Panoramic

Des Ultras au Parc, la pièce qui manquait au PSG pour "rêver plus grand" ?

"Avec de vrais Ultras, la Ligue des champions serait déjà parisienne"

Le 30/09/2016 à 19:50Mis à jour Le 01/10/2016 à 21:20

LIGUE 1 - Jeudi, la Préfecture de Paris a validé sous conditions le retour des Ultras au Parc des Princes. Alors, dès ce samedi contre Bordeaux (17h), près de 150 d’entre eux devraient être présents dans les gradins. Une étape nécessaire à la construction du PSG international voulu par Nasser Al-Khelaïfi.

Unai Emery l’a expliqué lui-même ce vendredi en conférence de presse : le PSG a tout à gagner dans cette affaire.

Vidéo - Paris - Emery : "Les Ultras ? Importants pour la magie"

00:45

Le Parc des Princes doit se réveiller

Et le coach espagnol a dû s’en rendre compte rapidement : depuis 2010 et l’instauration du plan Leproux, ça sonne creux au Parc des Princes. Non pas que les spectateurs ne répondent pas présent (46.634 spectateurs de moyenne fin 2015) mais l’ambiance n’était clairement pas à la folie des années 1990/2000 mais plutôt aux applaudissements polissés et aux sifflets malvenus en cas de contre-performance (n’est-ce pas Ibra ?).

Un gros hic alors que le PSG lutte depuis plus de cinq ans dans la plus grande compétition européenne. Un grand club se doit d’avoir un grand stade et un douzième homme n’est jamais de trop lors de sommets entre géants (il n’y qu’à voir le Calderon en fusion avec son Atlético mercredi dernier face au Bayern pour le comprendre).

Alors, la décision de la Préfecture d’autoriser le retour des Ultras après avoir rencontré Nasser Al-Khelaïfi semble aller dans ce sens. C’est d’ailleurs le président parisien qui a pris le dossier en main, sensible politiquement, en recevant certains groupes d’Ultras. Celui qui veut "plus d’ambiance dans le stade" s’est donc impliqué dans le dossier et a reçu le CUP (Collectif Ultra Paris) soutenu par l’ADAJIS (Association de Défense et d’Assistance Juridique Supporters), dont l’avocat Me Pierre Barthélemy explique les contours de ce retour : "Il s'agit de la conclusion d'un accord pour engager, ensemble, un cadre de réflexion sur le retour d'une animation collective et structurée du supportérisme au Parc des Princes […] Cela concerne tant les abonnés actuels, que d'anciens abonnés ou de supporters jamais abonnés et souhaitant s'impliquer dans ce projet". En clair, tout est ouvert, tout est possible et tout le monde, ou presque, est le bienvenu.

Le Parc des Princes

Le Parc des PrincesPanoramic

Et en cas de débordements ?

Si le processus a été enclenché, certaines zones d’ombre entourent toujours le dossier. Quelle liberté de parole, quelle collaboration avec le club, quel prix d’abonnement ? Toutes ces questions, primordiales aux yeux de certains, n’ont pas encore été tranchées. D’où la nuance apportée par Christophe Uldry, ancien des Supras Auteuil : "Ce sont des déclarations d’intentions louables mais parler de retour des Ultras semble trop précipité. Ou alors des ‘Ultras lights’ car tous les vrais combats historiques des Ultras ne sont pas encore évoqués".

D’autres anciens évoquent même un traquenard tendu par la Préfecture : en cas de débordements, les pouvoirs publics réutiliseront la manière forte sans distinguer les responsables du reste pour mettre fin à la cause Ultra. Une possibilité déjà prévue par le CUP qui a mis en place une charte stricte destinée à ses adhérents comme le souligne Pierre Barthélemy : "Il s'agit de définir le cadre permettant à chacun de s'y épanouir, d'encourager ceux qui sont conscients de leurs droits et de leurs devoirs, de responsabiliser ceux qui ont les épaules et de sanctionner de manière honnête et proportionnée ceux qui ne veulent pas ou ne savent pas respecter les règles".

Des Ultras parisiens en 2004

Des Ultras parisiens en 2004AFP

" "Avec les Ultras, la C1 serait déjà à la maison""

Mais, si les contours sont encore flous et seront évidemment affinés avec le temps, la volonté du club parisien d’enfin mettre en avant ses supporters est accueillie partout avec enthousiasme comme le détaille Christophe Uldry : "Al-Khelaïfi a ENFIN compris l’intérêt d’avoir un public. Alors, un accord pour que les supporters s‘organisent mieux, sans forcément parler d’Ultras, c’est une bonne nouvelle pour le club. Avec de vrais Ultras, la C1 serait déjà parisienne".

Ce samedi, c’est donc un retour progressif qui sera enclenché. Comme ce fut le cas lors de la finale de Coupe de France contre l’OM en mai dernier, une centaine de membre du CUP assisteront au match et auront la possibilité de se réunir dans les gradins. Une phase de test avant le lancement des grands travaux. Difficile de compter, difficile de quantifier. Les supporters d’hier ne sont peut-être plus ceux d’aujourd’hui. Car six ans, ça change un club et ça change des hommes. Il n’empêche, la conciliation menée va dans le bon sens et suit une seule logique : celle de voir le Parc des Princes à nouveau s’embraser lorsque le doux parfum européen se fera sentir. Histoire de "rêver plus grand". Avec tout le monde.

Les supporters du PSG en virage lors de PSG-OM (saison 2015-2016)

Les supporters du PSG en virage lors de PSG-OM (saison 2015-2016)Panoramic

0
0