Noël Le Graët va rencontrer Emmanuel Macron mercredi pour tenter de donner une nouvelle impulsion au foot français. Au lendemain de la décision du Conseil d'Etat, qui confirme l'arrêt des championnats de L1 et L2 mais suspend les relégations d'Amiens et Toulouse, le président de la FFF s'est longuement exprimé dans Le Figaro . Au cours de cet entretien, Noël Le Graët annonce qu'il "prend acte" de la décision du Conseil d'Etat.

Ligue 1
Stephan et Maurice étaient proches d'un immense coup : Godin a failli signer à Rennes
IL Y A 4 HEURES

Le patron du foot français revient aussi sur les trois mois qui ont suivi l'arrêt de la saison. Trois mois qui ont été marqués par la pression mise par Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique Lyonnais (ndlr : 7e de L1 au terme de la 28e journée) pour reprendre le championnat. "Beaucoup de gens se sont exprimés, à tort ou à raison. Jean-Michel Aulas a battu tous les records d’audience, il est au hit-parade avec une très grande présence dans les médias. Ce n’est pas à moi de juger s’il a été trop présent", a lancé Noël Le Graët.

Le président de la FFF s'est montré plus piquant lorsqu'il a évoqué Gérard Lopez, le président du LOSC. Mi-avril, le patron des Dogues demandait l'ouverture d'une ligne de crédit comprise entre 300 et 500 millions d'euros pour aider les clubs à s'en sortir. "Gérard Lopez ? Ah oui, l’acrobate de la finance", a conclu Noël Le Graët.

Pourquoi Aulas continue-t-il à se battre ? "Il n'y croit plus mais tient à sa posture"

Ligue 1
Un spécialiste en lecture labiale brésilien confirme la version de Neymar
21/09/2020 À 11:39
Ligue 1
Paris va aller à Nice avec ses titis et Mbappé : "Le docteur a dit OK, la Ligue a dit OK"
19/09/2020 À 16:23