Le football est ainsi fait. Les ennemis de la veille peuvent devenir les amis du lendemain. Cela donne parfois les couples les plus improbables. Dans le genre, celui qui unit désormais l'Olympique Lyonnais à Rudi Garcia s'annonce particulièrement prometteur. Les petites piques lancées par voie de presse ou sur les réseaux sociaux du temps où Garcia était l'entraîneur de Marseille plantent parfaitement le décor. Il l'était encore il y a seulement cinq mois. Et le voir aujourd'hui sur le banc de l'autre Olympique reste un sacré coup de théâtre.
Difficile, d'ailleurs, de ne pas s'attendre à quelques scènes savoureuses de comédie. Le jeu de la communication va battre son plein. Entre Jean-Michel Aulas et son nouveau coach, on tient deux adeptes des petites phrases qui font vibrer la toile. La répartition des rôles sera essentielle pour éviter la cacophonie. Sans oublier celui de Juninho. Le début de mandat du Brésilien à son poste de directeur sportif est loin d'être de tout repos. Désormais placé entre JMA et Garcia dans l'organigramme de l'OL, il n'aura pas forcément plus de temps mort.
Ligue 1
Lyon mise sur Garcia
14/10/2019 À 13:17
Mais la direction rhodanienne n'a pas mis ce trio en place pour jouer la commedia dell'arte et amuser la galerie. L'OL est dans une situation bien trop délicate, avec cette 14e place indigne de son rang au classement de la Ligue 1. Il y a urgence à tous les niveaux. Dans les résultats, c'est une évidence. Mais ils ne sont que la conséquence d'un autre phénomène. L'OL a perdu son identité. Son ADN s'est dissipé. Sa performance dans le derby perdu à Saint-Etienne (1-0) en a été la preuve la plus éclatante.

Garcia colle à l'ADN de l'OL

Passé le côté spectaculaire de la signature de Garcia, c'est bien sur le retour aux bases que l'OL doit se concentrer. C’est-à-dire le terrain. Il a commis une erreur avec Sylvinho. Les principes de jeu trop défensifs du Brésilien n'étaient pas en adéquation avec le style des Gones. Lyon, c'est d'abord une philosophie tournée vers l'attaque. Elle lui a parfois joué des tours, mais elle lui a surtout permis de vivre ses heures les plus glorieuses. C'est la plus solide des fondations sur laquelle l'OL peut s'appuyer pour se tourner vers l'avenir.
Garcia vient pour ça. Sa nomination a tout pour surprendre par son contexte, mais elle n'est certainement pas dénuée de sens. Pas forcément pour son palmarès, qui se résume à un doublé avec Lille en 2011. Plutôt pour ce parcours qui l'a mené à deux places de vice-champion d'Italie avec l'AS Rome, et une finale de Ligue Europa avec Marseille. Deux clubs aux environnements particuliers. Deux clubs où il n'est pas facile de s'adapter. Deux clubs qui présentent encore quelques caractéristiques communes avec Lyon, comme l'ambition.

Champion, départ canon, retour moyen : les stats de Garcia depuis son passage à Lille

Garcia débarque en terrain miné. C'est même un euphémisme, au regard du scepticisme général des supporters lyonnais à son égard. Mais il n'arrive pas totalement en terrain inconnu. Il garde aussi l'image d'un entraîneur tourné vers le jeu. L'ancien entraîneur du LOSC n'aura pas à forcer sa nature pour s'adapter à l'OL. Adepte du 4-3-3, le schéma traditionnel des Gones, Garcia a des caractéristiques de technicien qui correspondent à l'ADN de Lyon. Il y a des raisons de penser que cela peut marcher.

Un drôle de mariage

C'est le bon côté de la médaille. Il y a aussi le revers. Garcia a affiché ses limites la saison passée. L'entraîneur marseillais a multiplié les différents systèmes et les changements d'homme, sans jamais trouver la bonne formule. Il n'a pas su choisir les mots justes pour relancer son groupe. Garcia n'était pas le seul responsable des échecs de l'OM. Mais il a eu sa part de responsabilité et il ne l'a pas forcément assumée. Il a régulièrement mis certaines choses en cause, notamment l'arbitrage. Mais il s'est rarement remis en question. Si c'est une stratégie de communication, elle n'est pas sans limite.
L'ancien coach marseillais a les siennes. Et Jean-Michel Aulas en était probablement conscient au moment de lui donner la succession de Sylvinho sur le banc rhodanien. Entre JMA et Garcia, c'est un drôle de mariage. Un couple de personnalités fortes. Un duo qui a un passif. La cohabitation s'annonce haute en couleurs. C'est un véritable pari. Lyon l'a tenté, jetant ainsi une pièce en l'air en espérant de toutes ses forces qu'elle tombera du bon côté.
Ligue 1
5-3 : Trop d'erreurs défensives et une claque pour l'OL
31/07/2021 À 18:33
Ligue 1
Varane aurait fait son choix : il veut quitter le Real Madrid, le PSG déjà à l'affût
14/06/2021 À 15:28