Getty Images

Lyon - Aulas : "Ceux qui pensent pouvoir réaliser de gros transferts en fin d’année se trompent"

Aulas : "Ceux qui pensent pouvoir réaliser de gros transferts en fin d’année se trompent"

Le 25/02/2019 à 08:50Mis à jour Le 25/02/2019 à 09:53

LIGUE 1 - L'OL a livré une prestation indigne de son statut et de ses ambitions ce dimanche à Monaco (2-0). Son président, Jean-Michel Aulas, n'a pas du tout aimé. Et on le comprend.

Comment est-ce possible ? Tenir face à un cador européen, museler l'un des tout meilleurs joueurs de l'histoire durant 90 minutes, Lionel Messi, en 8e de finale de la Ligue des champions puis, cinq jours plus tard, prendre une leçon à Louis-II sans le moindre esprit de révolte, sans pic de fièvre et en démissionnant dès le coup d'envoi. L'OL a chuté dans les grandes largeurs (2-0) face à Monaco.

Bien sûr, l'ASM n'a pas grand-chose à voir avec la formation moribonde qui avait perdu sans lutter au Groupama Stadium en décembre dernier (3-0). Cette fois, les rôles se sont inversés et Lyon n'a absolument aucune excuse. Les joueurs ? Les onze titulaires de Barcelone ont joué ce dimanche et neuf dès le coup d'envoi. La fatigue ? L'excuse ne tient pas : la seconde période était nettement moins médiocre que la seconde. "On a quand même eu cinq jours entre les deux matches", a constaté Bruno Genesio.

Monaco-Lyon

Monaco-LyonGetty Images

Alors où est le problème ? "Il va falloir se remettre en question, a pesté Lucas Tousart après la rencontre au micro de Canal Plus. Ce ne sont pas tous les jours des matches de Ligue des champions, il faut faire avec. Ce sont des matches qu'il faut aussi gagner." L'OL choisirait ses matches si on décrypte les propos de son milieu de terrain. Ce n'est pas nouveau. Conquérants lors du derby face aux Verts (1-2), brillants lors du choc face au PSG (1-0), bluffants lors de la double confrontation face à Manchester City (1-2, 2-2), les Gones ne mettent ni la même envie ni le même degré d'intensité lors d'affiches moins scintillantes.

"On revient un peu en arrière"

Face à Strasbourg en Coupe de la Ligue (1-2), à Reims (1-0), Nice (1-0), face à Rennes (0-2) ou Bordeaux (1-1) en Ligue 1, Lyon a livré quelques bouillies de match indignes de son statut. Mais il n'avait sans doute jamais été aussi médiocre en championnat cette saison que lors des 45 premières minutes sur le Rocher. Il suffisait de voir la colère dans les yeux de Bruno Genesio à la pause pour mesurer son degré d'exaspération. "On a manqué complètement notre première mi-temps. Tous ! Moi le premier", a-t-il enragé après coup. "C'est un jour sans, a continué Tousart. On a perdu trop de duels en première période pour être dangereux. En seconde, on était mieux et ça se voit direct. Une soirée à oublier pour nous." "On revient un peu en arrière quand on voit l'équipe se comporter ainsi", a soufflé son coach après la rencontre.

Le duo Aouar-Ndombele a particulièrement souffert ce dimanche. Quand les deux hommes passent à travers, l'OL n'a pas l'emprise sur le match. Et un Lyon sans ballon, c'est un Lyon inoffensif. C'est sans doute à ses deux jeunes joueurs que Jean-Michel Aulas s'est adressé dans un tweet d'après-match : "Certains joueurs sont très au-dessous de leur potentiel, a jugé le président lyonnais. Ceux qui pensent pouvoir réaliser de gros transferts en fin d’année se trompent, il faut moins parler et donner beaucoup plus." Et sans doute arrêter de choisir ses matches. Le Barça, c'est clinquant mais la L1, c'est essentiel.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0