Un penalty depuis le 1er novembre. Voilà le terrible bilan de Wissam Ben Yedder qui traverse sa plus grosse crise de confiance depuis son arrivée à Monaco. La machine à buts s'est enrayée et l'international français ne parvient plus à marquer. Plus inquiétant encore, il faut remonter au mois de septembre pour trouver trace d'un but dans le jeu. Alors même que Monaco, troisième meilleure attaque de Ligue 1, enfile les buts comme des perles. Un bien curieux paradoxe.
Alors pourquoi WBY n'y arrive plus ? Doit-on s'inquiéter de son inhabituelle inefficacité ? En vraie difficulté avec l'équipe de France sur le terrain à l'automne, principale victime des débuts remarqués de Marcus Thuram ou des prestations réussies d'Anthony Martial avec les Bleus, il traverse une période sinueuse et ses rendez-vous internationaux ratés semblent avoir brisé la dynamique de celui qui avait enchainé 24 buts lors de ses 35 premiers matches de L1 avec Monaco.
Ligue 1
5-3 : Trop d'erreurs défensives et une claque pour l'OL
31/07/2021 À 18:33

Un problème physique ?

Comme de nombreux joueurs cet automne, Ben Yedder a aussi contracté le Covid-19 au mois de novembre et sa mauvaise passe actuelle peut en être une conséquence. Il ne serait pas le seul dans ce cas, les exemples sont même légion de joueurs ayant connu une grosse baisse de régime post Covid après avoir observé un repos forcé (Paul Pogba, Kylian Mbappé…). Depuis son retour à la compétition, il n'a jamais disputé un match en entier, ce qui s'explique autant par la grosse concurrence en attaque à Monaco que par son état physique. Avant son arrêt, l'ancien Toulousain avait enchainé trois matches pleins face à Montpellier, Lyon et Bordeaux.

Ben Yedder lors de France - Finlande

Crédit: Getty Images

Tête de proue du projet monégasque, WBY en est l'arme essentielle. Essentielle mais pas unique. S'il ne marque plus, Monaco peut tout de même se reposer sur ceux qui l'accompagnent et en particulier un Kevin Volland absolument intenable depuis quelques semaines. Buteur à neuf reprises lors des onze dernières journées, l'Allemand compense la disette de Ben Yedder.
Et l'entente entre les deux hommes reste l'un des points forts de l'ASM. Le duo est parfaitement complémentaire, comme ce fut déjà le cas lorsqu'Islam Slimani épaulait Ben Yedder en attaque. A la différence près que, cette fois, c'est Volland qui finit toujours, ou presque, le travail. Niko Kovac doit aussi résoudre un point complexe: permettre à Ben Yedder de marquer au plus vite. L'image de son dépit après son remplacement contre Angers résume une situation devenue délicate.

Plus un problème pour sa candidature à l'Euro que pour Monaco

"L'important pour moi c'est qu'il travaille pour l'équipe, il est très important pour nous, a assuré Niko Kovac après la victoire face à Angers (3-0). Alors oui, il veut jouer 90 minutes, comme tous les joueurs, mais certains sont sur le banc et travaillent dur pour avoir du temps de jeu. (...) Sur le plan défensif, c'est un 10/10. Sur le plan offensif, c'est peut-être un 7." Une note tout à fait honorable qui s’explique. Car oui, Ben Yedder est toujours utile en dépit de son mutisme devant le but.

Wissam Ben Yedder et Kevin Volland (Monaco)

Crédit: Getty Images

En témoignent ses deux passes décisives face à Dijon et Saint-Etienne. Et puis, il y a l'impalpable, ce qui ne figure pas sur les feuilles se statistiques. Comme cet appel au premier poteau qui emporte toute la défense sur le deuxième but monégasque le week-end dernier. Il n'est pas encore temps de s'inquiéter pour lui même si cette période n'est pas son meilleur argument pour convaincre Deschamps de l'amener à l'Euro. Son mutisme est davantage un problème pour sa candidature à la liste des 23 que pour lui, qui reste un maillon essentiel du collectif, et surtout, pour Monaco qui s'en sort, jusqu’ici, très bien.
Ligue 1
Varane aurait fait son choix : il veut quitter le Real Madrid, le PSG déjà à l'affût
14/06/2021 À 15:28
Ligue 1
Canal+ annonce son retrait de la diffusion de la Ligue 1
11/06/2021 À 16:03