Getty Images

Coup de frein et coup de rouge pour l'OM

Coup de frein et coup de rouge pour l'OM

Le 21/09/2019 à 19:32Mis à jour Le 25/09/2019 à 20:04

LIGUE 1 - Comme Nantes la veille, Marseille a raté samedi l'occasion de s'installer provisoirement en tête du classement. Les Phocéens, qui restaient sur trois victoires de rang, ont été tenus en échec par Montpellier (1-1) au Vélodrome. Mené à la pause, l'OM a tout de même sauvé le nul en seconde période, avant une fin de match houleuse marquée par... trois expulsions, dont deux pour l'OM.

Au terme d'un match indécis mais particulièrement électrique, les Olympiens ont été tenus en échec au Vélodrome par Montpellier ce samedi (1-1 ). Ultra-dominateurs dans le jeu, les joueurs d'André Villas-Boas ont failli payer leur manque de réalisme. Solides défensivement, les Héraultais ont su gérer les temps faibles et ne sont pas passés loin d'un succès.

Un temps menés au score, les Olympiens ont évité le pire grâce à Valère Germain, auteur du but égalisateur (74e). Dans une fin de match tendue, les nerfs ont lâché des deux côtés, à l'image de Jordan Ferri, Boubacar Kamara et Dimitri Payet qui ont tous les trois écopé d'un carton rouge. Tout va bien au niveau comptable pour l'OM qui grimpe provisoirement à la deuxième place du classement. Montpellier est dixième.

Pour cette rencontre face à Montpellier, André-Villas avait reconduit le onze de départ, tombeur de Monaco, lors de la journée précédente (3-4) à Louis. Disposés dans leur 4-3-3 au coup d'envoi, les Olympiens ont rapidement affiché leurs intentions dans le jeu : jouer très haut afin d'occuper au mieux le camp adverse. Ils ont causé rapidement des sueurs froides au sein de l'arrière-garde montpelliéraine. Mais contre le cours du jeu, les Héraultais ont été les premiers à s'illustrer : Florent Mollet a adressé un centre tendu, intercepté par le malheureux Bouna Sarr, auteur d'un CSC (17e). Une ouverture du score survenue après un premier but d'Andy Delort, logiquement refusé par le VAR, pour une position de hors-jeu de l'international algérien, quelques instants plus tôt (12e).

Florent Mollet devant Jordan Amavi, lors du Marseille-Montpellier de la 6e journée de Ligue 1

Florent Mollet devant Jordan Amavi, lors du Marseille-Montpellier de la 6e journée de Ligue 1Getty Images

L'OM aura des regrets

Par la suite on a surtout assisté à une attaque-défense, avec une équipe olympienne, occupant la plupart du temps le camp adverse. Mais les différentes tentatives olympiennes (26e, 30e, 38e), n'ont pas fait vaciller le bloc héraultais, bien en place. Largement au-dessus dans la maîtrise du jeu, les Olympiens ont longtemps dominé dans tous les secteurs de jeu, mais ils ont dû se montrer patients avant d'être récompensés.

Toujours aussi entreprenants dans le second acte, les Olympiens ont continué de mettre à l'épreuve l'arrière-garde héraultaise. Les joueurs d'André Villas-Boas ont eu un bon nombre d'occasions (58e, 62e, 68e), avant de trouver la faille. Profitant d'un centre millimétré au ras du sol de Nemanja Radonjić, Valère Germain a remis les deux équipes sur un pied d'égalité (74e). La fin de match a été poussive mais aussi l'expression d'une tension palpable entre les deux équipes. L'OM n'a pas perdu, mais les cartons rouges de Boubacar Kamar et Dimitri Payet pourraient avoir de lourdes conséquences, dans la perspective des prochaines échéances. Une chose est sûre : dominer n'est pas gagner et l'OM l'a appris à ses dépens.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0