Eurosport

100 millions par an à trouver et ce n’est pas fini : l’immense défi du PSG

100 millions par an à trouver et ce n’est pas fini : l’immense défi du PSG

Le 20/07/2018 à 11:19Mis à jour Le 21/07/2018 à 10:00

MERCATO - Toujours dans le viseur de l'UEFA, le PSG doit maintenant aussi trouver un moyen d'augmenter ses recettes pour amortir les transferts mais aussi les salaires de Neymar et Kylian Mbappé dans son bilan. Et ce n'est pas négligeable : on parle de 100 millions d'euros par an ! Chaque nouvel achat va aussi devoir être compensé par de nouvelles entrées d'argent. Mais Paris a des solutions.

Acheter tel latéral gauche. Se renforcer au poste de milieu défensif. Les rumeurs circulent pour le PSG. Et forcément, on parle de gros transferts. Paris ne peut pas se contenter d'acheter des joueurs moyens. Pour assouvir ses ambitions sur la scène continentale, le club de la capitale a besoin d'aller chercher du lourd. Oui, mais voilà, le spectre de l'UEFA plane encore et toujours. Et si le PSG a su vendre pour rester dans les clous du fair play financier avant le 30 juin pour les exercices 2014-15, 2015-16 et 2016-17, il doit maintenant s'atteler à amortir les transferts… de Neymar et Kylian Mbappé.

Paris est déjà dans le viseur du gendarme financier de l'UEFA dont la chambre de jugement va se repencher sur son cas. Il ne peut donc pas se permettre le moindre écart. Et lors des prochaines saisons, il va devoir jongler avec un exercice périlleux : améliorer son effectif tout en intégrant dans ses comptes les achats l'été dernier de Neymar (222 millions d'euros) puis de la pépite Kylian Mbappé (135 millions d'euros + 45 de bonus). Le tout sans afficher un déficit supérieur à 30 millions d'euros cumulé sur trois exercices.

Nasser Al-Khelaïfi et Neymar lors de la présentation officielle du Brésilien au PSG

Nasser Al-Khelaïfi et Neymar lors de la présentation officielle du Brésilien au PSGGetty Images

Un joueur à 100 millions ? Il faut trouver 25 millions en plus par an

Dans ces conditions, les dirigeants parisiens se retrouvent face à un sacré défi. Comme l'a précisé L'Equipe, le champion de France doit faire rentrer dans ses caisses au minimum 100 millions d'euros par an sur les prochaines saisons, rien que pour équilibrer ses comptes avec les transferts et les salaires de ses deux stars. Et ce n’est pas fini. Chaque nouvelle acquisition devra aussi être compensée par des revenus additionnels. Et non des moindres. "Il va falloir que sur l'année en cours, le PSG puisse générer suffisamment de chiffre d'affaires pour rentabiliser Neymar et Mbappé mais aussi le joueur acheté", nous confirme Pierre Rondeau, économiste du sport.

Pour illustrer cela, prenons un exemple concret. Si Paris s'offre un milieu à 100 millions d'euros cet été et que ce dernier signe un contrat de quatre ans, le PSG devra trouver au minimum 25 millions pour présenter un bilan comptable acceptable devant l’UEFA (pour le fair play financier, l’impact du transfert et du salaire sont lissés dans le bilan comptable sur le nombre d’années de contrat signé par le joueur). Et cette somme s'ajoute bien sûr aux 100 millions nécessaires pour amortir les transferts et salaires de Mbappé et Neymar. Cela fait beaucoup. Mais ce n'est pas impossible.

Neymar avec Mbappé

Neymar avec MbappéGetty Images

Bien négocier avec Nike ou son sponsor maillot : comment Paris peut s'en sortir

Pour parvenir à équilibrer ses comptes et alors que Paris a vu l'UEFA lui imposer une décote de certains de ses contrats publicitaires, le PSG a plusieurs options : les sponsors, le contrat avec son équipementier, la revente de joueurs ou encore les primes (de Ligue des champions notamment)… "La dotation des primes sportives a augmenté en Ligue des champions. Les matches en C1 vont rapporter plus d'argent. Cela ne va pas être négligeable pour un club comme le PSG", rappelle en effet Pierre Rondeau. Mais si le club de la capitale peut espérer aller plus loin sur la scène européenne pour augmenter ses recettes et possède également encore un actif joueurs conséquent, le nerf de la guerre pour Paris va cependant être sa capacité à bonifier ses partenariats. Son contrat maillot avec Nike, qui court jusqu'en 2019, par exemple.

"Nike est à 21 millions d'euros plus 5 de bonus par an, c'est risible par rapport à des contrats maillots de Manchester United (ndlr : 95M€) ou encore du FC Barcelone (ndlr : 150 M€ par saison à partir de 2018)", explique Rondeau avant d'ajouter : "Le PSG pourrait tout à fait ambitionner ce style de montant en considérant que c'est le club de Neymar et Mbappé…"

La donne est identique pour son sponsor maillot principal. Fly Emirates verse actuellement 25 millions d'euros par an. Et verra son deal s'arrêter en 2019. "Là aussi, Paris peut atteindre des valeurs comparables à ce qui se fait dans les grands clubs européens." Pour rappel, Manchester United, la référence en la matière, reçoit dans les 60 millions par an pour son contrat avec Chevrolet. Pour le moment, Paris ne joue donc clairement pas dans la même cour. Et voilà pourquoi l'avenir du PSG ne se joue pas seulement sur le terrain. Il est aussi dans sa capacité à bien renégocier ses contrats de partenariat.

0
0