Son nom ? Le "collectif nantais". Son objectif ? Une société destinée à participer à un rachat du FC Nantes, même s'ils sont encore très loin d'avoir les fonds nécessaires et que le propriétaire, Waldemar Kita, assure n'être pas vendeur. "On veut apporter une alternative, un projet de succession très enraciné à son territoire. Il y a du caractère sur ce territoire, il doit s'exprimer", a expliqué Philippe Plantive, patron de l'entreprise Proginov (édition de logiciels), un sponsor actuel du club, lors d'une conférence de presse.
"Le propriétaire, c'est Waldemar Kita, il mérite le respect, il a investi son argent (... mais) on ne peut pas être à la tête du club et être en opposition avec les élus, les supporters...", a-t-il insisté. Pour des raisons juridiques, le ticket d'entrée au collectif a été fixé à 100.000 euros minimum, et les sommes seront placées sous séquestre auprès du Crédit Mutuel, banque partenaire du club qui vient d'arracher son maintien en Ligue 1 aux barrages après une saison catastrophique. "Soit on rassemble assez d'argent pour discuter seuls avec Waldemar Kita, soit on trouve un nouvel investisseur à qui s'associer", a expliqué M. Plantive.
On ne pourra discuter avec Waldemar Kita que si on est crédible
Ligue 1
Accusé de racisme, Costil a décidé de porter plainte
06/04/2022 À 19:30
Mais pour racheter le club, éponger ses dettes et le faire fonctionner, il faudra investir des dizaines de millions d'euros. Or le collectif n'a réuni pour l'instant que 2,5 millions d'euros et ne compte pas s'associer à n'importe qui. "Tout cela, on le fait pour les entreprises, les supporters, les collectivités. On ne met pas toute cette énergie pour arriver à un nouveau système hors-sol ! Les fonds d'investissement sont des gens qui veulent un retour sur investissement très court, c'est antinomique avec le football", a expliqué M. Plantive.
"On ne pourra discuter avec Waldemar Kita que si on est crédible", a-t-il insisté. Arrivé en 2007, M. Kita est très critiqué par une grande partie des supporters et toujours plus isolé au sein du tissu nantais. Plusieurs sponsors se sont retirés cette année et les relations se sont tendues avec ceux, comme Proginov, qui ont rejoint le "collectif nantais". Mais selon son entourage, sollicité par l'AFP, M. Kita "est et reste le propriétaire du FC Nantes. Il a encore beaucoup de projets et d'ambition pour ce club auquel il est très attaché (...). Il n'est pas vendeur à ce jour".
Ligue 1
Antonetti prend 10 matches de suspension, Verratti sera convoqué le 2 mars
23/02/2022 À 21:17
Ligue 1
Pire défense du siècle, ambiances de feu, Milik retrouvé : les tops et flops de la 23e journée
07/02/2022 À 00:25