OM-PSG, c’est toujours un match à part. Mais celui de dimanche aura une saveur un peu plus particulière. Coronavirus oblige, Marseillais et Parisiens n’ont pu s’affronter au Vélodrome lors de la saison 2019-2020. Le dernier déplacement des Rouge et Bleu en terre marseillaise remonte au 28 octobre 2018. Plus de deux ans après cette victoire parisienne, la cité phocéenne s’apprête donc à vivre un nouveau Classique.
Cette fois-ci, le Vélodrome sera vide. La crise sanitaire prive les supporters marseillais de leurs tribunes pour la 100e opposition. Mais ils ne devraient pas rester chez eux pour autant. Historiquement, les rues de Marseille sont toujours bondées de fans de l’OM habillés aux couleurs du club avant les réceptions du Paris Saint-Germain. Dimanche, il y aura bien du monde dans la cité phocéenne. Peut-être un petit peu moins que d’habitude, mais Marseille ne sera pas une ville déserte.
Ligue 1
Mbappé, bien plus qu'un doublé
IL Y A 5 HEURES

Les joueurs épargnés…

Mais cette année, le contexte est différent. L’Olympique de Marseille traverse une crise à presque tous les niveaux. Les différends entre certains supporters de l’OM et les dirigeants du club, qui existent depuis plusieurs mois, ont pris une nouvelle dimension le 30 janvier dernier avec les incidents survenus à la Commanderie.
Faut-il s’attendre à des incidents similaires dimanche en marge du Classique ? Pas forcément. "Les joueurs ne sont pas la cible" explique Hugo, abonné au Virage Sud du stade Vélodrome. A la veille du match, une rencontre entre les joueurs et les leaders des groupes de supporters marseillais a eu lieu selon RMC. Cette dernière aurait permis d’apaiser les tensions, preuve que les deux parties sont sur la même longueur d’ondes. "De toute façon, il y aura beaucoup de policiers devant la Commanderie et les joueurs des deux clubs arriveront au stade après le couvre-feu. Il ne devrait pas y avoir de problèmes à ce niveau-là…" analyse le jeune supporter olympien.

"Sampaoli, le personnage qu'il faut à l'OM mais peut-être pas le coach"

… Mais pas la direction

En effet, un gros dispositif de sécurité est prévu dans la cité phocéenne dimanche. Les 400 policiers mobilisés auront "pour mission de sécuriser l'ensemble des trajets, lieux de résidence et d'entraînement des joueurs ainsi que le stade Orange Vélodrome et ses abords", a expliqué la préfecture de police des Bouches-du-Rhône dans un communiqué.
Si des actions à l’encontre des joueurs ne devraient pas avoir lieu dimanche, des banderoles hostiles envers la direction du club marseillais pourraient bien être déployées dans Marseille. Le week-end dernier, de nombreux messages avaient été exposés un peu partout en ville par les supporters de l’OM. Certaines visaient des joueurs, plus précisément Dimitri Payet et Florian Thauvin, mais elles étaient surtout destinées à Jacques-Henri Eyraud.

OM-PSG : à situations instables, résultat souvent imprévisible

Pluie de banderoles, épisode 2

Peut-on s’attendre à voir une deuxième salve de banderoles hostiles dans la cité phocéenne dimanche ? "Oui, c’est sûr", explique Hugo. "Jacques-Henri Eyraud a mis de l’huile sur le feu au lendemain des incidents à la Commanderie avec ces déclarations sur ce qu’il a appelé "L’OM des magouilles". C’est évident que des banderoles le visant seront déployées dans Marseille avant le match."
Il se pourrait bien que l’OM mette tout en œuvre pour que ces banderoles ne soient pas exposées trop longtemps aux yeux de tous. Lundi, plus aucun des messages déployés pendant le week-end de contestation n’était visible dans Marseille. "C’est peut-être le seul risque de débordement dimanche" avertit Hugo. "Si les forces de sécurité essaient d’enlever de forces des banderoles, il peut y avoir des débordements derrière."
Dimanche, c’est le 100e Classique de l’histoire. Les supporters marseillais ne pourront pas encourager leurs joueurs et jouer leur rôle de 12e homme au des restrictions sanitaires. Mais ils n’hésiteront pas à donner de la voix et exprimer leur point de vue sur la direction actuelle du club dans les rues de la cité phocéenne. A Marseille, 7 février ou pas, la journée sera chaude !
Ligue 1
Ce PSG résiste à tout : un scénario dingue et Paris recolle à Lille
IL Y A 8 HEURES
Ligue 1
Mise à l'écart, triplé et tension : Khazri - Puel, histoire d'un grand gâchis
HIER À 21:03