L’OM a conclu sa première partie de saison aboutie par une victoire logique face à Nîmes (3-1) samedi chez lui au Vélodrome. Grâce à un Dimitri Payet, encore une fois inspiré et buteur, les Phocéens ont fait la différence en seconde période pour s’imposer et conforter leur deuxième place avec les résultats de la soirée. Si les joueurs d’André Villas-Boas sont toujours à sept points du leader parisien, ils vont passer les fêtes avec cinq points d’avance sur Rennes, nouveau troisième. Les Nîmois végètent toujours les profondeurs du classement à la 19e place.
Après un match nul contre Metz (1-1) venu stopper une série de six victoires consécutives, l’Olympique de Marseille a repris sa marche en avant. La réception de Nîmes représentait une occasion de finir 2019 sur une bonne note et les Marseillais l’ont saisie en se montrant appliqués et séduisants. Il leur a fallu une mi-temps pour prendre la mesure de faibles Nîmois, le temps de buter sur Paul Bernardoni plusieurs fois (12e, 23e, 37e) et surtout de se faire une frayeur juste avant de regagner les vestiaires. Un doute a parcouru le Vélodrome quand l’arbitre, M. Letexier aiguillé par le VAR, est allé visionner une obstruction de Duje Caleta-Car sur Sofiane Alakouch (44e) à la limite de la surface avant de finalement décider de ne siffler aucune faute.
Ligue 1
L'OM dans le dur après la pause : "Le problème, c’est qu’on a pensé que le match était fini"
14/08/2022 À 22:32

Le bonbon de Payet

Peut-être encore déboussolés par cette décision, les Crocos ont été cueillis à froid dès l’entame de la seconde période avec un csc... d’Alakouch provoqué par une belle action entre Nemanja Radonjic, Dario Benedetto et Dimitri Payet (1-0, 46e). Trois joueurs qui ont tenu un rôle important dans la victoire marseillaise. L’Argentin, très actif, a d’abord connu une fausse joie en se voyant refuser un but (52e) pour une position de hors-jeu au millimètre près. Avant d’être récompensé en étant à l’affût d’un tir de Morgan Sanson repoussé par Bernardoni (2-0, 65e). Le Serbe, qui avait délaissé son habituel costume de remplaçant pour être un titulaire entreprenant, a été passeur décisif pour Payet qui a régalé ses supporters avec une belle action individuelle marquée par une feinte de corps exquise (3-0, 81e).
Le Réunionnais - en mode père Noël (littéralement), encore rayonnant dans la lignée de ses dernières performances et à l'origine du but de Benedetto - a fait oublier l’absence de Steve Mandanda (cheville droite) au sein d’une défense qui n’a pas été beaucoup sollicitée. Même si Yohann Pelé s’est incliné dans le temps additionnel sur une frappe imparable d’Anthony Briançon (3-1, 90e+1), ce qui laissera un petit goût d’inachevé à André Villas-Boas, toujours exigeant avec ses joueurs. Le Portugais ne leur en tiendra peut-être pas rigueur et il aura sûrement raison : l’OM est un solide dauphin du PSG à la trêve hivernale et semble disposer d’une belle marge pour enfin accrocher, sept ans après, la Ligue des champions en fin de saison.
Ligue 1
L'OM devra s'en contenter
14/08/2022 À 20:38
Ligue 1
Longoria, l'autre facette du pouvoir
13/08/2022 À 22:52