Getty Images

Lala-Aguilar, décembre de loser pour l'OM, penalty pour Lyon : les tops et les flops de samedi

Candidats aux Bleus, décembre de loser, penalty pour Lyon : les tops et les flops de samedi
Par Eurosport

Le 23/12/2018 à 00:25Mis à jour Le 23/12/2018 à 10:05

LIGUE 1 - Soirée très animée en Ligue 1 avec des prestations de haut rang de Kenny Lala, Ruben Aguilar ou encore Kylian Mbappé. En revanche, cela ne s’arrange pas pour l’AS Monaco et pour l’OM dont le bilan comptable en décembre est catastrophique. Nos tops et flops de la soirée.

  • Lala - Aguilar : candidats sérieux aux Bleus

On le savait avant ce samedi mais c’est toujours bien d’être conforté : Ruben Aguilar et Kenny Lala font bien partie des meilleurs latéraux de notre L1. Excellents depuis le début de saison, les deux hommes ont ajouté de solides arguments à leur candidature, crédible, en équipe de France. Le Montpelliérain a calmé à lui tout seul l’OL d’un missile exceptionnel en pleine lucarne d’Anthony Lopes (1-1). Le Strasbourgeois lui s’est illustré à la passe. Son caviar en profondeur pour Adrien Thomasson et son corner déposé sur la tête de Lamine Koné ont eu raison de Nice (2-0). Au niveau statistique, aucun défenseur ne fait mieux que lui dans les cinq grands championnats européens. Allô DD ?

  • Mbappé, toujours plus haut

Kylian Mbappé a fêté ses 20 ans jeudi. Et il avait visiblement à cœur de s’offrir un cadeau. Même sans idées, Paris a pu s’en remettre à son gamin face à Nantes (1-0). Un gamin qui trône au sommet du classement des buteurs avec 13 buts en … 12 matches. Ahurissant. Signe que sa progression semble sans limite, il a déjà atteint son total de l’an passé où il avait disputé 28 matches. Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Personne ne le sait. Et c’est presque tant mieux.

  • Rennes, football champagne

Le Stade Rennais est en grande forme. Le large succès de Rennes, ce samedi face à Nîmes (4-0), est le cinquième de suite, toutes compétitions confondues. Sa meilleure série depuis mars 2011 (cinq succès de suite, déjà). Et les Rennais ont en plus mis la manière, devant leurs supporters, signant leur plus large victoire de la saison. Hatem Ben Arfa, de plus en plus en jambes, ou encore Benjamin Bourigeaud, auteur du deuxième but des siens, au quart d'heure de jeu, illustrent cette excellente dynamique, qui porte le club de François Pinault à la 8e place de la Ligue 1, à l'issue de la 19e journée.

La joie de Benjamin Bourigeaud face à Nîmes

La joie de Benjamin Bourigeaud face à NîmesGetty Images

  • Khazri, l’instinct du buteur

Lui aussi a progressé par rapport à l’année passée. Il a aussi su se réinventer. Placé en pointe cette saison, même s’il a laissé l’axe ce samedi à Loïs Diony, Wahbi Khazri n’en finit plus d’affoler les compteurs. 9 buts en 16 matches dont celui du soir, une frappe sans contrôle sous la barre, qui montre à quel point son passage en pointe l’a bonifié dans le dernier geste. Ancien ailier ou meneur de jeu, Khazri s’éclate finalement plus dans la surface. Et c’est Sainté qui se régale.

  • Mandanda, 500e rugissante

Si l'OM ne repart pas les mains vides d'Angers (1-1), c'est en partie grâce à lui. Déjà auteur d'une parade en début de match (12e minute face à Jeff Reine-Adélaïde), Steve Mandanda a réalisé plusieurs arrêts décisifs, ce samedi, alors que les Phocéens étaient menés 1-0. Le portier tricolore, ultra-critiqué ces dernières semaines et pas au niveau, disputait samedi soir son 500e match pour l'OM. Il en a profité pour priver le SCO du break deux fois, autour de l'heure de jeu. Si Bouna Sarr a pu permettre aux Marseillais de revenir en fin de rencontre, d'un but de la poitrine (84e), c'est parce que leur gardien les avait maintenus à flot.

Flops

  • Monaco, la grosse déprime

Monaco et Guingamp sont adversaires directs cette saison. Samedi, à Louis II, les Monégasques avaient l'occasion d'enfoncer les Guingampais, qui se déplaçaient en quête d'un espoir à raviver. Et c'est l'En Avant qui a rempli sa mission, en s'imposant en Principauté (0-2). Pour les hommes de Thierry Henry, le coup est rude. Ils restent dans la zone de relégation (19e place) et voient leurs rivaux du soir, derniers du championnat, revenir à deux points d'eux. Les statistiques inquiétantes sont légion, sur le Rocher : l'AS Monaco n'a toujours pas gagné en championnat à la maison cette saison, ni enchaîné deux victoires de suite depuis l'arrivée d'Henry sur son banc.

Thierry Henry

Thierry HenryGetty Images

  • Penalty pour Lyon ?

Si souvent chambré pour sa propension à obtenir des penalties, l’OL peut s’estimer lésé ce samedi à la Mosson (1-1). Après avoir ouvert le score, Nabil Fekir s’est retrouvé lancé par Ferland Mendy face à Benjamin Lecomte pour doubler la mise. C’était sans compter sur le portier montpelliérain qui a accroché le pied du Lyonnais. Évident, le penalty n’a pas été sifflé par François Letexier qui a préféré avertir le capitaine lyonnais pour simulation. Sans même prendre le temps de consulter le VAR. Dommageable pour l’OL.

  • Lille et les pénos

Ce LOSC a les défauts de ses qualités. Ces dernières sont nombreuses tant la vitalité qui se dégage de ce groupe est réelle. Mais, enthousiastes, les jeunes Lillois se font souvent piéger par naïveté. Nouvelle illustration ce samedi avec deux penalties concédés qui ont coûté cher face à Toulouse (1-2). Cette saison, le LOSC en a déjà concédé 7, plus que n’importe quelle équipe en Europe. Et Mike Maignan a beau être excellent dans l’exercice, il ne peut pas toujours tout sauver.

  • L'OM, la crise de décembre

Cela aurait pu être pire, ce samedi, pour l'OM (voir précédemment). Les Phocéens ont été totalement apathiques en première période à Angers, ne tentant pas la moindre frappe. Kostas Mitroglou est-il une cause ou un symbole de ce mal ? Il a en tout cas été sorti par Rudi Garcia à la mi-temps. En deuxième période, les Marseillais ont montré un visage plus séduisant et ils ont finalement obtenu un point sur la pelouse d'Angers (1-1). Mais ils n'en restent pas moins "fanny" en termes de victoire en décembre, que ce soit en Ligue 1, en Ligue Europa ou en Coupe de la Ligue (2 nuls et 3 défaites TTC). Une série qui fait tache.

Cyril MORIN et Simon FARVACQUE

Steve Mandanda battu face à Angers

Steve Mandanda battu face à AngersGetty Images

0
0