OL Groupe redevient nettement bénéficiaire sur six mois

OL Groupe redevient nettement bénéficiaire sur six mois
Par AFP

Le 16/02/2016 à 21:06Mis à jour Le 16/02/2016 à 21:16

OL Groupe, la société cotée qui coiffe l'Olympique Lyonnais, est redevenue nettement bénéficiaire sur six mois et tous les indicateurs financiers sont au vert pour l'entrée du club dans son tout nouveau grand stade.

Sur les six mois achevés fin décembre, OL Groupe a dégagé un bénéfice net (part du groupe) de 19,7 millions d'euros, alors qu'il avait perdu 9,4 millions d'euros l'an dernier sur la même période, selon un communiqué publié mardi par l'entreprise. OL Groupe ne s'avance pas à faire des prévisions pour l'ensemble de l'exercice, mais son président Jean-Michel Aulas a confirmé auprès de l'AFP de précédentes déclarations dans lesquelles il disait espérer un retour "dans le vert" sur l'année, après six exercices cumulés de pertes.

Le chiffre d'affaires de l'entreprise a plus que doublé pour atteindre 107,8 millions d'euros sur ces six mois. Les produits d'exploitation (billetterie, publicité, droits TV et produits dérivés) ont progressé de 68% sur le semestre, pour atteindre 81,7 millions d'euros.

Ce bond tient essentiellement aux droits encaissés par le club à l'occasion de son retour en Ligue des champions. Mais cette performance ne pourra pas être rééditée en seconde partie d'année après la piteuse élimination de l'OL dès la phase de poules. Les recettes tirées de la cession de joueurs ont pour leur part sextuplé à 26,2 millions d'euros, avec les départs de Benzia, Njie, Yattara et autre Zeffane.

29 millions de hausse d'actifs

Pour autant, l'OL a recommencé à reconstituer la valeur de son "stock" de joueurs, après avoir dû se séparer pendant des années de ses meilleurs éléments pour financer son coûteux grand stade. L'actif net joueur a ainsi progressé en un an de 29 millions d'euros. Et l'OL estime à 136 millions d'euros les plus-values potentielles susceptibles d'être dégagées lors du transfert de jeunes formés au club.

Ces résultats sont les derniers ne prenant pas en compte l'impact du grand stade, inauguré le 9 janvier dernier et valorisé 379 millions d'euros dans les comptes du groupe. Les quatre premiers matches du club dans sa nouvelle enceinte ont rassemblé 180.000 spectateurs, qui ont consommé "largement" plus que dans le vieux stade de Gerland.

"La tendance sur les recettes est très positive", a relevé M. Aulas et la nouvelle infrastructure va contribuer positivement aux résultats du second semestre, même si le groupe est encore en phase de rodage dans son exploitation. "Nous sommes au-dessus des business plans pour l'instant, avec des chiffres tout à fait significatifs", a-t-il ajouté, en soulignant que la prochaine rencontre face au PSG (le 28 février) devrait permettre à l'OL de battre son record absolu de recettes sur un match (2,7 millions d'euros), établi face au Bayern Munich en 2010.

La principale incertitude pesant sur le groupe reste sa capacité à rembourser sa forte dette, découlant de la construction du stade. L'OL, seul club français coté en Bourse, voit depuis juin dernier le cours de son action stagner autour des deux euros, bien loin des 24 euros de son prix d'introduction en Bourse.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0