Le souvenir de Lyon-Saint-Etienne (3-0) du mois de novembre dernier est encore dans tous les esprits. Les blessures de Beric et Umtiti, les noms d'oiseaux qui volent sur le terrain : l'image donnée par les deux voisins fut déplorable. Alors que les retrouvailles s'annoncent tendues, que le contexte sportif et extra-sportif est bouillant, Jean-Michel Aulas a décidé d'apaiser les débats alors. Ses homologues stéphanois, eux, ont choisi le silence pour ne pas souffler sur des braises d'un derby qui ne demande qu'à s'enflammer.
Dimanche se tiendra le 112e derby de l'histoire entre Saint-Etienne et Lyon. Le match aller fut le théâtre de quelques débordements sur la pelouse et en dehors du stade. A quoi vous attendez-vous dimanche ?
J-M.A. : Je veux faire passer un message de modération tout en maintenant l'esprit de compétitivité car c'est un match avec beaucoup d'enjeux. Il est important pour l'avenir en Coupe d'Europe des deux équipes. Les deux clubs ont fait beaucoup d'investissements ces derniers temps, surtout Lyon, et notre souhait est de faire passer cette rivalité dans une nouvelle dimension. Dorénavant, nous jouerons les derbies dans des stades de 60 000 et 40 000 places. Le derby doit entrer dans une nouvelle ère plus pacifiée.
Ligue 1
Aulas se voit rester majoritaire au capital de l'OL après 2023
15/06/2021 À 14:56
C'est aussi pour cela que vous vous affichez ostensiblement avec Bernard Caïazzo ?
J-M.A. : Nous travaillons ensemble avec Bernard Caïazzo pour une meilleure compétitivité du football français au sein de Première Ligue (le nouveau syndicat qui représente les clubs de Ligue 1, NDLR). On doit prolonger cette complémentarité pour faire grandir le derby avec dignité et respect mutuel. A ce titre, j'ai peur que les supporters extrapolent les paroles menaçantes proférées par les joueurs stéphanois le week-end dernier. En particulier celles de Moustapha Bayal Sall (1).

Bernard Caïazzo et Jean-Michel Aulas

Crédit: Panoramic

Mais le derby, c'est aussi des petites phrases, des piques envoyées entre les dirigeants. C'est ce qui fait sa particularité et son charme. N'avez-vous pas peur de perdre ce qui fait le sel de cette rencontre ?
J-M.A. : Bien sûr, il existe un risque que le côté pagnolesque ou clochemerle disparaisse. Mais nous devons augmenter notre niveau d'exigence pour que le match ne soit plus dangereux. Roland Romeyer et moi-même n'avons pas toujours été exemplaires mais nous allons essayer de l'être. Mais je répète qu'il ne faut pas que les joueurs sapent ce qu'on met en place comme ceux de l'ASSE ont pu le faire dimanche dernier. On doit effacer toutes les histoires peu reluisantes comme celles que l'on a observées récemment et qui ont conduit des gens aux tribunaux (2). Mais sur le terrain également, le match ne doit pas dépasser les limites de l'engagement physique. On ne veut plus d'agression. Si ce qui est amusant devient dangereux, on n'en veut plus.
A ce titre, le match aller (3-0) avait donné une image déplorable avec beaucoup de nervosité sur le terrain…
J-M.A. : Je n'ai pas vu de choses extravagantes sur le terrain. Chaque équipe a eu un blessé avec Samuel Umtiti et Robert Beric. Dans l’environnement, il s'est passé des choses anormales avec des groupes extérieurs venus s'insérer dans la fête.
Vous parlez de l'incident dont a été victime Georges Bereta (3) ?
J-M.A. : Non. J'ai regretté ce qu'il s'est passé mais, s'il m'avait appelé directement, cela se serait passé autrement.
A l'aller, Jordan Ferri a sévèrement blessé Robert Beric. Craignez-vous la réaction de Geoffroy-Guichard à son égard ?
J-M.A. : Je crois les dirigeants stéphanois lorsqu'ils me disent qu'ils ont donné des consignes à leurs supporters. Clément Turpin, l'arbitre de la rencontre, a l'expérience des grandes confrontations. Si un certain nombre de joueurs s'en prennent à Jordan, il saura être vigilant. J'ai confiance. On essaie de nous titiller mais je ne dirai que des choses positives.
1 : A l'issue de Nantes-Saint-Etienne, Mustapha Bayal Sall a déclaré à nos confères du Progrès : "J’ai regardé le derby aller à la télé et j’ai vu les comportements des Lyonnais. Chez eux, ils font toujours des trucs inadmissibles. Ils sont méchants, agressifs ou vulgaires. Le match retour va être très compliqué pour eux. On va se faire respecter, grave !"
2 : Dix ultras de l'AS Saint-Etienne ont comparu la semaine dernière devant la justice pour le saccage d'un mariage sur fond de rivalité entre supporters des Verts et de l'OL. Neuf d'entre eux ont été condamnés à de la prison ferme.
3 : L'ancien milieu de Saint-Etienne (1966-1974), Georges Bereta, a été victime d'une agression, à l'issue du match aller auquel il assistait à Gerland. À sa sortie du parking, sa voiture a été prise pour cible par une cinquantaine d'individus, selon des informations du Progrès.

Roland Romeyer (ASSE) et Jean-Michel Aulas (OL)

Crédit: Panoramic

D1 Arkema
Lyon-PSG, finale pour le titre et spectre de la saison blanche
29/05/2021 À 21:56
Ligue 1
Lyon se saborde et offre la Ligue des champions à Monaco
23/05/2021 À 21:07