Getty Images

Même en L1, Paris ne peut pas se passer d'un crack

Même en L1, Paris ne peut pas se passer d'un crack

Le 16/04/2018 à 20:01

LIGUE 1 - Le Paris Saint-Germain a retrouvé sa suprématie sur le championnat de France au terme de la première saison de Neymar dans la capitale. Il l'avait perdue au moment du départ de Zlatan Ibrahimovic. Ce n'est pas forcément un hasard si le PSG a repris sa domination sur la L1 avec l'arrivée d'un autre méga-star dans son effectif.

C'est un constat. Depuis le début de l'ère QSI, le PSG a échoué deux fois dans la quête du titre de champion de France. Les deux années durant lesquelles il ne comptait pas un joueur hors-norme dans son effectif. Paris a systématiquement terminé à la première place du classement quand il pouvait s'appuyer sur Zlatan Ibrahimovic. Après le départ du Suédois, le club de la capitale a perdu sa couronne nationale. Qu'il la retrouve après l'arrivée de Neymar n'est pas seulement une coïncidence.

Dire que cette reconquête passait par la présence d'un crack surdimensionné comme le Brésilien peut paraître excessif. Après tout, Paris vit très bien sans lui depuis plusieurs semaines. Il n'a pas ralenti la cadence en championnat depuis sa blessure. Il a notamment signé deux victoires symboliques à Nice (1-2) et face à Monaco (7-1), deux clubs qui lui avaient fait bien des misères la saison passée. Cela en dit aussi long sur la profondeur de l'effectif parisien que sur l'incapacité de ces deux formations à maintenir leur niveau très élevé de l'exercice précédent.

Vidéo - Le PSG trop fort pour la L1 ? "Oui, mais quand les autres ont mis de l'impact..."

05:27

Mais cela ne doit pas remettre en cause l'impact monumental de Neymar sur le titre du PSG. Le Brésilien est le deuxième buteur de L1 avec 19 réalisations, derrière son coéquipier Edinson Cavani. Il en est le meilleur passeur avec 13 passes décisives. Il est directement impliqué sur 32 buts parisiens en championnat cette saison. Personne ne fait aussi bien. Neymar a réussi cette performance dès sa première année au club. Et en seulement 20 apparitions. Aucun joueur n'a été aussi dominant sur l'Hexagone ces dernières saisons. S'il fallait trouver une exception, ce serait Ibrahimovic.

Le cas Cavani

Il y a une vie sans Ibra ou Neymar à Paris. Il ne s'agit pas de sous-estimer des joueurs du niveau de Thiago Silva, Marco Verratti ou Angel Di Maria, entre autres. Ou Edinson Cavani. L'Uruguayen a été l'individualité majeure du PSG la saison passée. Il avait porté son équipe à coups de buts en Ligue des champions comme en Ligue 1. El Matador est bourré de qualités humaines, en plus d'être l'un des buteurs les plus prolifiques au monde. Mais il n'entre pas dans la même catégorie que Neymar ou Ibrahimovic. Deux joueurs hors-norme dont la plus-value fait toute la différence.

Zlatan Ibrahimovic (PSG)

Zlatan Ibrahimovic (PSG)AFP

Le Brésilien et le Suédois ne sont pas seulement des stars au rayonnement médiatique bien plus important que celui de Cavani. Ils ont surtout un registre plus élargi. Tout le jeu passe par eux et ils le prennent bien volontiers à leur compte. Leur influence sur le collectif parisien ne s'arrête pas à la surface de réparation comme c'est le cas pour Cavani, sans négliger les efforts monstrueux de l'Uruguayen dans le repli défensif et la multiplication des appels de balle. Mais le Matador n'aspire pas tous les ballons et toute l'attention. C'est ce qui fait cette différence avec Neymar et Ibrahimovic.

Prendre la lumière pour rayonner

Le PSG leur a offert, à l'un comme à l'autre, le contexte idéal pour devenir sur le terrain le joueur phare d'un club ambitieux. C'est un euphémisme. Ibrahimovic avait pris toute la lumière à Paris. Et c'est difficile de ne pas en dire autant de Neymar depuis que le Brésilien a posé ses valises dans la capitale. Ils ont su l'un comme l'autre afficher ce rayonnement sur le terrain. Pas toujours en Ligue des champions. Mais quasiment chaque week-end en Ligue 1. En donnant l'impression que ce championnat parait trop petit pour des joueurs de ce calibre.

La réalité n'en est pas très éloignée. Parce qu'il n'y a pas d'autre star de cette dimension dans ce championnat où Neymar, comme Ibra avant lui, fait quasiment figure d'extra-terrestre. Ils ont incarné l'un comme l'autre l'écrasante domination du PSG sur le championnat de France. A la limite, c'est comme s'ils n'étaient là que pour crédibiliser les rêves de grandeur européenne du club parisien. Mais la réalité est différente. S'il est intouchable avec une méga-star dans son effectif, Paris n’est pas assez grand quand il n'en a pas. Même dans ce championnat dont le niveau est si souvent décrié.

0
0