Eurosport

Ligue 1 - 36e journée - Toulouse-Lille : la mort aux trousses

La mort aux trousses
Par AFP

Le 04/05/2018 à 16:06Mis à jour Le 05/05/2018 à 11:58

LIGUE 1 - Après leur victoire contre Metz le week-end dernier (3-1), les Lillois disputent un nouveau match de la peur face à Toulouse qui joue également son maintien. Les deux équipes ont mobilisé leurs forces

Toulouse, abonné depuis plusieurs saisons à la lutte pour le maintien d'un côté; Lille, le fiasco de l'année de l'autre. Dimanche à 17 heures, le choc entre ces deux formations aura valeur de finale pour la survie en Ligue 1. "On va avoir un match avec beaucoup d'enjeu mais ce ne sont pas des finales. Une finale, c'est quand on a fait un parcours incroyable", coupe Christophe Galtier, l'entraîneur du Losc. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce n'est pas le cas du club nordiste. Claironnant ses ambitions de Top 5 en début de saison avec son nouveau président, l'homme d'affaires hispano-luxembourgeois Gérard Lopez, et l'entraîneur Marcelo Bielsa, limogé en novembre, Lille a vécu une saison cauchemar.

Le Losc pointe à la 19e place (32 points) de Ligue 1, à deux points du TFC (17e, 3points) avec en prime, comme si l'échec sportif ne suffisait pas, la menace d'une relégation administrative s'il ne présente pas de nouvelles garanties au gendarme financier du foot français. Résultat, dimanche au Stadium, les Lillois n'ont pas d'autre choix que de l'emporter. "Plus on avance, moins on aura de jokers car des jokers on en a cramé quelques uns et on arrive dans une période où toute erreur aura des conséquences quasiment irréversibles pour les uns et pour les autres", martèle Galtier.

Lueur d'espoir, ses hommes viennent de gagner samedi face à Metz (3-1), après onze journées sans la moindre victoire, portés par leur ailier Nicolas Pépé (un but, deux passes décisives), une semaine après la correction reçue au Vélodrome face à l'OM (1-5). Signe de la mobilisation et de la main tendue aux supporters deux mois après l'envahissement du terrain face à Montpellier, le club a offert à 850 d'entre eux le déplacement à Toulouse. Tandis que Galtier a décidé de casser la routine en arrivant dès samedi dans la ville rose où il organisera son dernier entraînement.

Remplir le Stadium

Réveil nordiste ou pas, Toulouse part toutefois avec une longueur d'avance. Au classement d'abord car une victoire lui ferait faire un grand pas vers le maintien. Et dans son expérience de la lutte pour la survie en Ligue 1, son fait d'armes majeur restant le maintien arraché à Angers dans les dernières minutes de la saison en 2016 par Pascal Dupraz. "C'est vrai que sur quatre ans, ça fait trois saisons qu'on joue le maintien sur les dernières journées. Jusqu'à maintenant, ça a payé, il n'y a pas de raison pour que ça ne paye pas", a assuré l'entraîneur toulousain Michaël Debève, qui a remplacé Dupraz fin janvier.

Comme Galtier, lui aussi a changé ses habitudes : l'équipe s'est entraînée vendredi dans l'enceinte du Stadium à huis clos pour la première fois depuis trois ans. Et le club a bradé les billets à 5 euros pour tenter de remplir un Stadium qui a beaucoup de mal à faire le plein en temps normal. "On a envie de se rassurer le plus vite possible. L'objectif, c'est de gagner et de s'éloigner des places de barragiste et de descente", insiste Debève.

"Il suffit de regarder le classement pour savoir qu'on a deux points d'avance (sur Lille) et qu'en cas de victoire, on en aura cinq avec un bon goal-average. Et que si on fait un mauvais résultat, on sera en difficulté. Les joueurs, le club, le staff en ont conscience", ajoute le coach du TFC. Les Lillois connaissent aussi l'importance de cette rencontre et ambitionnent d'enchaîner une seconde victoire consécutive pour doubler les Toulousains. Le TFC "reste une équipe qui n'a que deux points de plus que nous donc elle a des failles et il faudra s'engouffrer dedans", prévient ainsi Galtier.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0