Getty Images

"Diony n'est pas mort" : Le top des déclas de la 1ère journée de Ligue 1

"Diony n'est pas mort" : Le top des déclas de la 1ère journée de Ligue 1
Par Eurosport

Le 11/08/2018 à 23:46Mis à jour Le 11/08/2018 à 23:57

LIGUE 1 – Si Bernard Blaquart salue le côté "dingue" de ses joueurs, Loïs Diony savoure de son côté son retour au premier plan. Patrick Vieira et Sabri Lamouchi ont du mal à digérer. Le top des déclas de la 1ere journée.

Diony est toujours en vie !

Enfin ! Loïs Diony a retrouvé le chemin des filets après être resté muet pendant 17 matches de rang en L1. L'attaquant stéphanois, déjà passeur décisif sur le premier but des Verts, a offert la victoire à l'ASSE (2-1). Forcément, il savourait.

" Ça va très vite le football. C'est pour cela qu'on aime ce sport. Ce soir j'ai montré que Loïs Diony n'est pas mort et qu'il est de retour."

Moulin ne veut pas se cacher

Après avoir vu son équipe laissé filer deux buts d'avance pour finalement s'incliner, Stéphane Moulin en avait gros sur le cœur. Mais l'entraîneur d'Angers assume. Pour lui, il est responsable de cette défaite tout comme ses joueurs.

" C'est le charme du football, mais quand ça se traduit contre vous, c'est difficile. On est les seuls responsables. On leur a laissé la possibilité de revenir et de gagner à dix contre onze, je crois que je n'avais jamais vécu un tel scénario. On a dérapé. Je ne peux même pas expliquer ce qui s'est passé, parce que ça paraît irréel. Malheureusement, c'est bien la vérité. "

Le côté dingue des Nîmois

Bernard Blaquart, l'entraîneur de Nîmes, savourait après le succès renversant des Crocos contre Angers (3-4) pour leur retour en L1.

" On est passés par tous les sentiments, toutes les émotions. On a du caractère. A 3-1, puis à 3-2 à dix contre onze, je crois qu'il n'y avait que les dix sur le terrain qui y croyaient encore. Mes joueurs sont dingues. Irréel ? C'est un truc de dingues."
Bernard Blaquart sur le banc de Nîmes en L1, 2018

Bernard Blaquart sur le banc de Nîmes en L1, 2018Getty Images

Dall'Oglio en attend plus

Olivier Dall'Oglio a vu son équipe renverser Montpellier (1-2). De quoi faire le bonheur de l'entraîneur de Dijon, qui attend cependant autre chose de ses joueurs.

" L'équipe a certes du caractère, mais elle ne doit pas attendre d'être en difficulté pour réagir. J'attends désormais qu'elle agisse."

Il va falloir suivre ce qui se passe à Montpellier

Agacé d'avoir vu sa formation s'incliner après avoir ouvert le score, Michel Der Zakarian, l'entraîneur de Montpellier pourrait prendre des décisions…

" Vous serez au courant très bientôt s'il y a des changements"

Vieira a eu mal mais ne va pas changer

Pour sa première sur un banc de L1, Patrick Vieira a connu la défaite avec Nice. Il l'avoue : cela fait mal mais il ne compte pas baisser les bras si vite. Selon lui, le travail va porter ses fruits.

" A force de travailler, on va réussir. L'idée-structure était là. Il faut continuer à renforcer les messages et le travail tactique, croire à ce qu'on fait. J'ai les idées claires et ne dévierai pas dans mes orientations. Le stress et l'envie de bien faire étaient présents. Mais cette défaite fait mal."
Patrick Vieira sur le banc de l'OGC Nice, 2018

Patrick Vieira sur le banc de l'OGC Nice, 2018Getty Images

Lamouchi n'a pas compris

Devant au score, Rennes a été rejoint par Lille avant la pause, avant finalement de perdre (logiquement) 3-1 au Stade Pierre-Mauroy samedi. Pour Sabri Lamouchi, c'est incompréhensible.

" La seconde période a été un non-match, on a été complètement absents. Je ne pensais pas que ce but encaissé avant la mi-temps serait néfaste à ce point. Les fondamentaux qui ont fait notre force en fin de saison dernière n'y étaient pas. Pourquoi ? Je ne sais pas."

Guion a été entendu

Champion de Ligue 2 en titre, le Stade de Reims a retrouvé la Ligue 1 avec une victoire à Nice (0-1), samedi. David Guion, l'entraîneur rémois, était surtout ravi d'avoir vu ses consignes appliquées à la lettre.

" On joue comme on a travaillé la saison dernière. Les joueurs découvraient la L1. Il y avait de la pression. Je leur avais demandé de démarrer fort. Ils l'ont fait. La L1, c'est l'exigence de précision. C'est de l'orfèvrerie. Je suis un coach heureux."
David Guion, l'entraîneur du Stade de Reims, lors du match à Nice samedi en Ligue 1.

David Guion, l'entraîneur du Stade de Reims, lors du match à Nice samedi en Ligue 1.Getty Images

0
0