Getty Images

Naïveté et manque de maîtrise : pourquoi le PSG accumule les bourdes dans ses 16 mètres

Naïveté et manque de maîtrise : pourquoi le PSG accumule les bourdes dans ses 16 mètres

Le 12/01/2019 à 14:45Mis à jour Le 12/01/2019 à 16:25

LIGUE 1 – Le PSG a concédé trois penalties face à Guingamp mercredi en Coupe de la Ligue (1-2). Ce n'est pas la première fois de la saison que le club parisien commet des bourdes dans ses seize mètres. Bien au contraire.

Trois penalties en 45 minutes. Même avec le VAR, la statistique est à peine croyable. Ce sont pourtant eux qui ont précipité la première défaite du PSG en France. En l'occurrence en Coupe de la Ligue face à Guingamp (1-2). Trois penalties et ce ne sont pas les premiers concédés par le PSG. Au cœur d'une saison quasi-parfaite, voilà le seul nuage ou presque qui flotte au-dessus du club parisien. En cinq mois et 27 matches, le PSG a déjà concédé dix penalties.

Vidéo - CdL - Tuchel sur les penalties : "Je suis fou ! Ce n'est pas possible..."

01:30

C'est plus qu'en 2017/2018 (9 en 57 matches), 2016/2017 (7 en 57 matches), 2015/2016 (7 en 59 matches) ou 2014/2015 (6 en 59 matches). C'est énorme. Mais quelle mouche a donc piqué la défense parisienne pour se mettre de tels bâtons dans les roues. Le VAR, bien sûr, fait gonfler les chiffres. Lors de la dernière Coupe de monde, 29 penalties ont été accordés, le précédent record (18) avait été battu dès le 36e match. Mais l'introduction du VAR ne suffit pas à expliquer une telle inflation.

Un penalty tous les 44 ballons touchés dans la surface !

Selon Opta, Paris concède un penalty tous les 44 ballons touchés dans sa surface. Si on compare aux autres clubs européens de son calibre, le point faible du PSG saute aux yeux. Pour la Juve, c'est un penalty tous les 69 ballons touchés, tous les 74 ballons touchés pour le Bayern, 101 pour le Real Madrid, 496 pour le FC Barcelone. Or le VAR sévit aussi en Bundesliga, en Serie A et en Liga. Le problème est donc plus profond.

En décortiquant attentivement tous les penalties concédés par le PSG depuis le début de saison, ce qui saute aux yeux, c'est la naïveté des défenseurs parisiens. Sur les dix penalties concédés, neuf l'ont été alors que le porteur du ballon n'était pas en situation de marquer. Seule la faute de Thiago Silva et Gianluigi Buffon sur Callejon à Naples (1-1), après un contrôle raté du défenseur parisien, annihile une action de but très nette. Pour le reste, il s'agit très souvent de tacles mal maîtrisés assez loin de la ligne de but, près des extrémités de la surface, ou de mains maladroites sur des centres anodins. Des sautes de concentration en somme.

Angel Di Maria fauche Mané lors de Liverpool-PSG

Angel Di Maria fauche Mané lors de Liverpool-PSGGetty Images

Kehrer, le symbole

Les Parisiens ont une vraie tendance à se jeter dans leurs 16 mètres sans vraiment maîtriser leur geste. Ce fut le cas de Kehrer face à Guingamp ou Angers en tout début de saison, de Di Maria et Bernat face à Liverpool alors que le danger, à chaque fois, restait mince. Et s'il y a bien un joueur qui symbolise ses sautes de concentration, c'est Thilo Kehrer. Le jeune espoir allemand a concédé 40% des penalties du PSG cette saison. D'abord en se jetant dans les pieds de Flavien Tait contre Angers, puis avec deux mains sur des centres a priori inoffensifs face à Lille et Strasbourg, enfin en fauchant Marcus Thuram après avoir trop reculé, jusque dans sa surface, sur la percée de l’attaquant breton.

En nets progrès dans le jeu, Kehrer conserve une part de naïveté dans ses interventions dans les seize derniers mètres. Jusqu'ici, ses sautes de concentration, et celles de ses coéquipiers, n'ont coûté que deux points en championnat, une Coupe de la Ligue et des grosses sueurs froides en Ligue des champions. Mais l'avertissement est clair alors que les échéances majuscules, à commencer par le 8e de finale de la C1 face à Manchester United, se rapprochent. Samedi, face à Amiens, il sera déjà temps de se discipliner face à… l'équipe qui concède le plus de penalties cette saison en L1 (5) juste devant… le PSG (4).

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0