Getty Images

Ligue 1 - Retour du tigre, courage nantais, défense horrible : les tops et les flops de samedi

Retour du tigre, courage nantais, défense horrible : les tops et les flops de samedi
Par Eurosport

Le 25/11/2018 à 09:42Mis à jour Le 25/11/2018 à 10:13

LIGUE 1 - Le retour au premier plan de Radamel Falcao, le courage nantais ou encore la défense horrible du RC Strasbourg, voici les tops et les flops de samedi soir.

Les tops

  • Le coup de griffe de Falcao

Il n'avait plus marqué depuis un mois et demi en Ligue 1. Radamel Falcao s'est réveillé samedi à Caen pour permettre à Monaco de mettre fin à cette série bien plus gênante de 12 matches sans victoire. "El Tigre" n'a pas transformé le plus joli coup franc de sa carrière en Normandie, Brice Samba s'étant placé un peu étrangement sur le coup. Mais sa concentration avant la frappe et son toucher ont été cruciaux pour l'ASM et feront peut-être de cet instant un moment décisif cette saison.

  • La pugnacité nantaise

Courir tout le match après le score, c'est ce qu'ont vécu les Canaris samedi soir face à Angers. Un contre éclair, une conclusion de Stéphane Bahoken (5e) et Nantes a dû se remettre dans le bain sans traîner. Grâce à Majeed Waris (90e), le FCN a finalement arraché le nul samedi soir (1-1). Mais c'est le chemin pour y parvenir qui mérite d'être mis en avant, les joueurs de Vahid Halilhodzic n'ayant jamais baissé les bras malgré les montants angevins, malgré les parades de Ludovic Butelle, malgré un manque criant de réalisme par moments. C'est cette pugnacité qui permet (entre autres) à Nantes d'être invaincu depuis cinq matches dans l'élite.

  • Les éclairs rémois

Le Stade de Reims n'a pas forcément livré une partie ultra séduisante face à Guingamp, lanterne rouge en très grande difficulté en Ligue 1. Mais le club champenois a eu deux moments de grâce face aux Bretons. Dès la 2e minute et à la 68e, les hommes de David Guion ont réussi à se surpasser pour développer deux actions collectives de très haute volée. Xavier Chavalerin et Boulaye Dia les ont conclues avec brio pour offrir au promu sa cinquième victoire de la saison. La question est de savoir comment reproduire de tels mouvements.

Les Rémois savourent l'un de leurs deux buts en Ligue 1 contre Guingamp samedi soir.

Les Rémois savourent l'un de leurs deux buts en Ligue 1 contre Guingamp samedi soir.Getty Images

  • Le coup de génie de Cavani

Il reste désespérément dans l'ombre de Neymar et Kylian Mbappé. Sans les deux stars du PSG, Edinson Cavani avait l'occasion de prendre enfin peu de lumière. Il y a mis la manière et Kelvin Amian a mordu la poussière. Désarçonné par le coup du sombrero du Matador, le défenseur toulousain n'a pu qu'assister, impuissant, à la reprise victorieuse de l'Uruguayen à bout portant. Un but génial et capital car il a permis au PSG de s'imposer devant Toulouse sur la plus petite des marges. Paris peut s'en réjouir. Même sans Neymar et Mbappé, il pourra toujours compter sur Cavani.

Les flops

  • Strasbourg trahi par sa défense

À 35 ans, Hervé Lybohy ne s'attendait sans doute pas à recevoir un tel cadeau pour inscrire son premier but en Ligue 1. Le défenseur nîmois a profité de la spectaculaire apathie de la défense strasbourgeoise pour donner la victoire à Nîmes, ce samedi à la Meinau (0-1, 72e). Absolument seul au second poteau, alors que les défenseurs alsaciens se ruaient au premier pour dégager le corner de Téji Savanier, l'ancien du Paris FC a eu le champ libre pour placer sa tête. À cette erreur invraisemblable au plus haut niveau s'est ajoutée l'expulsion bête du capitaine strasbourgeois Stefan Mitrovic pour contestation, après un fait de jeu anodin (80e). Décidément, ce n'était pas la soirée des défenseurs du Racing.

  • Les attaques en berne

Après un PSG - Toulouse plutôt ennuyeux (1-0), la soirée de Ligue 1 n'a pas vraiment relevé le niveau. La faute à des attaques en panne, à quelques rares exceptions. À la mi-temps, ce samedi soir, seuls deux buts avaient été inscrits sur les cinq stades de Ligue 1 : celui de Xavier Chavalerin pour Reims face à Guingamp, et celui de Stéphane Bahoken à la Beaujoire pour Angers. Certes, la seconde période a (un peu) relevé le niveau, grâce à quelques jolies réalisations, comme le coup-franc de Falcao à Caen. Il n'empêche que les huit buts marqués en six matches ce samedi ne représentent qu'un maigre total. Les causes sont diverses : intervention du VAR pour refuser deux buts à Bordeaux, arrêts spectaculaires pour Bernardoni (Nîmes) ou Mendy (Reims), maladresse pour Abeid (Dijon)... La conséquence, elle, reste la même : on s'ennuie souvent le samedi soir en Ligue 1.

Vincent BREGEVIN, Jean CANESSE et Louis PILLOT

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0