Getty Images

L'antisèche : L'OM n'est pas un dauphin par défaut

L'antisèche : L'OM n'est pas un dauphin par défaut

Le 11/11/2019 à 00:15Mis à jour Le 11/11/2019 à 08:27

LIGUE 1 - Marseille s'est installé à la deuxième place du classement après avoir remporté le choc des Olympiques face à Lyon (2-1), une équipe qui le dominait systématiquement en championnat depuis cinq ans. Portée par un grand Dimitri Payet dans un Vélodrome incandescent, l'équipe d'André Villas-Boas a affiché d'autres qualités qui expliquent son statut de dauphin. Notre antisèche.

Le jeu : L'OM en voulait plus

Il y avait une différence d'intensité entre les deux Olympiques. Cela s'est senti dès l'entame de match où les Marseillais ont asphyxié les Lyonnais en exerçant un pressing très haut, bien coordonné, et surtout avec une agressivité supérieure dans les duels. L'OM a concrétisé cette supériorité sur une erreur individuelle de Thiago Mendes et un exploit personnel de Dimitri Payet. Mais même à dix après l'expulsion d'Alvaro, il est resté un cran au-dessus des Gones dans la maîtrise et dans l'envie. Cela lui a permis de maintenir son avantage pour vaincre un OL sans idée et sans rythme.

Les joueurs : Payet a joint le geste à la parole

Il avait lancé les hostilités en allumant Rudi Garcia en conférence de presse. C'était pour mieux enflammer le match sur le terrain. Dimitri Payet a brillé de tout son éclat à l'image d'un deuxième but qui porte sa marque, à l'origine et à la conclusion. Morgan Sanson a fait preuve d'une activité débordante entre le milieu et l'attaque. Alvaro Gonzalez, coupable sur le but lyonnais puis expulsé, aurait pu gâcher tout le travail des Marseillais à lui tout seul. Mais l'OL est resté trop faible pour en profiter à l'image de ses individualités, Houssem Aouar, Bertrand Traoré et Moussa Dembélé, même si ces deux derniers ont été impliqués sur le but des Gones. Et puis, il y a le cas Thiago Mendes…

Dimitri Payet a brillé de tout son éclat face à Lyon

Dimitri Payet a brillé de tout son éclat face à LyonGetty Images

Le facteur X : Mendes, quelle maladresse !

Il y avait certainement une main d'Alvaro Gonzalez préalable à l'erreur fatale de Thiago Mendes. Une maladresse si grossière qu'elle a peut-être éclipsé la faute du défenseur marseillais. Alors qu'il était seul dans la surface, sans la moindre pression, le milieu lyonnais a inexplicablement commis une main après un contrôle de la poitrine. Il a ainsi entraîné le penalty qui a fait basculer cette rencontre du côté de Marseille en lui permettant d'ouvrir le score. Le début d'un cauchemar pour le Brésilien, passé totalement à côté de son sujet sur l'ensemble du match.

La stat : 6

Le chat noir, c'est Rudi Garcia. Qu'il soit sur le banc d'un club ou de l'autre, il finit toujours par perdre le choc des Olympiques. Cela lui était arrivé cinq fois durant son mandat à Marseille. Son passage dans le camp lyonnais ne lui a pas permis d'inverser la tendance avec cette sixième défaite.

Le tweet pour le 12e homme

La décla : Léo Dubois (défenseur de Lyon)

" Quand on rentre dans un match comme ça, c'est difficile. On se fait transpercer dans tous les sens, dans l'axe. Après on se prend des buts, on leur donne..."

La question : L'OM peut-il durer ?

Il n'y avait qu'un Olympique. Pas forcément celui qu'on pouvait attendre puisque Lyon n'avait plus perdu contre l'OM en championnat depuis 2014. Si Marseille a enfin stoppé l'hémorragie, il ne le doit pas seulement à la léthargie lyonnaise qui ne peut s'expliquer qu'en partie par le contexte tendu de l'avant-match, avec le caillassage du bus des Gones. Ou aux choix tactiques parfois douteux de Rudi Garcia, notamment la sortie de Jeff Reine-Adélaïde à la pause. Il le doit surtout à lui-même. Car l'OM a mis tous les ingrédients nécessaires pour terrasser l'OL et prendre la deuxième place de la L1.

Elle n'est pas anodine. L'équipe d'André Villas-Boas n'a perdu que deux de ses douze derniers matches en championnat, dont un face au PSG. Derrière Paris, c'est l'équipe qui s'est montrée la plus régulière dans ce premier tiers du championnat. Elle vient de dominer Lille puis Lyon, deux des formations qui ont fini sur le podium au printemps dernier. Même si ces deux victoires ont eu lieu au Vélodrome, même si elles n'ont été acquises que par un but d'écart, elles sont significatives. Dans ce championnat ou aucune équipe ne se détache derrière le PSG, l'OM a clairement un coup à jouer.

Les Phocéens montent en puissance. À l'image de Dimitri Payet, l'une des meilleures individualités de la Ligue 1 quand il évolue au niveau affiché face à Lyon. Mais c'est surtout le collectif de Marseille qui s'améliore, et le passage de Boubacar Kamara dans l'entrejeu n'y est pas forcément étranger. L'OM est plus costaud et plus cohérent dans cette configuration. Et il garde une marge de progression qui l'autorise à nourrir des ambitions cette saison. C'est bien cet état d'esprit qu'il doit arborer en regardant le classement à l'issue de cette 13e journée.

L'OM est deuxième après sa victoire face à Lyon

L'OM est deuxième après sa victoire face à LyonGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0