Panoramic

Mercato, tactique, Mbappé : Monaco, construction d'un champion

Mercato, tactique, Mbappé : Monaco, construction d'un champion

Le 20/05/2017 à 15:59Mis à jour Le 22/05/2017 à 08:42

LIGUE 1 - Le titre de champion de France de Monaco n'est pas dû au hasard. Il résulte d'une construction sur le long terme. Entre le recrutement qui a gommé certains défauts, des évolutions tactiques et l'éclosion Mbappé, plusieurs facteurs ont été déterminants.

A la faveur de sa victoire face à Saint-Etienne, l'AS Monaco a décroché le 8ème titre de champion de France de son histoire. Un sacre amplement mérité qui s'est d'abord construit sur la force de frappe de l'attaque monégasque. Avec 104 buts marqués à une journée de la fin, cette dernière a déjà rejoint le cercle très fermé des clubs français ayant franchi la barre mythique sur une saison (Lille en 1948-49, Reims et le RC Paris en 1959-60 et le PSG en 2015-16). Mbappé, Falcao and co viennent d'ailleurs de battre la marque la plus récente établie par les Parisiens (102).

Il y a un an, personne ne pouvait imaginer pareille évolution. Mai 2016, la saison de l'ASM se terminait très mal avec une humiliation au Parc OL lors de la 37e journée (1-6), qui entraînait la perte de la deuxième place de L1 au profit des Lyonnais. L'attaque était loin du niveau actuel, l'équipe achevant l'exercice avec 57 buts marqués (1,5/match). Cette fin de saison décevante remettait en question beaucoup de choses, jusqu'à l'avenir de Leonardo Jardim. Mais plutôt que de faire sauter ce fusible, les dirigeants de l'ASM lui ont donné les coudées franches.

Le technicien portugais avait de toute façon déjà prouvé sa valeur. L'épopée européenne de 2015 (quarts de finale de Ligue des champions contre la Juventus) a permis de découvrir sa compétence dans les grands matchs. Face à plus fort, il a montré qu'il pouvait bâtir une équipe aux bases défensives solides, capable de faire déjouer plus d'un adversaire. Fabinho s'était révélé comme un homme-clé dans l'entrejeu, très vite secondé par Bakayoko après le départ de Kondogbia.

Leonardo Jardim, l'entraineur de l'AS Monaco

Leonardo Jardim, l'entraineur de l'AS MonacoAFP

Des renforts à des postes-clés

L'équipe touchait ses limites contre des adversaires plus à sa portée. Lemar et Bernardo Silva répondaient présents. Mais autour d'eux, le désert... ou presque. Les départs de Martial et Kurzawa avaient laissé d'énormes vides devant et sur les côtés. Jardim a passé une saison entière à la recherche de solutions entre Vagner Love, Lacina Traoré et Guido Carrillo (11 buts... à eux trois !). Même constat sur les côtés, où Echiejile et Raggi ont tenu les postes de latéraux sans avoir les qualités pour vraiment accompagner les attaques.

En un été, Monaco a réglé tous ces soucis... sans s'affaiblir et sans bouleverser les fondations posées par Jardim. Contrairement au mercato estival précédent, aucun "cadre" n'a quitté le club. De Subasic à Bernardo Silva, en passant par Lemar, Fabinho et Bakayoko, tous les leaders techniques sont restés. Et l'ASM a répondu à ses problèmes en attaque grâce à deux retours de prêt. Après une saison à Nice, Valère Germain a réintégré la maison et apporté un relais supplémentaire dans le coeur du jeu. Pari gagnant. A ses côtés, Falcao a renfilé la panoplie du buteur, celle qui manquait tant à l'équipe depuis son départ vers l'Angleterre.

Valère Germain, l'attaquant de l'AS Monaco, entouré de Radamel Falcao et de Thomas Lemar.

Valère Germain, l'attaquant de l'AS Monaco, entouré de Radamel Falcao et de Thomas Lemar.Getty Images

Un 4-4-2 devenu flexible grâce au talent des joueurs

Ces retours gratuits ont permis à Monaco de consacrer son enveloppe transfert à l'autre gros chantier : les latéraux. Benjamin Mendy et Djibril Sidibé ont pesé près de 70% de l'argent dépensé par l'ASM l'été dernier. Une petite surprise dans un monde du football où l'on réserve les grosses dépenses pour des attaquants ou des milieux à vocation offensive. Mais un choix logique qui répondait aux besoins de l'ASM. Capable d'animer tout le couloir, les deux internationaux français ont permis à Lemar et Bernardo Silva de prendre une autre envergure dans le coeur du jeu, multipliant de fait les possibilités de combinaisons au sein du 4-4-2 de l'ASM.

Les deux jeunes meneurs de jeu n'étaient plus seuls : ils avaient désormais des joueurs capables de leur donner la réplique sur le plan technique, que ce soit dans l'axe (Falcao-Germain) ou sur les ailes (Mendy-Sidibé). Bref, en un été, l'AS Monaco a homogénéisé son équipe-type. Extrêmement rigide au départ, le système de jeu de Jardim a gagné en flexibilité, changeant de forme en attaque au gré des combinaisons entre les joueurs. C'est cette variété qui a rendu l'attaque monégasque aussi redoutable.

Falcao et Kylian Mbappé (AS Monaco)

Falcao et Kylian Mbappé (AS Monaco)Getty Images

La cerise Mbappé

Les résultats ont suivi. Le succès sur le PSG fin août a mis la formation sur de bons rails en championnat et elle a vite confirmé en Ligue des champions avec une victoire à Wembley face à Tottenham. La belle histoire était lancée. Puis Kylian Mbappé est arrivé. Dans un collectif réglé comme une horloge, le champion d'Europe U19 a démarré dans les meilleures conditions possibles, apportant en plus son explosivité et son efficacité devant le but. La suite, on la connaît : il est allé jusqu'à porter l'ASM dans les moments difficiles en 2017, lorsque ses partenaires commençaient à sentir le poids d'une saison débutée au mois d'août.

Evidemment, un Mbappé ne se révèle pas tous les ans. L'ASM a aussi été portée par une réussite assez folle tout au long de la saison. Mais cette dernière se provoque. Ce qu'il faut retenir de ce sacre, c'est le travail accompli en amont par les dirigeants et le staff dans la (re)construction de l'équipe, pour cibler les problèmes de la saison précédente et les corriger. Cette saison de Monaco est un modèle et un espoir pour tous les autres clubs qui ont déçu cette année. Alors que l'entraîneur est souvent un fusible dans ces cas-là, les dirigeants ont eu le flair de renouveler leur confiance en Jardim. Le meilleur entraîneur de la Ligue 1 2016-17 leur a bien rendu.

0
0