En découvrant le football avec de tristes 0-0, Frank McCourt s'était dit qu’il devait rapidement renforcer son secteur offensif. Ce dimanche soir, après avoir vu l’OM agoniser au Vélodrome, peut-être a-t-il pris conscience de s’être trompé de priorité. Paris a marché sur le Vélodrome comme on piétine un paillasson et laissé Rudi Garcia face à sa dure réalité.
Le premier but de Marquinhos a donné le ton avec deux erreurs de marquage. La première, de Payet sur Thiago Silva - mais était-ce vraiment au Réunionnais de prendre le Brésilien ? -, la seconde, plus gênante, d’Evra sur Marquinhos. "Tonton Pat", visiblement diminué, a tenu à participer à ce qu’il rêvait être une fête. C’est son retard au marquage qui a lancé le festival parisien. "Faut se dire la vérité, on est passé complètement à côté de notre football, les seuls dans le coup étaient les supporters. On est désolé mais je n'aime pas m'excuser, je préfère travailler", a-t-il confié en zone mixte.

Evra : "Cette gifle fait du bien"

Ligue 1
L'antisèche : Des hommes contre des enfants
26/02/2017 À 22:58

Un naufrage mental

L’ancien Monégasque ne peut toutefois pas endosser seul la responsabilité du fiasco. Tout au long de la semaine, les Olympiens avaient laissé entendre qu’ils livreraient une bataille d’hommes. "On n'a pas été à la hauteur de l'événement, a reconnu Rudi Garcia. Les seuls qui l'ont été, ce sont nos supporters. On a assez bien commencé, on a été agressif mais dès qu'on a pris deux buts, sur des situations qu'on avait pourtant bien fait remarquer... Ils nous ont largement surclassés. On a été trop passif, trop naïf, et pourtant Dieu sait qu'on avait un peu d'expérience sur le terrain".

Garcia : "C'est une énorme déception : Paris nous a largement surclassés"

L'OM a regardé jouer le PSG durant l’essentiel de la partie. Et les Parisiens l'ont fait dans un fauteuil. La perte de balle de Fanni devant sa surface qui a amené le but de Lucas est terrible (50e), tout comme la léthargie totale de la défense olympienne sur le dernier but parisien, où Verratti et Draxler ont pu jouer un une-deux de cours d’école sans la moindre opposition (73e) n'ont fait que renforcer ce sentiment.

Deux chocs au Vélodrome en 2017, deux raclées

En tout, Paris a tiré vingt-et-une fois au but et cadré quatorze fois (record de la saison égalé), ce qui montre bien que l’addition aurait pu être encore plus salée pour Marseille sans quelques bons arrêts de Pelé. Le PSG n’avait aussi pas grand intérêt à grossir un peu plus le trait en fin de match alors qu’il est aux portes d’un exploit retentissant en Ligue des champions contre le FC Barcelone.
Toujours est-il que les cinq buts encaissés par l’OM, qui s’ajoutent aux quatre réalisations monégasques au milieu du mois de janvier, toujours au Vélodrome, viennent souligner la détresse dans laquelle il se trouve dès lors qu’il affronte un adversaire talentueux. Sans défense, l' "OM Champions Project" ne restera jamais qu’un slogan.
Ligue 1
L'OM n'avait pas connu une telle humiliation au Vélodrome depuis plus de 60 ans
26/02/2017 À 22:47
Ligue 1
Le PSG s'est bien amusé, l'OM a dégusté
26/02/2017 À 21:49