AFP

Caen - OL (0-4) : Fekir corrige Caen et redonne le sourire à Lyon

Fekir corrige Caen et redonne le sourire à l'OL

Le 29/08/2015 à 18:38Mis à jour Le 29/08/2015 à 19:03

LIGUE 1 - Grâce à un triplé de Nabil Fekir et à un missile de Beauvue, l'OL a pris le meilleur sur Caen (0-4) lors de la 4e journée de L1. Une victoire spectaculaire qui permet à Lyon de revenir provisoirement à la 2e place, à deux points du PSG qui se déplacera à Monaco dimanche.

Le meilleur remède à la morosité lyonnaise et à son début de saison raté ? En cinq lettres : Fekir. Ce samedi à Caen, l'OL a retrouvé de la joie de vivre et, accessoirement, le chemin de la victoire. Il n'a eu qu'à suivre la voie tracée par son génial attaquant, Nabil Fekir, auteur d'un triplé exceptionnel, et un missile de Beauvue (87e, ont offert une victoire dans un fauteuil (0-4) aux Gones. Ce succès permet à Lyon, décidément plus à l'aise à l'extérieur qu'à Gerland en ce mois d'août, de remonter provisoirement au 2e rang, à deux points du PSG. Caen, qui a terminé la rencontre à 10 après l'expulsion de Da Silva (74e), reste scotché à la 7e place.

Pourtant, les Normands, avant la pause, méritaient mieux. Mais ils ont buté sur un excellent Anthony Lopes, auteur de quatre parades décisives dont une sur un duel bouillant face à Delaplace (25e). Si Lopes a fait le job derrière, c'est Fekir qui a illuminé l'après-midi des Gones en trois actes.

4 buts, 4 petits bijoux

Acte I : duel face à Da Silva, dribble extérieur, frappe croisée filet opposé (0-1, 19e). Acte II, le bijou : Fekir donne le tournis à Alhadur entre feintes de corps et dribbles fulgurants, plat du pied dans un angle impossible, poteau rentrant (0-2, 44e). Acte III, le coup de grâce : petit numéro de Valbuena, centre en retrait, frappe sèche sans élan du héros du jour (0-3, 57e). Désormais meilleur buteur de Ligue 1 (4 réalisations), Fekir s'est offert le premier coup du chapeau de sa carrière en y mettant les formes.

Claudio Beauvue s'est occupé du bouquet final (87e) d'une mine mémorable de l'angle droit de la surface d'un Vercoutre impuissant. Ce festival offensif, signé en l'absence d'Alexandre Lacazette, redonne de l'allant à une formation qui en manquait depuis le début de saison. Mais il ne doit pas masquer les quelques sueurs froides provoquées en grande partie par un Anthony Delort intenable à l'image de son coup franc sur la barre transversale (38e). Lyon, qui a perdu Tolisso sur blessure dans la bataille (69e), signe son premier match référence de la saison. Il était temps alors que Lille et Marseille se dresseront sur la route de l'OL après la trêve internationale.

0
0