Getty Images

Lille - OM (0-1) - Evra est revenu, il a vu et… il aurait dû être exclu

Evra est revenu, il a vu et… il aurait dû être exclu

Le 30/10/2017 à 10:25Mis à jour Le 30/10/2017 à 10:26

LIGUE 1 – Titulaire et capitaine à Lille, Patrice Evra a disputé sa première rencontre depuis sa prestation catastrophique face à Rennes le 10 septembre. Dépassé par les événements, il n'aurait jamais dû finir la première période et a semblé manquer d'oxygène.

On le croyait au placard. Il est revenu par la fenêtre. Et avec le brassard s'il vous plaît. Parce que Patrice Evra ne fait jamais rien comme tout le monde. On l'avait quitté après un dimanche soir de cauchemar. Ce 10 septembre face à Rennes et Ismaïla Sarr, l'ancien défenseur de Manchester avait eu tout faux. En retard sur ses interventions, mal inspiré sur ses marquages, il avait précipité la chute de l'OM (1-3) alors dans de sales draps (10e). Depuis cette soirée épouvantable, Rudi Garcia avait décidé de miser sur Jordan Amavi et Marseille n'a plus connu la défaite.

Mais la suspension de l'ancien Niçois a remis Evra dans le circuit. Parce qu'il n'a jamais voulu donner le brassard à un gardien de but et parce qu'il tenait à marquer son estime pour son expérimenté latéral, Rudi Garcia l'a promu capitaine pour son retour. Si l'OM a fini par s'imposer dans le Nord (0-1), on ne peut pas dire qu'Evra a plaidé sa cause ce dimanche. Il n'aurait déjà jamais dû finir la première période. Auteur de trois fautes grossières, il n'a écopé que d'un carton jaune.

Bielsa lui rend service avec Bahlouli

Sur la première, celle où il a été sanctionné, il arrive en retard sur Thiago Maia (10e). Sur la deuxième, surpris par la vivacité de Pepe, il le stoppe grossièrement et commet une grosse obstruction (32e). Sur la dernière, il chatouille les chevilles de Pepe par derrière (45e). Si l'Ivoirien lui a causé beaucoup des problèmes par sa vivacité, il a repris ses esprits en seconde période bien aidé par le coaching de Marcelo Bielsa. L’entraîneur argentin a décidé de faire rentrer Farès Bahlouli et de le scotcher sur l'aile droite.

Bahlouli n'a pas les qualités de débordement d'un ailier et la vivacité n'est pas sa qualité première. Evra a pu souffler même s'il a encore manqué de vivacité et de promptitude face à l'accélération de Thiago Mendes (75e). En manque d'oxygène derrière, le Bleu aux 81 sélections n'a franchi la ligne médiane qu'à deux reprises pour apporter le surnombre. Mais le scénario du match et l'élan collectif ne l'ont pas poussé à prendre son couloir.

L'heure était plutôt à conserver le maigre avantage plutôt qu'à enfoncer le LOSC. Au plus fort de la domination lilloise, à dix minutes du terme, Garcia a décidé de le rappeler sur le banc pour lancer Boubacar Kamara en L1. Personne ne sait quand Evra reviendra en scène. Ce qui est certain, c'est que sa prestation n'améliorera pas son cas.

Evra (OM) face à Pepe (Lille)

Evra (OM) face à Pepe (Lille)Getty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0