AFP

LIGUE 1 - OM-OL (1-1) Conspué en tribunes, découpé sur le terrain, Valbuena a répondu avec talent

Conspué en tribunes, découpé sur le terrain, Valbuena a répondu avec talent et classe

Le 21/09/2015 à 01:37Mis à jour Le 21/09/2015 à 02:09

Il était attendu, il se méfiait de l'accueil du Vélodrome et en a pris pour son grade mais Mathieu Valbuena a, comme souvent, tenu bon et su répondre présent sur le terrain lors d'OM-OL (1-1).

Petit par la taille mais géant par le mental. Mathieu Valbuena n'a pas tremblé sur la pelouse d'un stade Vélodrome tout entier contre lui lors d'OM-OL (1-1). L'ancien numéro 28 marseillais, passé côté lyonnais, s'attendait à des retrouvailles bouillantes avec les supporters marseillais, il a été plus que servi. Public, joueurs, dirigeants, ils étaient tous contre lui. Valbuena aurait pu craquer devant une ambiance aussi hostile. Il a tenu bon et, concentré sur son match, a répondu en réalisant une prestation digne d'un grand champion.

Dès l'échauffement des Lyonnais, Mathieu Valbuena a pu se rendre compte de l'animosité qui habitait les supporters marseillais. "Les vrais Marseillais ne me siffleront pas, avait-il espéré avant ce retour. Même s'il y a des sifflets, je suis suffisamment fort pour les surmonter". Il ne s'est donc pas trompé sur ce dernier point et n'avait pas surestimé sa capacité de réaction. Au contraire car, en plus d'une furieuse bronca dès qu'il touchait le ballon, il a aussi eu droit à une banderole le qualifiant de traitre et à une poupée à son effigie pendue à une potence.

La poupée à l'effigie de Valbuena

La poupée à l'effigie de ValbuenaPanoramic

Une cible désignée

Sur la pelouse, Valbuena a également pu apprécier le traitement de faveur qui lui avait été réservé. Karim Rekik l'a balancé en touche d'une charge féroce qui ne s'imposait pas du tout (21e). Le Néerlandais s'en est sorti avec un carton jaune. Sonné, le néo-Lyonnais, lui, s'est relevé et a été à l'origine du penalty obtenu et transformé par Alexandre Lacazette quelques instants plus tard grâce à une ouverture bien sentie (23e). "Ce qui s'est passé contre lui est une vendetta volontaire, son intégrité physique a été mise en danger", a dénoncé le président lyonnais Jean-Michel Aulas après le match.

Car Romain Alessandrini a ensuite découpé Valbuena par derrière (44e). L'ancien Rennais a logiquement été expulsé mais cela n'a pas refroidi Abdelaziz Barrada qui a, à son tour, asséné quelques coups inutiles à l'international français (45e). La mi-temps sifflée, Valbuena pensait pouvoir rentrer aux vestiaires sans secousse mais Frank Passi a pris part à l'acharnement et est allé l'apostropher dans les couloirs. "Il est surtout marqué par les coups qu'il a pris ce soir, parce qu'il en a pris, a commenté le coach lyonnais Hubert Fournier. Je l'ai trouvé très bon, il est capable d'évoluer dans ces climats".

Avec 75 ballons touchés, le deuxième meilleur total du match, une énorme activité et une grande lucidité dans ce contexte néfaste, Mathieu Valbuena a réussi à ne rien perdre de ses qualités de joueur. Solide jusqu'au bout d'une rencontre interrompue à cause de jets de projectiles, il a même provoqué un énorme silence dans l'enceinte phocéenne avec une reprise qui a fui la cage de Mandanda au dernier moment (90e). Quelques centimètres l'ont privé d'un fantastique pied de nez mais cela n'enlèvera rien à sa prestation colossale.

0
0