AFP

Ligue 1 - Toulouse se maintient au terme d’un match fou, Reims et le Gazélec relégués

Toulouse se maintient au terme d’un match fou, Reims et le Gazélec relégués en Ligue 2

Le 14/05/2016 à 23:29Mis à jour Le 15/05/2016 à 00:48

LIGUE 1 – Au terme d’une soirée folle, Toulouse a assuré son maintien en Ligue 1 après sa victoire sur le terrain d’Angers (2-3). Menés jusqu’à la 78e minute, les hommes de Pascal Dupraz ont inversé la tendance dans un dernier quart d’heure complètement fou. Conséquence, le Stade de Reims, brillant vainqueur de Lyon (4-1), et le Gazélec d’Ajaccio sont relégués en Ligue 2.

Un scénario fou, des buts en folie et un suspens à son comble. Au bout d’une soirée spectaculaire, Toulouse a assuré son maintien sur la pelouse d’Angers en arrachant la victoire dans le dernier quart d’heure (2-3). Malgré sa belle victoire face à Lyon (4-1) qui lui a longtemps fait croire à une issue positive, le Stade de Reims est relégué en Ligue 2. Défait à Lorient (1-0), le Gazélec l’accompagne à l’échelon inférieur.

Il fallait avoir le cœur bien accroché ce samedi à Angers. Car Toulouse avait décidé de jouer avec ses nerfs. En position de force juste avant le coup d’envoi, les Toulousains ont vite déchanté. La faute à des Angevins réalistes et bien regroupés. Le premier coup de poignard est venu de la part de Billy Ketkeophomphone quia a ouvert le score après avoir ajusté Lafont (1-0, 12e). Deux minutes plus tard, Reims ouvrait le score face à Lyon et la voie à un scénario défavorable pour les hommes de Pascal Dupraz. D’autant que le capitaine Martin Braithwaite envoyait un penalty au-dessus de la cage angevine (31e).

Un dernier quart d’heure tout feu tout flamme

Encore plus entreprenants au retour des vestiaires, les Toulousains ont finalement réussi à égaliser par l’inévitable Wissam Ben Yedder (1-1, 59e). L’espoir revenait en Garonne. L’espace de trois minutes. A peine entré en jeu, Saïd Benrahma a décoché une frappe de l’extérieur de la surface et a réussi à lober un Lafont pas exempt de tout reproche (2-1, 63e).

Mais il en fallait décidemment plus pour empêcher Toulouse de rester en Ligue 1. C’est d’abord Martin Braithwaite qui s’est rattrapé en coupant un centre venu de la droite (2-2, 78e). La libération est finalement venu de Yann Bodiger qui a envoyé un coup franc dans la lucarne d’un Letellier pourtant impérial tout au long de la soirée.

Toulouse pouvait exulter. 19e lors de l’arrivée de Pascal Dupraz, à 10 points du premier non relégable, les coéquipiers de Wissam Ben Yedder ont réussi à se maintenir au terme d’une folle série.

Ben Yedder sous le maillot de Toulouse

Ben Yedder sous le maillot de ToulouseAFP

Pourtant, Reims avait tout fait

Un scénario fou qui se jouait finalement au détriment d’un Stade de Reims qui a longtemps cru en sa bonne étoile. En surclassant l’OL à domicile (4-1), les Rémois ont mis toutes les chances de leur côté, bien aidés par des Lyonnais catastrophiques. Aïssa Mandi a d’abord profité d’une mauvaise déviation d’Umtiti pour ouvrir le score (1-0, 14e) avant que Diego ne double la mise en glissant le ballon sous le corps d’Antony Lopes (2-0, 34e).

Complètement à la rue défensivement, les Lyonnais ont même vu Turan tripler la mise sur une demi-volée magnifique de plus de 35 mètres. Le cauchemar a continué pour l’arrière-garde lyonnaise avec un penalty concédé par Samuel Umtiti et transformé par Grejohn Kyei (4-0, 56e). La réduction du score de Cornet était anecdotique au stade Auguste Delaune tant tous les esprits étaient tournés vers Angers où le miracle se produisait. Il fallait voir les têtes des Rémois à la fin du match pour comprendre à quel point ils avaient frôlé le maintien.

Dans le dernier match, le Gazélec ne s’est même pas rebellé et s’est logiquement incliné à Lorient (1-0) sur un but de Benjamin Moukandjo (27e). De toute façon, la bonne étoile avait choisi son camp. Et c’est bien Toulouse qui en profite.

0
0