Getty Images

Pourquoi Guingamp peut croire au maintien

Pourquoi Guingamp peut croire au maintien

Le 18/01/2019 à 19:21

LIGUE 1 - Lanterne rouge depuis la 3e journée, Guingamp a repris espoir dans la course au maintien grâce à sa victoire contre Rennes en match en retard en milieu de semaine (2-1). De retour au Parc des Princes, où ils ont signé l'exploit de battre le PSG en Coupe de la Ligue (1-2), les Bretons peuvent-ils vraiment éviter la relégation en fin de saison ? Eléments de réponse.

Guingamp est un curieux paradoxe. La seule équipe française à avoir battu le PSG cette saison, toutes compétitions confondues, est aussi la plus exposée à la relégation en championnat. Cela dure depuis un moment. Le club breton végète à la dernière place du classement depuis le 26 août dernier et traîne comme un boulet son entame de championnat cataclysmique (6 défaites lors des 6 premières journées). Avec onze points à mi-parcours, le bilan de l'En Avant ne laissait présager rien d'autre qu'une descente en Ligue 2 à la fin de la saison, après six années passées au sein de l'élite.

Les exemples du passé ne plaident pas pour Guingamp. Si les Guingampais parviennent à se maintenir, ce sera une forme d'exploit. Les hommes de Jocelyn Gourvennec en ont déjà signé un en sortant le PSG au Parc en Coupe de la Ligue (1-2). Ils ne l'avaient pas confirmé en championnat avec un revers à domicile face à Saint-Etienne (0-1) trois jours plus tard. Mais les Bretons ont eu le mérite de rebondir immédiatement en décrochant une victoire mercredi dans le derby face à Rennes (2-1). Ils sont toujours derniers. Mais ils se sont donnés les moyens de croire en un improbable maintien.

Une série inédite

Difficile d'imaginer une nouvelle sensation au Parc des Princes samedi, face à un PSG revanchard dix jours après l'affront subi face aux Guingampais. Les Bretons connaissent cependant la recette. Avec un bloc extrêmement replié et étalé sur toute la largeur du terrain, ils avaient trouvé le moyen de contrarier la force de frappe offensive parisienne. Les hommes de Jocelyn Gourvennec avaient aussi fait preuve d'efficacité en profitant de chacune de leurs incursions dans la surface de Paris pour marquer, même si leurs deux buts étaient venus sur des penalties.

Thiago Silva lors de PSG-Guingamp / Coupe de la Ligue

Thiago Silva lors de PSG-Guingamp / Coupe de la LigueGetty Images

Cette performance, si exceptionnelle soit-elle, avait aussi mis en lumière les progrès de Guingamp sur les dernières semaines. Ils se traduisent par les résultats. Sur le mois écoulé, l'EAG a signé cinq victoires en six matches toutes compétitions confondues, même si celle acquise à Nice en 8e de finale de la Coupe de la Ligue avait été acquise aux tirs au but (0-0, 1-3 t.a.b.). En championnat, les Guingampais ont pris six points sur les cinq derniers matches. Sur cette période, tronquée par les nombreux reports, ils occupent une encourageante 9e place au classement.

Un mois déterminant

La dynamique bretonne sera cependant mise à rude épreuve dans les semaines qui viennent. Déjà parce que ce déplacement au Parc se profile dès samedi. Aussi parce que les hommes de Jocelyn Gourvennec affronteront deux autres équipes du Top 5 sur leurs cinq prochaines sorties en championnat. Après la réception de Lille dans le cadre de la 24e journée, l'EAG ira jouer à Lyon une semaine plus tard pour le compte de la 25e journée. Mais son maintien ne se jouera pas forcément sur le mois qui vient. Car celui d'après s'annonce d'ores et déjà déterminant.

Jocelyn Gourvennec

Jocelyn GourvennecGetty Images

Le hasard du calendrier fait que Guingamp affrontera cinq équipes actuellement classées entre la 13e et la 19e place entre la 26e et la 31e journée : Angers, Nantes, Toulouse, Dijon et Monaco. Autant de matches "à six points" pour les Guingampais face à des rivaux potentiels dans la course au maintien. Les hommes de Gourvennec auront un avantage. Sur ces cinq matches, ils recevront à quatre reprises. Seule la rencontre face à Toulouse sera en déplacement. Cela pourrait bien être le tournant qui déterminera le destin de Guingamp cette saison, même s'il restera encore sept journées après la réception de Monaco.

Un groupe renforcé

Si Guingamp a connu une première moitié de saison aussi difficile, c'est aussi parce que le club breton n'a pas été épargné par les blessures. Notamment dans le secteur offensif, où Marcus Thuram a souvent semblé bien seul pour porter l'attaque bretonne. Les retours de Nolan Roux, buteur dès son match de reprise à Monaco fin décembre (0-1), et de Ronny Rodelin, la recrue phare du mercato estival de l'En Avant, vont faire du bien à un groupe qui a aussi souffert des absences répétées de Lucas Deaux dans l'entrejeu.

Ce ne sont pas les seuls renforts au sein de l'effectif de Jocelyn Gourvennec. Guingamp s'est montré à la fois actif et malin sur le mercato d'hiver en recrutant dans tous les secteurs sans débourser le moindre centime avec les arrivées de Johan Larsson et Papy Djilobodji en défense, de Didier Ndong et Mehdi Merghem au milieu et d'Alexandre Mendy, prêté par Bordeaux, en attaque. Autant de forces vives nécessaires compte tenu du combat qui attend l'En Avant dans la course au maintien. Il faudra un exploit pour l'obtenir. Mais Guingamp sait les réaliser.

La joie de Guingamp face à Rennes

La joie de Guingamp face à RennesGetty Images

0
0