Eurosport

L’OM n’a pas encore son coach, mais il a son portrait-robot

L’OM n’a pas encore son coach, mais il a son portrait-robot

Le 25/05/2019 à 10:17Mis à jour Le 25/05/2019 à 10:19

LIGUE 1 – Ces derniers jours, l’Olympique de Marseille a multiplié les pistes pour trouver le successeur de Rudi Garcia. Le profil du futur entraîneur est défini. Mais les candidats capables de cocher toutes les cases ne sont pas nombreux.

Être disponible… assez vite

Par décence vis-à-vis de Rudi Garcia, Jacques-Henri Eyraud a tenté de contenir l’impatience. Même s’il a laissé échapper, durant la conférence de presse annonçant le départ de son technicien, la nécessité de "travailler activement" pour lui trouver un successeur. L’entame d’un nouveau cycle réclame la présence d’un nouveau coach au plus tôt, notamment pour définir les contours d’un mercato décisif dans le sens des départs et des arrivées. L’OM n’a ni le temps, ni l’argent pour tenter de débaucher un entraîneur bien installé ailleurs.

Les prétendants éliminés :

  • Sergio Conceiçao. Le Portugais a déjà confirmé à RTP qu’il serait encore coach du FC Porto la saison prochaine.
  • Christophe Galtier. Le coach lillois n’a cessé de répéter qu’il n’avait pas l’intention de quitter le LOSC.

Vidéo - Galtier confirmé qu'il sera à Lille la saison prochaine et dit précisément ce qu'il veut

01:36

Ne pas être "manager"

Le président phocéen a tiré les enseignements de l’échec. Il y a un an, au bout d’une saison réussie, il avait accordé les pleins-pouvoirs à Garcia. L’ancien entraîneur de la Roma avait fait son marché avec peu de contraintes. Finalement, l’OM a traîné un été raté comme un boulet tout au long du dernier exercice. Eyraud a pris note : "Andoni Zubizarreta poursuit sa mission à l’OM. Mais il y aura probablement des ajustements et des changements pour repartir dans un nouveau cycle", a-t-il signalé. Ce qui laisse entendre que le dirigeant espagnol va retrouver de l’influence. Et que le futur coach ne sera pas omnipotent.

Les prétendants éliminés :

  • Claude Puel. L’entraîneur de 57 ans a laissé entendre à Nice-Matin qu’il s’était attaché au rôle de manager à l’anglaise. Il a "besoin de responsabilités."
  • José Mourinho. L’ex "Special One" ne changera certainement pas ses habitudes s’il débarquait, par miracle, à l’OM.
  • Rafa Benitez. Il a presque toujours eu ce statut depuis qu’il s’est révélé à Valence. Sauf au Real, où il n’a pas fait long feu.
José Mourinho

José MourinhoGetty Images

Savoir intégrer les jeunes

Le prétendant éliminé :

  • Laurent Blanc. Son passage au Paris Saint-Germain a été marqué par son incapacité à intégrer les promesses du centre de formation (Augustin, Kimpembe, Coman…), à l’exception de Rabiot. Il est de toute façon à la recherche d’un projet clair et suffisamment avancé pour gagner des titres et ne viendra pas à Marseille pour construire.

Vidéo - L’OM n'a plus d'argent et ressort la carte jeunes : l’idée est bonne mais…

01:58

Être stable

L’OM ne veut plus être un club de hauts et de bas. L’entité phocéenne estime que la pérennisation de ses résultats passera pas celle de son entraîneur. "Sur les vingt dernières années, la durée moyenne du mandat d’un coach à Marseille a été de neuf mois, a précisé Eyraud. Essayer de mettre plus de stabilité dans la gestion de ce club est un facteur essentiel". Les nomades et autre globe-trotters ne sont donc pas les bienvenus.

Le prétendant éliminé (?) :

  • André-Villas Boas. Il a quitté cinq des six clubs qu’il a entraînés au bout d’une saison seulement. L'OM semble malgré tout être prêt à prendre le risque : d'après L'Équipe, le Portugais serait de plus en plus proche de signer...

Vidéo - L'appel du pied de Villas-Boas à l'OM

00:34

Avoir un fort caractère

Le peuple marseillais ne veut pas seulement des résultats. Il veut aussi de la passion. Ces dernières années, Eric Gerets et Marcelo Bielsa sont les coaches qui ont (quasiment) fait l’unanimité. Ils n’y ont pourtant rien gagné. A Marseille, le charisme et la personnalité ne sont pas optionnels. Même si ces qualités doivent aussi être transmises sur le terrain.

Les prétendants éliminés :

  • Sabri Lamouchi. Centré sur le terrain, il est un entraîneur qui ressemble au joueur qu’il était. A Rennes, il n’a jamais fait de vague et n’a pas su offrir une véritable identité à son équipe.
  • Leonardo Jardim. Il est l’entraîneur malléable par excellence, puisqu’il a accepté les défis les plus fous à Monaco, sans jamais remettre la politique en cause.

Vidéo - Guérin : "L’OM doit trouver un entraîneur qui a de la personnalité et du tempérament"

02:46

Gabriel Heinze, l’évidence ?

L’Argentin répond à presque toutes les exigences : il n’a pas encore prolongé le contrat le liant à Vélez et son expérience d’entraîneur, limitée à trois aventures en Argentine, n’est pas suffisamment épaisse pour lui permettre de prétendre aux pleins-pouvoirs. Il s’est mis Marseille dans la poche entre 2009 et 2011 et est déjà reconnu pour ses qualités de coach. Si un doute subsiste sur sa capacité à faire grandir les jeunes pousses et à se pérenniser dans un tel projet, l’ex-défenseur est bel et bien le candidat le plus naturel. Mais les derniers développements placent tout de même André Villas-Boas en pole position...

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0