Getty Images

Villas-Boas, Jardim : les ex-successeurs de Mourinho à la recherche de leur mojo

Villas-Boas, Jardim : les ex-successeurs de Mourinho à la recherche de leur mojo

Le 14/09/2019 à 00:16Mis à jour Le 15/09/2019 à 21:19

LIGUE 1 – Alors qu'ils incarnaient, au début de la décennie, la relève de José Mourinho, Leonardo Jardim et André Villas-Boas cherchent aujourd'hui à retrouver une spirale positive. Leurs retrouvailles lors de Monaco - Marseille (21h00) peuvent leur servir à cela.

Ils vont se retrouver pour un choc de Ligue 1, qui n'est même plus un sommet du championnat. Au début de la décennie, André Villas-Boas et Leonardo Jardim auraient-ils signé pour en arriver là ? On ne le saura jamais. Mais aujourd'hui, force est de constater que leur situation n'est plus du tout celle qu'elle était il y a quelques années, lorsque des exercices réussis en Liga portugaise avaient fait de l'un et de l'autre les successeurs désignés de José Mourinho.

Leonardo Jardim (Monaco)

Leonardo Jardim (Monaco)Getty Images

Même s'il a toujours voulu s'en démarquer, André Villas-Boas l'était devenu par son parcours. Du jour où il a écrit à Sir Bobby Robson, mentor de Mourinho, un courrier critiquant ses choix et motivant l'entraîneur anglais à l'engager comme stagiaire, jusqu'à son départ coûteux pour Chelsea après une épopée européenne avec Porto, AVB a cultivé sa ressemblance avec l'ex "Special One".

Jardim, un vrai disciple

Jardim l'a fait différemment. En gagnant, bien sûr, d'abord avec Braga puis en sortant le Sporting d'une interminable crise. Par son approche, aussi, puisqu'il s'est engouffré dans la voie ouverte par l'ancien manager de Manchester United, celle des entraîneurs universitaires.

Vidéo - Villas-Boas : "Je respecte et j'apprécie beaucoup Jardim"

02:51

Lui n'a jamais vanté ses résultats mais il a toujours mis en avant la force des coaches portugais : "être capable de parler de football mais aussi de médecine du sport, de psychologie, de gestion", comme il l'a répété au gré des nombreux congrès auxquels il a participé, au Portugal. "Ses méthodes me rappellent Mourinho", disait de lui Cesc Fabregas, en avril dernier, lors d'une interview accordée à beIN SPORTS.

Sur la pente descendante… eux aussi ?

"The Special Two" n'a jamais pu assumer son surnom après ses échecs à Chelsea puis Tottenham qui l'ont définitivement éloigné du Royaume où Mourinho a bâti sa réputation. Jardim, lui, a failli prendre le relais en 2017, année où il a mené Monaco au titre de champion de France et en demi-finale de Ligue des champions. Candidat au trophée d'entraîneur de la FIFA, il avait d'ailleurs échoué au sixième rang… derrière Mourinho. Un petit symbole.

Vidéo - Jardim : "La différence entre Villas-Boas et moi ? L'âge !"

00:26

Car depuis, les successeurs désignés sont devenus des épigones en quête du mojo. L'un l'a cherché dans des championnats exotiques, en Russie et en Chine, l'autre l'a égaré sur le Rocher. Qui sait, le vainqueur de leur nouvelle confrontation, ce dimanche soir, le retrouvera peut-être, même si le début de saison des deux équipes, mi-figue mi-raison pour l'OM et franchement décevant pour l'ASM, n'incite pas vraiment à l'optimisme. Mais qu'importe, ils vont se retrouver pour un choc de Ligue 1. Et c'est déjà pas mal : aujourd'hui, Mourinho aimerait certainement être à leur place.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0