Eurosport

Grâce à un doublé de Kylian Mbappé, le PSG domine péniblement Angers (2-1)

Heureusement, il y avait Mbappé

Le 14/03/2018 à 18:49Mis à jour Le 14/03/2018 à 23:55

LIGUE 1 - Le Paris Saint-Germain n'a pas brillé, mais il s'en est sorti avec la victoire contre le SCO d'Angers (2-1) mercredi pour le compte de la 31e journée. Rapidement réduit à dix après l'exclusion de Motta, le leader a pu compter sur Kylian Mbappé, double buteur, pour l'emporter. Mais la manière n'y était pas, et les Angevins pourront même nourrir quelques regrets.

Oui, le PSG s'est fait (très) peur. Le club de la capitale l'a tout de même emporté mercredi contre Angers (2-1) en match avancé de la 31e journée. Kylian Mbappé a séduit avec un doublé en première période pour libérer un leader réduit à dix après un gros quart d'heure suite à l'exclusion de Motta. Mais il a aussi montré d'inattendues difficultés en deuxième période. Angers aurait même pu légitimement espérer repartir du Parc des Princes avec un bien meilleur résultat.

Dans sa conférence de presse d'avant-match, Stéphane Moulin avait clairement annoncé que la priorité d'Angers serait le match du SCO face à Caen ce week-end. Fataliste, le tacticien angevin avait également ajouté : "Il y a deux sentiments qui s'opposent. Le plaisir d'aller dans un lieu mythique et le risque que ça se passe mal." Un pragmatisme qui s'est heurté ce mercredi après-midi à une belle partition de ses joueurs, contre une équipe démobilisée, qui aurait bien pu, pour la première fois de la saison en Ligue 1, lâcher des points à domicile.

Dès la première mi-temps, on a senti qu'Angers allait avoir des occasions sur la pelouse la moins accueillante de l'Hexagone. Face à une équipe du PSG au petit trot, le SCO a eu plusieurs tentatives, qui auraient mérité plus d'application à la finition. La tâche leur a aussi été facilitée après l'expulsion de Motta (16e), pour avoir laissé traîner ses crampons sur Romain Thomas.

Le côté de Romain Thomas (Angers) après la semelle de Thiago Motta (PSG)

Le côté de Romain Thomas (Angers) après la semelle de Thiago Motta (PSG)Getty Images

Mbappé, le one-man show

Quelques minutes plus tôt, pourtant, on pensait que le PSG s'était facilité les choses en ouvrant le score, face à Mbappé, qui a retrouvé ses jambes cet après-midi. Sur une excellente ouverture de Draxler, l'international tricolore a tranquillement montré la voie du succès à ses coéquipiers (1-0, 12e). Après une passe similaire de Silva pour Kurzawa, Mbappé a été trouvé dans la surface en retrait, afin d'inscrire le deuxième but parisien (2-0, 26e). De quoi renforcer l'impression que le Paris-Saint-Germain nous offrirait un après-midi relativement calme. Cavani a même failli offrir un triplé à Mbappé, qui a manqué sa tête et le break (45e+1).

Peut-être reboostés par un entraîneur qui s'est remis à y croire, les Angevins ont commencé la seconde période avec un pressing très haut dans le camp adverse. L'entrée de leur meilleur buteur, Toko Ekambi, a coïncidé avec la montée en puissance des visiteurs. Bien protégé par leur gardien, Ludovic Butelle, auteur de belles parades (64e, 70e), Angers a pu attaquer avec sérenité. Seul face à Trapp, le Camerounais a inscrit avec malice son 16e but de la saison en Ligue 1 (2-1, 75e).

Le PSG a plié mais Trapp n'a pas rompu

Dans le doute, la défense parisienne a fait quelques cadeaux au SCO, qui a pris des allures de mastodonte européen dans les dernières minutes pour asphyxier le PSG. Santamaria (84e), d'abord, puis Guillaume (86e), ont failli prendre Trapp à défaut, alors que Mbappé venait de manquer deux occasions, En fin de partie, les locaux n'ont plus vu le jour, acculé par des Angevins qui ont multiplié les tentatives. Et sans le tibia de Trapp sur cette ultime tentative de Toko Ekambi (90e), Angers aurait pu prendre un point inespéré dans la course au maintien.

Toujours 14e, le SCO devra se montrer beaucoup plus tranchant face au but pour réussir à l'emporter contre Caen ce week-end.De son côté, le PSG traîne bel et bien son spleen, consécutif à son élimination en 8es de finale de la Ligue des champions sur cette même pelouse la semaine dernière. Et si Angers n'a pas réussi à faire craquer le club de la capitale cette fois, Monaco pourrait être plus inspiré lors de la finale de la Coupe de la Ligue, fin mars.

0
0