Getty Images

Super-Sub, tarif nantais, buteurs restés au chaud : les tops et les flops de samedi

Super-Sub, tarif nantais, buteurs restés au chaud : les tops et les flops de samedi
Par Eurosport

Le 14/12/2019 à 23:43Mis à jour Le 15/12/2019 à 08:19

LIGUE 1 - Quatre buts en cinq matches et surtout aucun en seconde période, la L1 n'avait pas envie de régaler ses fidèles suiveurs ce samedi soir. Si Nemanja Radonjic a confirmé son statut de super remplaçant avec l'OM, Nantes sait faire le plein avec le minimum. A Toulouse, c'était une triste soirée.

Tops

  • Larsonneur, un mur infranchissable

Ce samedi soir, il n'avait pas envie de revenir chez lui avec ses filets garnis. Alors Gautier Larsonneur s'est démultiplié. Dans les airs, au sol ou sur sa ligne, le portier de Brest a signé sept arrêts. A son avantage depuis le début de la saison, il a confirmé tout le bien que l'on dit de lui en L1 pour frustrer les Niçois et permettre à son club de prendre un point (0-0). De quoi encore faire parler de ce jeune Finistérien de 22 ans, auteur d'une entrée fracassante dans le monde pro il y a peu.

  • Radonjic, le super-Sub

Nemanja Radonjic ne va pas s’imposer comme un titulaire indiscutable, mais comme un remplaçant indiscutable aux yeux d’André Villas-Boas. Le Serbe a permis à l’OM, grâce à un but contre Metz (70e) de revenir au score (1-1) et de ne pas repartir bredouille. Le milieu entré à la 47e minute a repris au point de penalty un centre de Valère Germain et a trompé Oukidja. Remplaçant lors des cinq derniers matches de l’OM, Radonjic a marqué… quatre buts. Il est le troisième meilleur buteur du club, derrière Benedetto et Payet.

  • Avec Nantes, on connaît le tarif

Voilà ce qu'on appelle rentabiliser au maximum le moindre de ses buts. Cette saison, Nantes se contente de peu pour faire le plein. Le FCN a ainsi signé ce samedi soir à Nîmes sa septième victoire sur le score de 1-0 en L1 depuis le coup d'envoi de cet exercice. Gagner par la plus petite des marges est même devenue une douce habitude pour les hommes de Christian Gourcuff. Les deux autres victoires des Ligériens cette saison en championnat ? Elles ont été conclues sur le même score (2-1) avec, donc, un seul but d’écart. En même temps en football, l’objectif est de marquer un but de plus que son adversaire. Alors, pourquoi en faire plus ?

Reims, roi du clean-sheet

Avec cette courte victoire contre Toulouse, Reims signe un dixième clean-sheet en 18 matches de championnat. De quoi confirmer que les Rémois possèdent bien la meilleure défense de Ligue 1 (ex-aequo avec le PSG) avec seulement neuf buts encaissés depuis le début de saison. La saison dernière, les Rémois possédaient - au même stade du championnat - la troisième meilleure défense de France, avec 16 buts encaissés.

Flops

  • Les buteurs sont restés aux vestiaires

Si vous êtes partis faire autre chose à la pause alors que les 45 premières minutes de cette soirée de L1 n'avaient déjà pas été particulièrement prolifiques, ce n'est pas bien grave. Vous n'avez pas raté grand-chose. Allez, on exagère. Il y a bien eu quelques actions, des parades de gardiens et un peu de suspense. Mais pour les buts, ce n’était pas ça. Les quatre petits buts de ces cinq matches débutés à 20h00 ont en effet tous été inscrits en première période. Après le retour des vestiaires, les buteurs étaient visiblement restés au chaud. Tant pis pour le spectacle et les amoureux des filets qui tremblent.

  • Toulouse, la goutte d’eau

Huit défaites d’affilée. En perdant contre Reims samedi (0-1), les Toulousains ont encore plus attisé la colère des supporters, qui ont tenté de s’introduire dans les loges de la direction en toute fin de match. La situation a finalement été maîtrisée, mais ce sont des images que l’on n’aime pas voir lors d’un match de football. Cette colère s’explique par les résultats des Violets, qui squattent la 20e place du championnat depuis de nombreuses semaines. Les Toulousains possèdent aussi la pire défense des cinq grands championnats avec 36 buts encaissés (à égalité avec Southampton). Mais cela ne justifie pas ces débordements inexcusables.

  • Décembre noir pour Nîmes

Les Nîmois ont signé leur troisième défaite de suite samedi contre Nantes (1-0). Le mois de décembre n’est pas encore terminé, mais le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a été compliqué pour les Crocodiles : six buts encaissés contre Bordeaux, quatre contre Lyon et un contre les Canaris. Soit 11 buts encaissés en trois semaines, aucun de marqué et donc trois revers ! Les Nîmois possèdent la 18e défense du championnat avec 29 buts encaissés depuis le début de la saison. Et attention, le mois n’est pas encore terminé…

Sasha Beckermann et Glenn Ceillier

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0