Jean-Michel Aulas, la Ligue 1, souvent confisquée par le PSG ces dernières années, est davantage disputée cette saison. Estimez-vous cette situation durable avec l'émergence d'un "Big 4" ?
J-M.A. : "Cette année, les choses arrivent car il y a eu tout un tas d'événements. Le PSG a continué d'investir mais n'a pas pu débuter le championnat dans de bonnes conditions car le championnat avait été arrêté, un peu comme Lyon d'ailleurs. On voit que Monaco a beaucoup investi et a trouvé une forme de stabilité avec une équipe qui comporte beaucoup d'individualités de haut niveau. Lille réussit un parcours phénoménal qui en fait le favori n°1 du championnat avec trois points d'avance, même si Paris a les atouts les plus importants. Lyon s'est structuré depuis cinq ans pour faire partie des meilleures équipes européennes et françaises... Nous avons toujours été présents et nous allons continuer par des investissements qui sont lourds. Oui, je pense que c'est durable car les quatre clubs en questions ont des stades de qualité, des investisseurs de qualité, c'est important dans le foot moderne. Ils ont des traditions de performances qui font qu'on va les retrouver à nouveau dans les "rankings" européens... Pour les fans, c'est formidable, et pour les médias, c'est la meilleure des choses. Pour l'économie du foot français, ce serait la meilleure des choses qui pourrait arriver."
Jusqu’au 21 mars, l’abonnement à l’application Eurosport est à -50% pour un an, 34,99€ au lieu de 69,99€, pour suivre la coupe de France en LIVE et sans PUB
Ligue 1
Kluivert prolonge le bel été niçois, les chiffres du prêt dévoilés
20/07/2021 À 20:59
Le PSG, j'en fais mon favori pour cette année en C1
Lyon reçoit dimanche Paris dans un choc au sommet. Comment jugez-vous le travail de votre homologue parisien Nasser Al-Khelaïfi depuis 2011 ?
J-M.A. : "Avec le Qatar, qui est une puissance financière et culturelle très importante, il a construit un PSG surpuissant. Il a réussi 90% de sa mission, qui est de construire un grand club et de gagner des titres. Il lui reste à gagner la C1 et l'an dernier, il en était très proche (défaite en finale), même si l'OL était aussi dans le dernier carré. Cette année, il est bien parti pour rapporter beaucoup de points à la France (à l'indice UEFA) mais aussi gagner la C1. En tous les cas, j'en fais mon favori pour cette année. Il est évident, pour nous, qu'il y a une grosse différence économique entre les deux (OL et PSG). Je pense que c'est à nous de trouver les solutions pour être compétitif."
Imaginez-vous Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo signer un jour au PSG ?
J-M.A. : "Indubitablement, s'ils le veulent, ils ont la puissance financière. Aujourd'hui, le PSG a cette crédibilité et (le directeur sportif) Leonardo a les réseaux qui permettent d'alimenter ce type d'espoir ou ce type de rêve. Après, rien ne dit que c'est quelque chose qu'ils souhaitent. Mais déjà le fait qu'on l'imagine possible, c'est déjà une grande victoire."
La 4e place en C1, c'est très avancé mais ce n'est pas acté
A l'OL, votre attaquant Memphis Depay est en fin de contrat en juin. Espérez-vous toujours pouvoir le conserver ?
J-M.A. : "Pour Memphis, je rêve qu'il accepte notre proposition qui est toujours d'actualité à la fin de saison. Memphis apporte tellement, il est impliqué directement sur 23 buts (14 buts, 9 passes en L1). La proposition restera toujours d'actualité et si nous sommes champions, pourquoi pas ?... S'il devait partir, la logique serait de recruter pour lui trouver un remplaçant mais ce serait la mission de (du directeur sportif) Juninho."
Où en est la réforme de la Ligue des champions en vue de 2024 ? La France comptera-t-elle un quatrième qualifié dans la nouvelle formule ?
J-M.A. : "La 4e place en C1, c'est très avancé mais ce n'est pas acté. Il y a des négociations pointues entre l'UEFA et l'ECA (l'Association des clubs) et les ligues européennes pour valider ce nouveau format. Cela permet à la 5e nation européenne (actuellement la France) d'avoir un qualifié de plus. Mais aussi, avec ce système suisse et 36 équipes avec dix matches de qualifications, cela permet à tout le monde d'avoir sa chance... C'est la meilleure réponse que l'UEFA a mise en place (contre le projet de Superligue). Je ne crois toujours pas à la Ligue privée, d'autant moins si l'UEFA parvient à imposer son nouveau format qui me paraît très astucieux et en tous les cas permet d'imaginer des évolutions positives en matière de revenus pour tous les clubs."

Chocs à volonté et calendrier à rallonge : tout comprendre sur la révolution C1 en 2024

Ligue 1
Spotify, contrats et pass sanitaire : Aulas dévoile ses solutions pour le foot français
20/07/2021 À 17:56
Ligue 1
Jeunesse, paris, et fibre néerlandaise : Nice, Rennes et Monaco, agitateurs du mercato
17/07/2021 À 21:22