Getty Images

D'enthousiasmants à franchement déprimants : mais que se passe-t-il chez les Crocos ?

D'enthousiasmants à franchement déprimants : mais que se passe-t-il chez les Crocos ?
Par AFP

Le 05/12/2019 à 23:19

LIGUE 1 - Intersaison mal négociée, patron invisible, "naufrage collectif"... Nîmes, qui reste sur neuf matches d'affilée sans succès en Ligue 1, semble filer tout droit vers la relégation. Ambiance tendue pour les "Crocos" avant de recevoir Lyon vendredi lors de la 17e journée (20h45)...

De crocos affamés à crocos assomés. A Bordeaux mardi, le Nîmes Olympique a pris une grosse gifle (6-0). Mentalement, l'effectif s'est effondré. "J'ai honte", a reconnu le défenseur Pablo Martinez après le match. "Un naufrage collectif", a abondé l'entraîneur Bernard Blaquart. Quatre mois après le début de saison, l'été mouvementé des Gardois continue d'avoir des conséquences néfastes et la direction n'a pour le moment pas changé de cap.

Le patron Rani Assaf, numéro 2 de l'opérateur de télécommunications Free, reste muet. Très secret, il ne parle pas à la presse et n'accompagne pas souvent les déplacements des "Crocos", avant-derniers de Ligue 1 avec seulement 12 points, autant que la lanterne rouge Toulouse.

"C'est un personnage très atypique", reconnaît Blaquart, "mais il a financièrement sauvé le club, l'a fait monter en Ligue 1. Jusqu'à présent, le parcours montrait qu'il avait raison." Jusqu'à maintenant...

Pour 8 millions d'euros, Rani Assaf a certes acheté fin juin le stade des Costières à la municipalité, avec en tête la réalisation d'une nouvelle enceinte à laquelle sera accolée tout un programme immobilier. Mais il a surtout oublié de mettre sur la table les moyens financiers pour permettre à son club de rester en Ligue 1.

Blaquart "fragilisé"

Pendant l'été, tauliers et pépites ont quitté l'équipe : les milieux Téji Savanier et Jordan Ferri ont rejoint le voisin montpelliérain, l'attaquant Denis Bouanga a eu un bon de sortie pour Saint-Etienne et Rachid Alioui, Sada Thioub ou le milieu de terrain Anthony Bobichon ont mis le cap sur Angers.

Seuls Paul Bernardoni - prêté pour une deuxième année consécutive par Bordeaux -, Anthony Briançon et Renaud Ripart sont restés fidèles à Nîmes. Et avec le plus petit budget du championnat et la plus petite cellule de recrutement, les pioches du dernier mercato tardent à monter en régime.

"On a perdu (des joueurs) de la Ligue 1, on a été dépouillés et on a recruté de la Ligue 2", a concédé Bernard Blaquart. "Aujourd'hui, le sportif ne va pas bien, mais je ne suis pas désabusé, j'ai envie d'être encore plus combattif. On va se battre, on ne va pas abandonner, j'ai l'énergie pour cela", a ajouté le technicien. Le club a aussi pâti au coeur de l'été de l'épisode du vrai-faux départ de son directeur sportif Laurent Boissier, qui a laissé Blaquart plus ou moins seul.

Bernard Blaquard et Antoine Kombouaré

Bernard Blaquard et Antoine KombouaréGetty Images

Bref, les résultats actuels reflètent cette instabilité. "Je suis fragilisé comme tout entraîneur dans cette situation", reconnaît aujourd'hui Bernard Blaquart, "mais je ne me pose pas cette question."

"J'ai toujours terminé une saison que j'ai commencée", rappelle aussi celui que le président avait rebaptisé ces dernières années "Magic Blaquart" au vu de ses résultats probants. Gardera-t-il ce surnom ? En attendant, le club gardois a devant lui un sacré chantier à conduire. Bien plus compliqué que la construction d'un nouveau stade...

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0