Getty Images

7-1 : Le PSG reprend sa couronne de champion de France avec la manière en corrigeant Monaco

La couronne et le champagne !

Le 15/04/2018 à 22:56Mis à jour Le 16/04/2018 à 00:19

LIGUE 1 - Le Paris SG a décroché dimanche soir son septième titre de champion de France, le cinquième de l’ère QSI, en offrant un récital face à l’AS Monaco au Parc des Princes (7-1), en clôture de la 33e journée. Avec 17 points d’avance sur son dauphin monégasque, les Parisiens ne peuvent plus être rejoints à cinq journées de la fin du championnat.

Au moins, Paris pourra se dire qu’il a gagné son titre avec panache. À l’image de sa saison XXL en Ligue 1 et de ses nombreuses sorties terminées sur un score fleuve, le PSG a tenu à montrer qu’il était au-dessus de son dauphin. Largement même. Privés de Kamil Glik, les Monégasques ont à peine eu le temps de se mettre dans le match qu’il était plié.

Les premiers à 100 buts en championnat

Après une première alerte signée Edinson Cavani (9e), la tornade parisienne a tout emporté sur son passage. En treize minutes, la troupe d’Unai Emery en a glissé quatre aux joueurs du Rocher. Giovani Lo Celso, excellent tout au long de la rencontre, s’est fendu d’un doublé après des séquences collectives exceptionnelles de justesse et de mouvement (14e, 27e). Entretemps, Cavani d’un coup de tête parfait (17e), et Di Maria, d’un lob magnifique (20e), avaient participé au blast parisien.

Sonné, Monaco, pourtant à cinq derrière, n’a rien pu faire face à la furia parisienne. Au passage, le PSG est devenu la première équipe à passer la barre des 100 buts en championnat et s’offre, avec désormais 103 buts au compteur, le droit de rêver au record du RC Paris et ses 118 réalisations (en 1959-1960).

Forcément, après une telle Blitzkrieg, Paris s’est légèrement relâché. Et c’est Rony Lopes, décidément en forme, qui a réduit l’écart pour poursuivre sa série folle de huit matches consécutifs avec au moins un but inscrit (38e, 4-1).

La plus lourde défaite de Jardim avec l’ASM

Paris aurait pu en rester là. Mais la volonté parisienne était claire ce dimanche : écraser son dauphin pour affirmer haut et fort sa suprématie incontestée. Alors, après un contrôle soyeux de Pastore, Di Maria est allé s’offrir le doublé (58e). Avant que le pauvre Falcao ne participe au fiasco monégasque en poussant involontairement le ballon au fond de ses filets sur un corner parisien (76e).

Un dernier but de Draxler (86e) pour humilier la troupe de Jardim, qui essuie au passage sa plus lourde défaite sur le banc de l’ASM, et Paris a pu fêter son titre dignement.

Face à ses supporters, Marquinhos et les siens ont pu reprendre leur chant favori : "Champion mon frère". Certes, le menu de sa saison a été gâché par sa sortie en C1. Mais pour le reste, ce fut un régal. Terminé par du champagne et du caviar. En champion.

0
0