Bahlouli-Martial même combat ? La colère des supporters lyonnais sur les réseaux sociaux enragés de voir une autre pépite de leur centre de formation rejoindre la Principauté après Anthony Martial en 2013 pourrait le faire penser. Mais à 20 ans, Farès Bahlouli n’a pas le même crédit que l’attaquant pouvait avoir à l’OL avant de partir. En trois ans, le milieu offensif n’a que très peu joué. Et à son âge, il ne peut plus se permettre de rester cantonné à la CFA.

Temps de jeu de Farès Bahlouli, toutes compétitions confondues :

2012/2013 1 (9 minutes)
2013/20146 (175 minutes)
2014/20156 (138 minutes)
Ligue 1
L’OM contre-attaque et s’attache les services de Rekik et Ocampos
30/06/2015 À 18:18
En restant à Lyon, c’est pourtant ce qui l’attendait à en croire Hubert Fournier. "Bahlouli est très pressé de jouer et l’AS Monaco est arrivée, a-t-il déclaré en conférence de presse mardi. Il a des internationaux devant lui. "
Une décision qu’avait confirmée lundi Jean-Michel Aulas sur RMC. "Pour l’intérêt de Farès, je lui donnerai un coup de main pour qu’il puisse aller là-bas." Une déclaration surprenante pour un président attaché aux joueurs du cru. Et qui ne manque pas de vanter les mérites de son centre de formation dans les médias. Le départ de Bahlouli est une preuve que sa stratégie a des limites et que tous les jeunes, même talentueux, ne rejoindront pas le paradis de l’équipe professionnelle.
Chez les jeunes il a toujours été au-dessus techniquement, pas physiquement "
Du côté du centre de formation lyonnais, on se dit forcement "déçu " du départ du joueur. "On se demande ce qu’on aurait pu faire de mieux pour qu’il explose chez les professionnels chez nous, commente Gerard Bonneau, recruteur pour l’académie des Gones. Il est arrivé à 7 ans au club. Après 13 ans, il a peut-être besoin de quitter son concon. "
Dès son plus jeune âge, le Franco-Algérien s’est montré à l’aise techniquement. "Il était au-dessus des autres dans toutes les catégories d’âges", affirme celui qui l’a fait venir à Lyon. Les problèmes viennent plus tard et ils n’ont rien à voir avec le talent. "Physiquement, il a eu des hauts et des bas. Il est chez lui à Lyon, il n’a pas connu autre chose. C’est super pour lui, mais peut-être négatif pour le club au final. On a toujours besoin de se réinventer."

Farès Bahlouli (OL)

Crédit: Panoramic

Monaco, le bon choix pour exploser

Un départ pour la Principauté pourrait amener au joueur la rigueur que le haut niveau demande. "Cela peut-être un bon choix car ils font confiance au jeune, argumente Gerard Bonneau. Et aujourd’hui, il a besoin de jouer. Prenez un gamin comme Tolisso. Ces 3-4 premiers mois étaient très compliqués. Puis, il a pris l’intensité du championnat en enchainant les matches et les entraînements pour se mettre au niveau. C’est ce qui manque à Bahlouli aujourd’hui. Techniquement, il est au niveau, mais pas physiologiquement. "
Comme souvent chez les jeunes de son âge, l’international français dans toutes les catégories de jeunes a besoin de temps pour prendre en considération les exigences du monde professionnel. Certains l’assimilent vite. D’autres ont besoin de temps. C’est le cas de Bahlouli. Le joueur manque un peu de maturité, mais cela ne fait que repousser son éclosion de l’avis de tous les éducateurs du centre de formation lyonnais.

Le Lyonnais Fares Bahlouli pourrait se révéler au Festival Espoirs de Toulon

Crédit: Panoramic

Gerard Bonneau n’est pas un décideur chez les professionnels. Il n’a donc pas son mot à dire sur le départ du jeune attaquant. On imagine qu’il l’aurait bien gardé encore un peu de temps. En revanche, Florian Maurice, recruteur pour l’équipe pro, a du poids dans les décisions présidentielles. Contacté par nos soins, il s’est contenté d’un "je ne parle pas aux journalistes et cela ne m’intéresse pas".
Vous verrez à 23-24 ans"
Chez les dirigeants de l’académie, on est persuadé que Bahlouli explosera au plus haut niveau. "Dans la génération 1995, il y avait Martial et lui au-dessus du lot, affirme Gerard Bonneau. Mais tout le monde va à son rythme. Anthony est parti à Monaco pour des raisons économiques, ce qui n’est pas le cas de Farès. Il a maintenant besoin d’un déclic. Mais vous verrez à 23-24 ans, on va parler de lui comme Anthony Martial, ce sont de gros joueurs. Il n’y en a pas dans tous les clubs des joueurs comme ça." Monaco est donc en passe de posséder les deux joueurs les plus prometteurs de la génération 95 lyonnaise. Le tout acheté pour à peine plus de 8 millions d’euros.
Ligue 1
Après Martial en 2013, au tour de Bahlouli : Monaco continue ses emplettes à Lyon
30/06/2015 À 17:16
Liga
Comme d’autres avant lui, Pogba est devenu une promesse électorale au Barça
30/06/2015 À 13:36