi Garde en train de lancer à l'arbitre, en dénonçant Thiago Motta: "Quelle honte ! Il a mis des pains toute l'année, cet enc...". Des propos qui ont tourné en boucle sur Youtube, Garde s'excusant ensuite: "Je n'ai pas de circonstances atténuantes et cela ne me ressemble pas mais cela a été prononcé donc cela mérite des excuses".

Julian Palmieri, partenaire de Brandao à Bastia, a lui accusé Thiago Motta sur RMC d'avoir "passé le match à dire 'fils de p... ' à toute l'équipe devant l'arbitre". "C'est une chose (un argument) de Bastia pour défendre Brandao", a rétorqué Javier Pastore, équipier de Motta au Paris SG. "Le PSG joue un foot meilleur que les autres, c'est normal que les autres équipes s'énervent. C'est comme quand on joue contre le Bayern ou Barcelone, on ne touche pas le ballon. Sur des vidéos du PSG, on voit Lavezzi et Marco (Verratti) parler, et rigoler deux secondes après, c'est normal", a conclu l'Argentin du PSG.

Blanc : "En amateur, c'est pire"

L'entraîneur du PSG, Laurent Blanc, s'agace quand on l'interroge sur le thème des "insultes" attribuées à son joueur. "Qui dit ça qu'il insulte ? C'est vous ? 'Certains joueurs disent ça ?' C'est peu...", a-t-il d'abord répondu à un journaliste en conférence de presse. "Vous avez joué au foot ? Tous les joueurs parlent sur les terrains de foot, en amateur c'est pire", a enchaîné Blanc, retrouvant un ton posé.

Jocelyn Gourvennec, entraîneur de Guingamp, abonde dans ce sens: "(Les provocations) au haut niveau, je vais pas vous dire que c'est à tous les matches, mais quasiment. On peut pas s'offusquer de ça, c'est comme ça, ça fait partie de la compétition. Très clairement, Brandao n'avait pas à aller plus loin que ça. La meilleure réponse qu'il avait c'était de coller un but".

Brandao face à Thiago Motta lors de PSG - Bastia

Brandao face à Thiago Motta lors de PSG - BastiaAFP

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0