Getty Images

Fabregas ou la crainte de la pré-retraite

Fabregas ou la crainte de la pré-retraite

Le 20/09/2019 à 22:51Mis à jour Le 20/09/2019 à 22:52

LIGUE 1 - Cesc Fabregas n'est pas au niveau attendu depuis son arrivée en L1. Le milieu catalan n'est que l'ombre du joueur qui avait régalé le monde du football avec Arsenal, le FC Barcelone ou encore Chelsea. Faut-il s'inquiéter ?

Il devait changer le visage de l'AS Monaco. Devenir la clef de voûte du club de la Principauté grâce à sa créativité, son expérience et sa qualité de passe. Neuf mois plus tard, la L1 a découvert le… fantôme de Cesc Fabregas. Il y a bien un ou deux matches où sa science de la passe a fait du bien. Mais sinon, il n'a jamais été à la hauteur des attentes, à l'image de sa sortie de dimanche face à l'OM (3-4) où le Catalan a affiché une triste mine.

En difficulté dans ce milieu à deux voulu par Leonardo Jardim, Fabregas a étalé son manque d'impact et son imprécision. Heureusement qu'il y avait son nom sur son maillot, sinon pas grand monde l'aurait reconnu. Depuis son arrivée dans l'Hexagone, il a finalement fait plus parler de lui pour ses critiques sur le niveau de la L1 que ses prouesses sportives. Et l'ASM peut presque se demander s'il n'est pas venu en pré-retraite pour profiter de la douceur de la vie monégasque. Il ne serait pas le premier.

Aleksandr Golovin et Cesc Fabregas à Monaco

Aleksandr Golovin et Cesc Fabregas à MonacoGetty Images

A 32 ans, est-il déjà "cramé" ?

Monaco et ses conditions idylliques ont déjà attiré quelques trentenaires plus en retraite anticipée qu'autre chose pendant leur passage sur le Rocher. Rappelez-vous d'Oliver Bierhoff, Florin Raducioiu, Christian Vieri ou encore Eidur Gudjohnsen. Ils n'ont pas forcément marqué les esprits avec des performances monstres. Alors, Cesc Fabregas est-il parti pour les imiter ? En clair, est-il déjà "cramé" à 32 ans ? Au vu de ses dernières prestations, il est tentant de répondre par l'affirmative. Mais s'il a déjà passé de longs mois sur la Côte d'Azur, il est beaucoup trop tôt pour le dire.

Arrivé en Principauté grâce à la présence sur le banc de Thierry Henry - limogé quelques jours plus tard -, "Cesc" n'a jamais eu les conditions idéales pour exprimer ses qualités. Alors qu'il avait déjà peu joué avec Chelsea sous les ordres de Maurizio Sarri - qui attendait d'autres qualités pour sa sentinelle - le manque de stabilité dans le groupe asémiste tout comme le brouillon collectif proposé par une équipe monégasque incapable de trouver un équilibre et un style ne l'aident pas.

Monaco ne peut pas se contenter d'un Fabregas à ce niveau

Et s'il n'a plus ses jambes de 20 ans comme quand il pouvait évoluer en faux neuf, le poids des années n'a pas pu faire disparaitre les qualités qui ont toujours fait de lui un joueur à part : sa capacité à jouer juste, à trouver la bonne passe, à guider ses coéquipiers ou encore à avoir un temps d'avance grâce à son toucher ou son sens de l'anticipation. D'ailleurs, ses rares sorties avec les Blues allaient dans ce sens.

Si les échos laissent penser qu'il assume son rôle de leader dans le vestiaire, Monaco ne peut en tout cas évidemment pas se contenter d'un Fabregas à ce niveau sur le terrain. Leonardo Jardim doit trouver les moyens pour le relancer. Le mettre dans les bonnes conditions, chercher les partenaires adéquats pour le soulager en défense et lui permettre de faire ce qu'il réussit le mieux : orienter le jeu pour s'imposer comme le chef d'orchestre que l'ASM rêvait de récupérer en l'attirant dans ses filets. Et pas ce joueur qui semble sur la pente descendante depuis quelques mois.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0