C'est un fantastique paradoxe. Alors que la Ligue 1 a perdu son plus gros diffuseur en début de saison, alors qu'elle n'en a toujours pas pour celle qui vient, elle vit l'un des exercices les plus exaltants de son histoire. Dans une pulsion de vie enthousiasmante, alors que ses stades sonnent creux, et que ses finances sont à sec, le championnat de France nous offre un épilogue complètement dingue. On a si souvent rouspété contre la monotonie d'un championnat confisqué par Paris pour ne pas s'enthousiasmer devant l'émotion retrouvée d'un multiplex final gorgé de suspense et d'émotions.
Ligue 1
Kluivert prolonge le bel été niçois, les chiffres du prêt dévoilés
20/07/2021 À 20:59
Neuf des dix derniers matches recouvrent un enjeu majeur, 18 des 20 places du classement peuvent encore changer de propriétaires et personne ne connaît encore l'identité du champion. C'est fou. Alors que la décennie traversée fut la plus déséquilibrée de l'histoire de la L1 et que personne ne semblait en mesure de chatouiller le PSG, il est à 90 minutes de la fin des hostilités dans la position du chasseur et deux autres équipes (Monaco, 3e, mais surtout Lille, le leader) peuvent encore lui ravir une couronne que tout le monde lui pensait destinée.

"Lille serait le champion le plus improbable depuis 25 ans"

Avantage Lille et Monaco ? Pas si sûr…

Personne n'aurait misé un euro sur Lille en début de saison. Et c'est pourtant bien le LOSC qui entame la dernière journée dans la position la plus enviable, un point devant l'ogre parisien grâce notamment à un improbable Burak Yilmaz devenu à 35 ans, la star du championnat à force de caractère et de buts inoubliables. Mais comme c'est un dimanche à perdre la tête, le déplacement à Angers n'annonce rien de facile et pourrait bien finir par tout ficher en l'air. Jamais depuis 1962, un leader au coup d'envoi de la 38e journée n'a pas été sacré à l'issue des 90 ultimes minutes.
Mais Lille, si fébrile la semaine dernière, a flanché face aux Verts sous le poids de l'événement, alors que Paris, mené par un Kylian Mbappé sensationnel en 2021, ne devrait faire qu'une bouchée de Brestois trop joueurs pour espérer les contrarier. Et si tout se jouait dans les derniers instants, dans les arrêts de jeu, sur un dernier coup de billard ? C'est le sens de cette saison au scénario aussi inattendu qu'enivrant.

La joie de Kylian Mbappé, buteur face à l'AS Saint-Etienne, le 18 avril 2021 au Parc des Princes.

Crédit: Getty Images

S'il faudrait un concours de circonstances invraisemblable pour couronner Monaco, l'ASM visera avant tout à cadenasser sa place sur le podium. Mais sa participation à la prochaine Ligue des champions ne tient à rien. Un petit point sur l'OL qui n'est jamais aussi dangereux que lors des dernières journées. Et comme il est écrit que rien n'est inscrit dans le marbre, Monaco se déplace, en plus, sur la pelouse de Lensois en course pour une qualification européenne. De son côté, Lyon reçoit des Niçois déjà démobilisés. Là-encore, tout se jouera sur un fil et peut-être jusqu'à la dernière seconde.

Nantes face à Der Zak'

L'OM ne devrait pas connaître les mêmes sueurs froides et son matelas de trois points sur la concurrence lui assure quasiment sa place en Ligue Europa d'autant que Metz, son adversaire du jour, a déjà tiré le rideau sur sa saison. Lens et Rennes, qui se tiennent dans un mouchoir de poche, se disputeront le dernier billet européen, celui qui mène à la conférence League.

Imran Louza et le FC Nantes ont lancé l'opération survie.

Crédit: Getty Images

Reste la lutte la plus angoissante pour la place de barragiste. Dans les faits, six équipes sont concernées mais Bordeaux et Reims semblent malgré tout à l'abri grâce à une différence de buts qui les protège. Ce sera en revanche irrespirable pour Nantes, Lorient, Brest et Strasbourg. Le match entre les Bretons et les Alsaciens sera l'un des gros points chauds du soir. Un nul pourrait suffire, comme à Nantes d'ailleurs, si Brest s'incline face au PSG.
Les Canaris surfent sur une série insensée de quatre victoires. Mais celle-ci ne les a pas sortis du piège. Pour la passe de cinq et le sauvetage, ils affronteront leur ancien coach, Michel Der Zakarian. Non seulement il n'est pas parti en bon terme de Nantes mais il joue ce dimanche son dernier match sur le banc du MHSC soit deux bonnes raisons d'enquiquiner son ancien club. C'est l'une des petites histoires qui pourrait faire basculer la grande dans ce dimanche décidément pas comme les autres.
Ligue 1
Spotify, contrats et pass sanitaire : Aulas dévoile ses solutions pour le foot français
20/07/2021 À 17:56
Ligue 1
Jeunesse, paris, et fibre néerlandaise : Nice, Rennes et Monaco, agitateurs du mercato
17/07/2021 À 21:22