Getty Images

OM-Monaco (1-1) - Rudi Garcia : "On n'a pas montré le visage d'une équipe malade"

"On n'a pas montré le visage d'une équipe malade"

Le 14/01/2019 à 09:51

LIGUE 1 - Incapable de battre Monaco dans un Vélodrome hostile, dimanche soir lors de la 20e journée, l'Olympique de Marseille n'a pas réussi à se sortir de la crise. Malgré ce mauvais résultat, Rudi Garcia et ses troupes ont passé un message d'espoir : en continuant à jouer comme ça, Marseille s'en sortira.

Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Englué dans une crise de résultats depuis l'automne, l'Olympique de Marseille n'a toujours pas réussi à retrouver le chemin de la victoire en Ligue 1 et relancer sa saison face à un Monaco volontaire mais inégal au Stade Vélodrome, dimanche soir lors de la 20e journée (1-1). Sans victoire toutes compétitions confondues depuis le 25 novembre dernier, soit huit rencontres, l'OM a juste posé de la pommade sur ses maux. La plaie est toujours béante.

Si le résultat n'a pas été au rendez-vous, les joueurs ont eu pour principal problème de gérer la colère des supporters qui ont animé l'avant et l'après-mach. D'abord reçus par des banderoles hostiles, "Besoin d'un Powerpoint pour mouiller le maillot ?", "OM Champions Project, OM Nation. Stoppez la communication, Passez à l'action", "Porter ce maillot est une chance, lui faire honneur est un devoir" - les joueurs ont terminé la rencontre sous une pluie de sifflets et d'insultes tombées des travées d'un Vélodrome furibard. D'un commun accord, tout le groupe marseillais s'est quand même rendu à la rencontre des deux virages après le match afin d'assumer la situation et faire front.

Les joueurs ont vu les supporters

"On n'est pas très très bien en ce moment. On va assumer. Au moins aller, ne serait-ce les écouter et prendre ce qu'on doit prendre", a précisé Steve Mandanda au micro de Canal+ afin d'expliquer ce qui a motivé le groupe d'aller dans la gueule du loup. "Il faut être ensemble par contre, parce qu'on est tous ensemble. Ce n'est pas normal qu'on se retrouve comme ça, donc on va tous y aller."

Les rencontres avec les groupes présents au sein des tribunes du Virage Sud et du Virage Nord n'ont pas forcément eu les effets escomptés. Reçus hostilement, les joueurs n'ont pu s'entretenir que quelques instants avec les représentants du groupe ultra les "South Winners". Porte-parole, Steve Mandanda a joué les médiateurs devant le virage Sud, puis en coulisses. Le virage Nord n'a, lui, pas réservé un meilleur accueil aux hommes de Rudi Garcia. Jets de pétards, chants à coup de "l'OM c'est nous", ce n'était pas la fête à la maison.

Difficile de tirer les vers du nez aux joueurs après coup. Pour Mandanda, en première ligne, il a été question d'assumer la situation. "Ce n'est pas que ça nous tenait à coeur, c'était normal d'aller voir les leaders de groupes. C'était un contexte particulier, pour ma part ce n'est pas la première fois que je vis ça", a-t-il assuré en zone mixte dans des propos rapportés par La Provence. "Je pense que rentrer directement ce n'était forcément une bonne solution. Certains nous ont dit ce qu'ils avalent à dire. Je pense qu'on a fait le maximum, je pense qu'on fait du mieux possible dans un contexte compliqué."

L'international français, qui a eu une discussion animée avec un supporter en coulisses concernant l'ambiance défavorable régnant au Vélodrome (voir la vidéo diffusée par l'émission J+1 dimanche), a ensuite donné raison au public qui fait loi. "Je suis conscient que l'on ne mérite pas forcément le soutien de notre public par rapport à tout ce que l'on fait depuis le début de la saison. Ils ont été très patients, ça je le sais parce que j'ai vécu des moments plus difficiles que ça. Mais on a besoin d'eux et c'est ensemble qu'on va s'en sortir."

" En jouant comme ça, on gagnera des matches"

Sur un plan plus sportif, Marseille est apparu en rémission, mais pas en grande forme non plus. Face à un Monaco incapable d'exploiter ses temps forts, en fin de première période et en début de seconde, l'OM a souffert, mais n'a pas manqué de cœur. Dominateurs dans l'ensemble, les Phocéens ont péché dans la finition et manqué d'équilibre par moments. Forcément quand on manque de confiance, les petits problèmes en deviennent de gros. La suite c'est une histoire purement psychologique.

Si tout n'a pas été parfait dans l'exécution, les joueurs de l'OM se sont montrés satisfaits de la manière. "Oui on a été bons. Il y a eu un petit moment de flottement en fin de la première mi-temps où on prend ce but. Après on fait une bonne seconde période", a glissé Dimitri Payet au micro de Canal+. "Malheureusement, voilà, il nous manque ce petit but qui nous donne les trois points, mais il y a eu un but refusé (à Florian Thauvin après utilisation du VAR, ndlr). Mais en jouant comme ça, on gagnera des matches. Il y a eu beaucoup de discussions et de travail surtout. Et voilà, en respectant les consignes ce soir, on a réussi à faire un match avec un contenu intéressant."

Garcia content du contenu

Egalement interrogé par Canal+, Rudi Garcia est allé dans le sens de son capitaine. Marseille a bombé le torse devant son public et s'est comporté en groupe solidaire. "On n'a pas réussi à gagner ce soir, je pense qu'on le méritait. On n'a pas montré le visage d'une équipe malade. On a montré le visage d'une équipe qui en veut, qui joue, qui garde confiance" a appuyé le technicien marseillais. "Même si effectivement, les temps sont un petit peu difficiles. On n'a pas été à la hauteur au niveau du résultat, mais on l'a été au niveau du contenu."

La semaine prochaine sera corsée pour les joueurs de l'OM. Dès mercredi il faudra se coltiner un déplacement à Geoffroy-Guichard face à l'AS Saint-Etienne, avant d'enchaîner avec une visite à d'Ornano face à Caen. Actuellement 9e au classement avec 28 points, à neufs longueurs d'une qualification directe en Ligue des champions et à cinq longueurs de la 3e place occupée par l'OL, Marseille va devoir se faire violence rapidement. "C'est vrai que dans la situation actuelle, ça reste un match nul à domicile donc on ne peut pas s'en contenter", a ajouté Payet. "Mais on ne va pas faire la fine bouche, on prend ce point. Et on va continuer pour en prendre d'autres dès mercredi."

Steve Mandanda et les joueurs de l'OM discutent avec les groupes de supporters au Vélodrome après OM-Monaco / Ligue 1
0
0