AFP

La vente record de Corentin Tolisso vers le Bayern, une juste récompense pour la formation de l'OL

Tolisso, deux records et une juste récompense pour la formation lyonnaise

Le 14/06/2017 à 23:44Mis à jour Le 15/06/2017 à 15:26

LIGUE 1 - C’est donc fait, Corentin Tolisso n’est plus un joueur de l’OL. Le milieu de terrain, formé à l’OL, s’est engagé au Bayern pour cinq saisons moyennant 41,5 millions d’euros et six millions de bonus. Un record de vente pour le club lyonnais mais également un record pour le Bayern. Preuve que la formation lyonnaise continue de s’exporter à merveille.

Ce sont souvent les plus détestés. Parfois à raison. Mais ce sont aussi souvent les plus talentueux. Et Corentin Tolisso en est l’illustration la plus parlante. Vendu contre 41,5 millions d’euros plus six millions ce mercredi au Bayern, le jeune milieu lyonnais a symbolisé avec Alexandre Lacazette et Samuel Umtiti cette génération dorée lyonnaise qui n’aura cependant pas réussi à rapporter un titre à leur club formateur. Cette génération qui a aussi exaspéré certains adversaires en Ligue 1. Son ancien pote Benjamin Mendy ne dira pas le contraire.

Mais le sujet n’est finalement pas là. Car si le Bayern a décidé de casser sa tirelire pour le polyvalent lyonnais, c’est bien que les Bavarois avaient de solides garanties. Sportives surtout. En décidant de faire de l’international français le joueur le plus cher de leur histoire (le deuxième de l’histoire de la Bundesliga derrière Julian Draxler à Wolfsburg), les champions d’Allemagne ont fait confiance au savoir-faire lyonnais.

Corentin Tolisso

Corentin TolissoEurosport

Benzema a montré l’exemple

Car, mine de rien, depuis l’ère dominante qu’ils ont connu dans les années 2000, les Lyonnais ont su capitaliser sur leur centre de formation. En difficulté financière après des transferts trop onéreux, l’OL a remis son académie au centre du projet. Moins coûteux mais surtout terriblement juteux. Car si Karim Benzema est arrivé un peu avant, son transfert au Real Madrid a ouvert la voie aux autres. Désormais, grâce aux intégrations réussies de Benzema ou d’Umtiti, les gros clubs ne rechignent pas à aligner les millions pour les pépites. Preuve d’un savoir-faire réputé.

Les pépites lyonnaises

Pas question ici de refaire le couplet sur l’OL meilleur centre de formation de France. Simplement reconnaître que, désormais, les grands clubs regardent plus volontiers à l’OL qu’ailleurs. Comme un Porto qui a su faire de ses filières sud-américaines au niveau européen, Lyon a su valoriser sur le marché des transferts ses joueurs sortis de l’académie.

L’OL sait bien vendre

Et, forcément, cela se ressent dans les chiffres. Car c’est aussi une tendance que l’on oublie rapidement – sûrement à cause de Monaco qui est devenu maître dans cet exercice – mais l’OL vend bien. La saison passée, les 25 millions dépensés par le Barça pour Umtiti avaient presque été déceptifs pour les supporters rhodaniens. Encore plus après sa saison en Catalogne. En explosant le précédent record de vente de Michael Essien en 2005, Jean-Michel Aulas s’est offert un joli chèque. Et ce n’est sûrement pas le dernier tant la vente de Lacazette devrait encore rapporter gros. Après tout, c’est devenu une habitude.

0
0