Getty Images

Neymar - Mbappé - Di Maria : le brio à défaut d'être brillants

Neymar - Mbappé - Di Maria : le brio à défaut d'être brillants

Le 05/12/2019 à 00:36Mis à jour Le 05/12/2019 à 09:38

LIGUE 1 – Pour leur première titularisation conjointe cette saison, Kylian Mbappé et Neymar ont inscrit chacun un but lors de la victoire du PSG à Nantes. Mais les deux stars ont aussi montré que leur entente était encore largement perfectible, autant que l'animation offensive parisienne avec Angel Di Maria pour compléter le trident de pointe.

Le PSG retrouve l'abondance de bien et les problèmes qui vont avec. Pour la première fois de la saison, le champion de France a pu aligner d'entrée sur deux joyaux les plus précieux : Kylian Mbappé et Neymar. Les deux hommes étaient accompagnés au coup d'envoi par l'indispensable Angel Di Maria, poussant ainsi sur le banc Mauro Icardi et Edinson Cavani, laissant à Mbappé le rôle de numéro neuf. Avec des automatismes à retrouver et une défense nantaise tenace, le prodige parisien a pas mal galéré, tout comme son binôme brésilien. Ce qui ne les a pas empêché d'être décisifs, encore une fois.

Thomas Tuchel avait ainsi tranché. Avec Mbappé en pointe, l'entraîneur du PSG avait misé sur la rapidité de son champion du monde et son aisance technique pour faire des différences. Restait encore à se (re)trouver avec Neymar, tout aussi gourmand de ballon et à qui Paris doit de nouveau offrir une place pour briller. La première période ce mercredi a montré à quel point le chantier était vaste. A vouloir se chercher à outrance, les deux superstars parisiennes ont frôlé l'overdose. Passes manquées, appels dans la même zone que leurs coéquipiers… Pour des retrouvailles, les deux hommes ont passé leur valse à se marcher sur les pieds. Au point d'offrir au technicien allemand un record de ballons perdus en une période depuis son arrivée dans la capitale. "73 ballons ? En première période ?, s'est étonné Tuchel au micro de Canal +, en enchaînant les grimaces. Ce n'est pas possible pour contrôler un match. Si on veut jouer avec la possession, ce n'est pas possible. On perd confiance, on prend des décisions difficiles, on ne joue pas libre…"

Un changement de système, et Di Maria renaît

Le Paris Saint-Germain aurait pourtant pu revenir aux vestiaires avec le sourire après l'ouverture du score de Neymar après un corner mal dégagé. Mais la belle frappe de l'Auriverde a vu le VAR en décider autrement, pour un contact peu évident de Julian Draxler sur Medhi Abeid. Un exploit individuel et tout ou presque aurait changé. La thématique du match pour les stars offensives parisiennes.

Le PSG a passé la vitesse supérieure – la deuxième, guère plus… - une fois que le duo infernal s'est transformé en trio et que Di Maria est rentré dans la danse. Le champion de France est passé d'un système 4-3-3 stérile mais éprouvé la saison passée avec Neymar à un retour au 4-2-3-1 qui a globalement donné satisfaction depuis le début de saison. Ce retour à un système plus habituel a permis à Angel Di Maria, peu en vue et frustré au repos, de retrouver des couleurs.

Vidéo - 16e j. - Tuchel : "Mbappé et Neymar doivent retrouver du rythme"

01:24

Certes, l'Argentin a dû s'exiler sur le côté droit pour pouvoir toucher des ballons et peser sur le jeu. Mais quand le joueur du mois de novembre de Ligue 1 est un moteur du jeu parisien, cette équipe prend systématiquement une autre dimension. Di Maria n'a cessé de prendre son couloir pour déséquilibrer le bloc nantais, et signer neuf centres. Le plus gros total, et de loin, du match, alors que la plus grosse moyenne de centres par match cette saison est de… 2,6. Le bloc bas du FCN a longtemps repoussé l'échéance, avant que le seul centre réussi de la rencontre (un délice d'extérieur du pied droit) par l'ancien du Real ne trouve Kylian Mbappé parti comme une fusée et buteur d'une Madjer exceptionnelle de spontanéité et de maîtrise.

Ce geste de très grande classe restera comme un des seuls coups d'éclat du 6e au dernier vote du Ballon d'or. Mbappé a été loin de ses standards, ne réussissant aucun dribble (!), manquant la grande majorité de ses transmissions (65,5% de passes, plus mauvais pourcentage parisien pour une seule passe clé) et ne touchant que 50 ballons. Aucun joueur de champ parisien n'a moins touché la gonfle. Comme si le costume du numéro neuf l'engonçait plus qu'il ne le mettait en lumière. Vexé d'être sorti, le Tricolore n'a pas marqué les esprits. Mais il a marqué, tout court. C'est tout ce qui comptait.

Neymar en a fait de même, sur un penalty offert sur un plateau par la défense de Nantes et provoqué par Icardi, à peine entré à la place de Mbappé. Le Français et le Brésilien n'avaient plus marqué dans le même match depuis janvier dernier, une éternité pour le PSG. Deux actions individuelles suffisantes pour masquer les manques pourtant encore nombreux. "Ils manquent de rythme, d'automatismes, a confirmé Tuchel en conférence de presse. Je n'attends pas trop des deux. Je suis heureux qu'ils aient marqué, mais il y a beaucoup de potentiel (pour s'améliorer)." En décembre, les deux camarades devront se remettre à leurs devoirs.

Heatmaps Kylian Mbappé Neymar PSG - Nantes

(A gauche, la heatmap des ballons touchés par Kylian Mbappé contre Nantes. A droite, ceux de Neymar, dans une zone très proche.)

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0